Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne – CRIA

Jean-Louis Georget et Monika Salzbrunn
p. 659-661

Texte intégral

Jean-Louis Georget, maître de conférences à l’Université Paris-XIII/Nord

L’ethnologie allemande de la Seconde Guerre mondiale à l’école de Tübingen

1Le séminaire a commencé par s’interroger sur la manière dont s’étaient noués les liens forts entre la philologie de la fin du XIXe siècle et l’ethnologie telle qu’elle se donne à comprendre dans les années vingt du siècle précédent. À l’instar de nombreuses disciplines issues du paysage des sciences sociales allemandes à l’époque de l’empire bismarckien, la Volkskunde, qui n’est pas encore une discipline universitaire, a une fonction de légitimation pour l’État allemand nouvellement créé. Nous nous sommes donc intéressés à ce qui peut apparaître comme une germanistique des marges visant à réintégrer par le lien culturel les anciens territoires germanophones exclus du projet de petite Allemagne après Sadowa. Prenant partiellement pour modèle les avancées anthropologiques décisives de la fin du XIXe siècle, la Volkskunde n’en reste pas moins cantonnée à une marginalité dont elle ne sortira qu’après le premier conflit mondial. Cependant, elle s’impose autant comme une science philologique que comme une science ethnographique qui vise à circonscrire ce que peut être le territoire au-delà de la définition qu’en donne l’école historique prussienne. L’implantation de musées dans diverses régions de l’Allemagne est sans doute l’un des phénomènes les plus intéressants de cette évolution essentielle, comme a pu le montrer Laurent Garros dans la monographie qu’il a consacrée à la naissance de la discipline à Hambourg.

2Les années vingt sont dès lors le tournant décisif : prise dans ce que Jan Eckel appelle une atmosphère de défaite généralisée, l’université allemande cherche alors des modèles globalisants. Certains, comme Hans Naumann, regardent du côté de l’ethnologie et de l’anthropologie occidentales et tentent de se rattacher à des modèles connus, revisités par la tradition allemande. Son petit ouvrage au titre évocateur, les fondements de la Volkskunde allemande, suscitera un débat acharné avec ses contradicteurs.

3Le mouvement vitalisateur pour la discipline viendra des différentes écoles autrichiennes, depuis Vienne jusqu’à Innsbruck. Sans doute le traumatisme autrichien issu du démantèlement de l’empire précipitera-t-il la volonté de travailler en commun avec les universitaires allemands. Le symbole le plus fort de cette réappropriation sera l’émergence de la figure de Wilhelm Heinrich Riehl, dont Viktor von Geramb fera le parangon de l’ethnologie allemande. Sans doute le caractère très bavarois de la figure choisie permet-il d’opérer une transition facile entre les deux pays.

4Dès lors, la discipline qui entre dans les universités choisira le modèle organiciste et deviendra l’une des disciplines phares de l’époque nazie. Elle procède d’une réorganisation totale de l’espace dont le point d’orgue sera l’expédition du Tyrol commanditée et financée par les plus hautes autorités du Troisième Reich. Elle fait partie d’un complexe plus large comprenant l’ensemble des sciences qualifiées aujourd’hui de völkisch.

5Les débats de l’après-guerre resteront feutrés et circonscrits à un cercle d’initiés. Seule la RDA décidera d’abolir une discipline qui n’a plus lieu d’être pour avoir été compromise avec le régime nazi. La question du tournant décisif prise par la discipline dans les années 1960 grâce à l’école de Tübingen, qui pose la question des rapports de l’ethnologie allemande à son passé, ne referme pas le débat. En effet, de nouvelles recherches permettent aujourd’hui de s’interroger sur les continuités politiques et conceptuelles qui ont conduit la Volkskunde à accepter cette introspection : il faut sans doute s’interroger sur la nouvelle vision du territoire Induit par la république de Bonn et sur le rôle majeur pris par les sciences politiques dans l’après-guerre pour entrouvrir un pan du voile du chemin qui mène l’ethnologie allemande à se rebaptiser ethnologie européenne ou science empirique de la culture.

Monika Salzbrunn, chargée de recherche à la CE

Pratiques culturelles et événements festifs dans l’espace social transnational : relations interethniques et migrations en France et en Allemagne

6Au cours de ce séminaire, nous avons étudié comment la pratique culturelle des migrants s’inscrit dans la construction de l’altérité, dans les relations interethniques et dans les processus de communautarisation (Vergemeinschaftungsprozesse). La constitution d’espaces sociaux transnationaux est entre autre observable à partir de différents théâtres de négociations identitaires (rites, fêtes, manifestations politiques...). Nous avons abordé l’enracinement local des réseaux migratoires et l’émergence de nouvelles pratiques sociales et spatiales à travers l’événement. Les séances de ce séminaire ont été centrées autour de la présentation d’études ethnographiques ayant pour objet un événement festif ou un rituel. Nous avons analysé des corpus de textes, les procédures politiques et institutionnelles et les stratégies d’occupation de l’espace public déployées par les migrants eux-mêmes. Les approches théoriques développées dans la sociologie et l’anthropologie germanophone et anglophone dans le domaine des études transnationales et dans les « cultural studies » ont été traitées, de même que les nouveaux concepts méthodologiques fondés autour de l’événement. Lors dé la première séance, nous avons dressé un bilan du séminaire de l’année dernière et a introduit la thématique choisie en 2009. La seconde moitié du séminaire a été consacrée à une réflexion sur « Le financement de la recherche universitaire par des bailleurs de fonds extérieurs (Union européenne, Collectivités territoriales, Think tanks) : quelles conséquences pour l’épistémologie ? » Cette thématique s’inscrit dans le programme alternatif de séminaires « Changeons le programme ! » auquel j’ai participé, et qui analysait les effets des réformes en cours sur la place et l’évolution du savoir dans notre société. La dernière séance du séminaire a été consacrée à Karin Sohler (ICMPD, Vienne), qui a parlé de « La participation civique et politique des réfugiés : pratiques locales et transnationales dans l’Union européenne ». Elle a analysé différentes structures d’opportunité qui favorisent la participation politique des migrants, un thème central du séminaire. En 2009-2010, le séminaire sera poursuivi sous le titre « Pratiques culturelles urbaines et événements festifs dans l’espace social transnational : migration et altérité ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Georget et Monika Salzbrunn, « Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne – CRIA », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 659-661.

Référence électronique

Jean-Louis Georget et Monika Salzbrunn, « Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne – CRIA », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20323

Haut de page

Auteurs

Jean-Louis Georget

Articles du même auteur

Monika Salzbrunn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals