Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

Anthropologie de la propriété et du pouvoir : des utopies alternatives au néolibéralisme 2

Birgit Müller
p. 606-607

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Birgit Müller, chargée de recherche

1Ce séminaire a proposé une anthropologie des rapports de propriété et de pouvoir en pleine transformation au tournant du XXIe siècle. Le thème poursuivi au fil des séances sur deux ans était comment des acteurs individuels et collectifs agissent au quotidien dans des périodes de grandes transformations structurelles. Quel est le rapport entre leurs visions du monde et leurs pratiques, et les grands changements qui ont lieu ? Jusqu’à quel point saisissent-ils et créent-ils des possibilités d’action, font-ils l’histoire ?

2Après avoir étudié l’année dernière l’économie alternative et les transformations post-socialistes dans les entreprises en Allemagne, on a mis cette année l’accent sur les structures économiques et écologiques de la globalisation néolibérale qui émergent dans les années 1990 en prenant l’exemple des agriculteurs. Comment deviennent-ils des objets de gouvernance internationale, et comment interagissent-ils au quotidien avec leur environnement naturel, politique et économique ? On a analysé comment une vision changeante du monde et des rapports de forces en transformation influence les actions économiques et comment évolue la conscience de soi des agriculteurs au cours de ce processus.

3Les agriculteurs ont été l’objet de nombreuses déclarations d’intention formulées récemment par les agences internationales telles que la FAO et l’UNEP. Des débats politiques houleux ont eu lieu lors des forums internationaux sur le futur de l’agriculture sur, comment nourrir les 1 000 millions de personnes qui souffrent de faim dans le monde. En effet, pendant les vingt dernières années, les technologies agricoles ont changé énormément et lié à cela les régimes de propriété rurale : brevetage des semences, collectivisation, disparition des coopératives. Le commerce des produits agricoles a été libéralisé et les agriculteurs du Sud sont maintenant en compétition directe avec ceux du Nord. Les pratiques agricoles deviennent ainsi des objets que les institutions internationales cherchent à gouverner par des procédures politiques et des démarches administratives. On a étudié comment les administrateurs de la FAO, les délégués des pays membres, les ONG et les membres des organisations de la société civile produisent des régulations et recommandations qui ont des conséquences pour les pratiques individuelles et collectives au quotidien.

4Dans un deuxième temps, on a vu comment de grands agriculteurs au Canada et de petits paysans au Nicaragua se positionnent dans leurs pratiques quotidiennes par rapport aux idéologies et structures globalisées du libre-échange, de la propriété privée et de la gestion de l’environnement. Comment les agriculteurs prennent des décisions de vendre leurs récoltes, essaient de trouver des règles et des régularités dans le fonctionnement du marché et créent des mythes pour faire sens du marché, montrent les règles du jeu dans la pratique et dévoilent les opacités et irrationalités du système. C’est la somme des décisions techniques et politiques collectives et individuelles et la perception des mécanismes du marché au niveau local qui contribue à perpétuer ou à changer le système global de la production agricole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Birgit Müller, « Anthropologie de la propriété et du pouvoir : des utopies alternatives au néolibéralisme 2 », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 606-607.

Référence électronique

Birgit Müller, « Anthropologie de la propriété et du pouvoir : des utopies alternatives au néolibéralisme 2 », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20260

Haut de page

Auteur

Birgit Müller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals