Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

Enjeux théoriques et épistémologiques de la globalisation en anthropologie

Bernard Hours et Monique Selim
p. 605-606

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Bernard Hours et Monique Sélim, directeurs de recherche à l’IRD

1Ces conférences ont débuté par deux séances consacrées aux approches de la globalisation en anthropologie. L’approche développée a été précisée par rapport au néoculturalisme américain d’une part et en mettant en œuvre une perspective basée sur les acteurs idéologiques de la globalisation qui ont fait l’objet des cinq séances suivantes respectivement consacrées à la figure du pauvre et à la philanthropie, à l’étranger et à l’autochtone, au marché et aux marchandises, aux normes globales de santé.

2Le pauvre apparaît comme un acteur idéologique essentiel de la globalisation dans la mesure où celle-ci trouve ses racines dans la mondialisation de l’économie de marché. La pauvreté semble se présenter de plus en plus comme l’incapacité d’être riche, c’est-à-dire comme la plus radicale exclusion. Les terrains abordés pour illustration se situent dans le Nord de la France, au Bangladesh, en Ouzbékistan, au Vietnam, en Mélanésie.

3Le développement des postures compassionnelles, caritatives, philanthropiques a ensuite été abordé à partir de travaux anciens au Bangladesh et actuels en Chine. Les discours sur la solidarité se répandent et constituent un vecteur idéologique de la globalisation.

4Outre le pauvre, émerge la figure de l’étranger qui est centrale dans un contexte de déterritorialisation qui constitue l’appartenance comme décisive et productrice du sens. La perte ou la dilution des repères spatiaux appelle la construction de nouveaux Insignes de l’appartenance. Les terrains mobilisés ont permis de tester les hypothèses proposées.

5La place déterminante de la santé comme dimension de l’interdépendance globale a ensuite été avancée, la norme de santé apparaissant comme l’une des plus globalisantes.

6La méthodologie des enquêtes a été développée, avec le recul d’une réflexion épistémologique, pour mettre en lumière les contextes soumis aux processus de globalisation, en prenant pour exemples les enquêtes réalisées par les deux intervenants, les difficultés rencontrées et les méthodes d’analyse mises en œuvre.

7La dernière séance a porté sur l’anthropologie face aux mouvements sociaux. L’ensemble des conférences a souligné les dimensions extraculturelles, les rapports sociaux et les acteurs idéologiques ou symboliques qui permettent d’interpréter la globalisation comme un ensemble de processus de production du sens qui va au-delà des flux de communications.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours et Monique Selim, « Enjeux théoriques et épistémologiques de la globalisation en anthropologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 605-606.

Référence électronique

Bernard Hours et Monique Selim, « Enjeux théoriques et épistémologiques de la globalisation en anthropologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20258

Haut de page

Auteurs

Bernard Hours

Articles du même auteur

Monique Selim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals