Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

CRAL – Centre d’histoire et de théorie des arts (CEHTA)

Anne Creissels et Giovanna Zapperi
p. 645-647

Texte intégral

Anne Creissels, Giovanna Zapperi, docteures

ACEGAMI (Analyse culturelle et études de genre/art, mythes et images)

1Créé en 2006, ce groupe de recherche propose de s’approprier les outils théoriques développés par les cultural et gender studies anglo-saxonnes afin d’examiner des rapports de domination et des questions identitaires au sein des représentations culturelles, dans une articulation affirmée entre image, sens et idéologie.

2Lors de la première séance, nous avons ouvert une discussion sur la façon dont les questions d’identité sexuée travaillent l’histoire de l’art, à partir de : « Questions d’identité sexuée : l’histoire refoulée de l’art », article paru dans le numéro 63 de la revue Histoire de l’art, octobre 2008.

3Dans les séances suivantes, les travaux en cours ont été présentés et discutés. Les étudiants, doctorants et chercheurs ont fait état de leur recherche actuelle sur des sujets aussi divers que le graphisme et le féminisme à Los Angeles dans les années 1970, le bas-bleuisme dans l’art, Annette Messager et la critique ou encore la séduction au cinéma.

4La dernière séance a été consacrée à la nouvelle présentation thématique des collections du musée national d’Art moderne : « elles@pompidou. Artistes femmes dans les collections du Centre Pompidou ». Présentation par David Bouchet, stagiaire, suivie d’une discussion avec la participation d’Élisabeth Lebovici.

5De nombreux étudiants en M1 ou M2 suivent le séminaire et manifestent par là l’Intérêt des jeunes chercheurs pour ce type d’approche à la fois transhistorique et transdisciplinaire.

6À la rentrée prochaine (17 octobre 2009), ACEGAMI organisera, en collaboration avec l’ΙΝΗΑ (programme de recherche : Art contemporain dans la mondialisation) et le CEHTA/EHESS, une journée d’étude intitulée : « Subjectivités, pouvoir, image : l’histoire de l’art travaillée par les rapports coloniaux et les différences sexuelles ». Ce sera l’occasion de donner une plus grande visibilité aux réflexions du groupe.

7Le blog, créé l’an dernier, continue de rendre compte des activités passées et en cours d’acegami (http://acegami.blogspot.com).

8Comité de rédaction Images Re-vues

Le montage : outil théorique, procédé historiographique

9Nous avons pris l’option depuis deux ans d’une thématique propre au séminaire, qui développe un axe de recherche continu, sur la durée, distinctement des numéros publiés par notre revue en ligne (histoire, théorie et anthropologie de l’art). Nous nous sommes donc attachés à l’étude du concept de montage, pris en tant que procédé historiographique, outil herméneutique et mode de composition. Il s’agissait d’interroger son double rôle, productif et interprétatif, à travers un ensemble d’œuvre et de problématiques dont le moment cinématographique ne constituerait qu’une expérience parmi d’autres. Nous faisons ici le compte rendu de la deuxième année, 2008-2009, qui a clos ce cycle de recherche spécifique, qui devrait aboutir dans un numéro en ligne hors-série sur la question du montage en histoire de l’art, à paraître pour fin 2009.

10Nous avons d’abord mis un point d’honneur à inviter des artistes, autrement placés que les théoriciens pour offrir leur expérience de ce qui, par définition, se veut une pratique du montage. Julien Audebert, par exemple (dans ce qu’il appelle des « démontages »), produit à partir de screenshots cinématographiques une conversion panoptique ou panoramique du film traité (Hitchcock, Murnau, Eisenstein...). Il dévoile ainsi le paysage mental auquel tout film se dérobe par l’effet du montage. Sa contribution nous a permis d’évoquer des questions comme l’archive visuelle ou l’imaginaire de la numérisation. Cette entrée en matière dans le montage des temporalités hétérogènes, qui donne lieu à une sorte de musée imaginaire du cinéma, a trouvé un prolongement avec d’autres formes de questionnement infra-iconographiques, comme la contribution de Marco Vilarri (Rome). Partant d’une analyse sémiotique de l’eau chez des artistes aussi divers que le Bernin, Francis Bacon et Alfred Hitchcock, c’est une méthodologie anachronique du montage entre sculpture, peinture et cinéma qui a révélé des effets de sens et des logiques sensorielles contiguës, œuvrant à sa façon vers de nouvelles formes de Bilderatlas. Nous avons cherché nous-mêmes à alimenter les rencontres d’objets et d’approches a priori éloignés, pour en mesurer la potentialité interprétative et théorique. Comme par exemple en invitant au cours de la même séance, Éric Brunier, à propos d’un collage de Picasso, questionnant dans l’écart de l’opération plastique et de l’opération conceptuelle, ce qu’est montrer/monter un objet, et Philippe Guedj, à propos de la construction rhétorique et d’une typologie des montages chez Fritz Lang. Entre peinture et cinéma, le montage fonctionne de façon opposée, d’où la productivité de leur mise en parallèle : l’espace, la surface et le fractionnement d’un côté, le temps, la profondeur et l’enchaînement de l’autre. La contribution de Luc Vancheri a permis de faire un point déterminant, en procédant à l’archéologie du montage comme ressort originaire de la modernité, prenant appel de sa manifestation chez Jean-Luc Godard. Celui-ci part du montage pour retrouver le réel, le mythe, l’image, le film, la caméra, la projection, la fable, en somme tout ce avec quoi le cinéma a réussi à se construire. Ce que dit Godard au terme de sa carrière, c’est que le monde n’est devenu pensable que sous l’effet des images qui ont été montées. Mais pour cela, il a fallu que le cinéma se donne une pensée de l’image et qu’il s’affirme en même temps au titre d’une nouvelle image de la pensée. Enfin plusieurs membres du comité de rédaction de Images Re-vues ont présenté leurs réflexions et objets d’études liés à cette question, notamment sur le plan de l’anthropologie historique et l’analyse des contextes multiculturels. On a ainsi pu considérer l’état de l’hybridation des formes entre passé et présent, recherches historiographiques et fantasme orientaliste chez Paul Gauguin, mais aussi dans la peinture contemporaine de la tribu Trumai au Brésil (Morad Montazami et Sophie Moiroux).

11Après ces échanges nourris et ces rencontres fructueuses, qui donneront naissance à notre numéro spécial Montage, le séminaire reprend sa fonction de satellite par rapport à la publication en ligne, ses thématiques, ses objets d’étude et les différents auteurs qui y publient.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Creissels et Giovanna Zapperi, « CRAL – Centre d’histoire et de théorie des arts (CEHTA) », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 645-647.

Référence électronique

Anne Creissels et Giovanna Zapperi, « CRAL – Centre d’histoire et de théorie des arts (CEHTA) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20303

Haut de page

Auteurs

Anne Creissels

Articles du même auteur

Giovanna Zapperi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals