Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud – CEIAS

p. 641-642

Texte intégral

1Dans le cadre des enseignements du Centre, Michel Angot a examiné les moyens linguistiques utilisés par les commentateurs des mystiques ou par les mystiques eux-mêmes dans le domaine sanskrit, en étudiant le commentaire de Candrakîrti sur le chapitre XXIV des Stances du Milieu de Nâgârjuna, celui attribué à Vyasa sur les sûtra I.41-51 du Yoga-Sûtra, l’analyse de tat tvam asi par Shankara et le commentaire de Jayaratha sur les kârikâ 95-100 du chapitre III du Tantrâloka d’Abhinavagupta. Marie-Claude Mahias s’est atlachée, έ partir d’exemples pris dans le monde indien traditionnel, sans négliger les transformations contemporaines ni la dimension comparatiste, à présenter les. concepts fondamentaux et les méthodes pour étudier les faits techniques dans une perspective ethnologique, montrant, à partir de diverses approches et de divers domaines, que les techniques n’existent pas indépendamment des rapports entre les hommes et les femmes, et du sens que ceux-ci leur donnent. Corinne Lefèvre et Claude Markovits ont procédé à une présentation générale de l’histoire de l’Inde depuis l’Antiquité jusqu’au milieu du XXe siècle, axée sur un examen des débats historiographiques majeurs qui ont animé ce champ d’étude depuis la période coloniale, en organisant chaque séance autour de textes ou d’ouvrages de référence permettant d’évoquer un thème ou un moment particulier de l’histoire indienne, et avec pour fil directeur les rapports entre États et sociétés. Denis Matringe a animé un atelier annuel de lecture de textes en Persan classique destiné aux étudiants désireux de travaille sur l’islam indien. – Au sein de l’IISMM, Aminah Mohammad-Arif a étudié, avec des collègues islamologues d’autres centres, les processus de construction des catégories qualifiant les divers courants de l’islam et les groupes sociaux ou politico-religieux (« islam libéral », « traditionaliste », « wahhabi », etc.) en usage dans les nouveaux centres de l’islam hors du Moyen-Orient, à partir de matériaux en provenance de divers terrains et dans le cadre d’une approche comparatiste. Pour dessiner ce qu’est le modèle indien d’émergence Jean-Luc Racine a analysé le rôle des externalités qui caractérisent l’Inde d’aujourd’hui : insertion nouvelle de l’économie indienne dans le système mondial, spécificités du rapport indien à l’externalité (qui n’est pas vue comme le moteur principal de la croissance, contrairement à d’autres pays asiatiques), et conséquences de ces dynamiques sur la géopolitique indienne (formes de la compétition avec la Chine ; quête de ressources extérieures, positionnement indien face aux organisations internationales et relations avec la puissance américaine. Avec Tristan Bruslé, Blandine Ripert a examiné les changements en cours dans le Nord-Est indien et leurs traductions sociospatiales à différentes échelles, dans leur contexte politique et économique et autour de différents thèmes (migration, urbanisation, conflits d’appropriation de l’espace, questions environnementales, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud – CEIAS », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 641-642.

Référence électronique

« Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud – CEIAS », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20299

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals