Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Monde musulman

Fondations pieuses et société urbaine en Islam : les waqfs du Caire mamelouk (XIVe-XVe siècles)

Julien Loiseau
p. 599

Entrées d’index

Index thématique :

Histoire‚ Monde musulman
Haut de page

Texte intégral

Julien Loiseau, maître de conférences à l’Université Montpellier-III/Paul-Valéry

1Dans la continuité de l’enseignement proposé en 2007-2008 aux étudiants du master d’histoire médiévale co-habilité EHESS/Lyon-II (CIHAM), les séances de cette année se sont déroulées dans le cadre du séminaire d’histoire urbaine de Jacques Chiffoleau, Jean-Louis Gaulin, Étienne Hubert et Jean-Michel Poisson, à Lyon (au CIHAM et à l’ENS-LSH).

2Ces conférences ont eu pour objectif, à partir de cas d’études et de documents inédits tirés des fonds d’archives du Caire, de prendre la mesure d’une institution devenue centrale dans la vie urbaine des sociétés islamiques aux XIVe et XVe siècles (et qui l’est restée jusqu’à sa réforme autoritaire au XIXe siècle) : les fondations pieuses inaliénables ou waqf.

3Un premier volet a consisté à explorer les normes légales qui régissaient le waqf, leurs fondements scripturaires et leurs développements jurisprudentiels dans un contexte remarquablement documenté : l’Égypte et la Syrie à l’époque mamelouke (XIVe-XVe siècles). L’analyse des attendus légaux de l’inaliénabilité des biens waqf a suscité de riches discussions avec les historiens spécialistes de l’Occident, tout particulièrement autour de la réflexion franciscaine sur la propriété.

4Un deuxième volet s’est attaché à évaluer l’impact de la généralisation du waqf sur les structures institutionnelles de la vie religieuse, à travers l’étude des grandes fondations pieuses du Caire mamelouk, de leur architecture, de leurs fonctions et de leur personnel.

5Un troisième et dernier volet a consisté à prendre la mesure du poids économique du waqf dans l’Égypte et la Syrie mameloukes, tant du point de vue de la maîtrise de la rente foncière (dans le cadre institutionnel de l’iqta’), des tensions sur les revenus fiscaux de l’État, que sur le terrain de l’économie immobilière.

6Au final, les débats avec les historiens et étudiants en histoire de l’Occident ont tenu leurs promesses : l’étude du waqf constitue un terrain particulièrement propice à la réflexion comparatiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Loiseau, « Fondations pieuses et société urbaine en Islam : les waqfs du Caire mamelouk (XIVe-XVe siècles) », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 599.

Référence électronique

Julien Loiseau, « Fondations pieuses et société urbaine en Islam : les waqfs du Caire mamelouk (XIVe-XVe siècles) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20250

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals