Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

Orient littératures

Gilles Ladkany
p. 607-608

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Gilles Ladkany, maître de conférences à l’ENS-Lyon

1Le séminaire animé avec Leili Anvar-Chenderoff, maître de conférences à l’INaLCO, Altan Gokalp, directeur de recherche au CNRS et Timour Muhidine a porté sur trois directions de travail : la littérature de guerre, conflits et tensions dans le monde arabe, et plus largement au Proche et Moyen-Orient, la représentation des sociétés arabes à travers la fiction romanesque ; la place de l’écriture féminine dans les sociétés.

2Les deux journées consacrées à Mahmoud Darwich (IISMM-ENS-LSH) avec des poètes, des critiques et universitaires ont donné le ton : la littérature de combat, thème développé les années précédentes, disparaissait derrière l’hommage à la poésie ; la littérature francophone libanaise depuis la guerre au sein du Liban (Zahidda Jabbour) a enrichi cette perspective.

3De même, toute une littérature, fondée sur guerre et martyrologie en Iran à l’occasion des différents conflits a été présentée par Christophe Balay, et comparée aux littératures des pays voisins : la représentation littéraire des sociétés et leurs réactions sont intimement liées aux thématiques présentées ci-dessus, autour des journées d’étude et de séminaires sur l’écrivain égyptien El Aswany. Elle fut poursuivie par d’autres interventions, notamment entre la littérature syrienne dans ses différentes dimensions sociales et fonctionnelles (Jamel Barut). Il va de soi que l’écriture féminine occupe une place de choix pour révéler l’état des sociétés et poursuit une trajectoire entamée depuis un demi-siècle.

4L’analyse de la poésie de Hamida Khamis venue du Bahreïn a prolongé un cycle entamé depuis deux ans sur la poésie des Émirats et de l’Arabie avec Zeynab Lasouadj, à la fois comme critique et comme créatrice. L’étude de la littérature iranienne contemporaine a également donné la mesure d’un mouvement de renouveau littéraire en langue persane venue de la littérature féminine.

5À la suite du séminaire ont été développées trois directions : une dimension diachronique, un élargissement des thématiques, une perspective comparatiste. À titre d’exemple : la présentation de la littérature amoureuse de Rumî à Majnûn Layla (Leyli Anvar).

6La littérature sociale et fantastique turque (Timour Muhyiddine et Altan Gokalp) ; les travaux de comparaison entre le Fou d’Elsa d’Aragon et Majnûn Layla ainsi que L’Andalousie ou l’étude de Kateb Yacine et sa comparaison à Albert Camus, et donc l’élargissement à la francophonie et à la littérature française (Stéphane Bacquey), enfin l’élargissement à l’histoire même de la littérature arabe dans ses différentes composantes (Gilles Ladkany).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Ladkany, « Orient littératures », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 607-608.

Référence électronique

Gilles Ladkany, « Orient littératures », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20261

Haut de page

Auteur

Gilles Ladkany

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals