Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Méthodes et techniques des sciences sociales

Socio-informatique

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Patrick Trabal
p. 95-96

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Francis Chateauraynaud, directeur d’études
Josquin Debaz, chargé de recherche contractuel au GSPR
Patrick Trabal, professeur à l’Université Paris-Ouest/Nanterre-La-Défense

1Trois séances introductives ont été consacrées au redéploiement des concepts et méthodes de la socio-informatique des controverses. Animées par Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Patrick Trabal, elles ont essentiellement porté sur les rapports entre la sociologie argumentative et la modélisation socio-informatique, ainsi que sur la manière de distribuer les outils et les formes de représentation au fil des enquêtes menées sur de grands corpus évolutifs avec la suite Prospéro, Marlowe et Tirésias. Une séance particulière s’est focalisée sur le jeu dialectique entre les réseaux sémantiques et les cartes de liens, et, dans le même mouvement, sur les relations entre Prospéra et Pajek. Confirmant la fécondité de l’intercomparaison des grands corpus et du travail comparatif coopératif à partir des mêmes outils, une séance animée par Francis Chateauraynaud, Claire Lamine (INRA) et Gilles Tétart (GSPR) a porté sur le réglage de la comparaison de deux grands dossiers, les OGM et les pesticides, à travers la manière dont y est convoquée l’agriculture biologique. Une autre séance a consisté en un bilan critique de deux ans de dialogues entre l’Afsset et le logiciel Marlowe, dialogues opérés via le dispositif marloweb.eu développé dans le cadre de l’observatoire socio-informatique des alertes et des controverses.

2Deux séances ont ensuite été consacrées aux travaux collectifs sur les promesses technologiques et les chimères nanobiotechnologiques (projet Chimères) : Francis Chateauraynaud, Marianne Doury et Patrick Trabal ont, dans un premier temps, présenté les enjeux théoriques de cette recherche, dont l’objet principal, la mise en discussion publique des visions du futur, suppose d’articuler la sociologie des risques, les théories pragmatiques de l’argumentation et l’anthropologie du corps aux prises avec les technologies. Mathieu Quet, Gilles Tétart et Assimakis Tséronis (chercheurs post-doctorants travaillant sur ce programme ANR) ont présenté à leur tour leurs premières enquêtes sur le transhumanisme et sur la critique des nanosciences par les néo-luddites. Autre recherche collective présentée dans le séminaire, le projet Tracinter a été l’occasion d’examiner les conditions du partage des corpus liés à une même problématique, celle de l’interdisciplinarité dans les sciences du sport. Elle a été animée par Cécile Collinet (Université Paris-Est), Patrick Trabal (Université Paris-Ouest) et Philippe Terral (Université Paul Sabatier de Toulouse). La séance suivante est restée dans le domaine de la sociologie du sport avec un focus sur l’Agence mondiale anti-dopage opéré par Julie Demeslay (doctorante en STAPS à l’université de Paris-Ouest).

3Une démonstration publique du dispositif Marloweb à partir du corpus OGM a été présentée par les animateurs du séminaire. Enfin, les deux dernières séances ont marqué un tournant dans l’histoire des outils socio-informatiques avec l’ouverture du premier cercle d’utilisateurs de Prospéro II. Les discussions et les travaux ont pris la forme de deux journées de travail intensif sur le nouveau logiciel, avec la participation de Jean-Pierre Charriau, informaticien, ouvrant ainsi un nouveau cycle de développement de l’instrument.

Publications

  • Avec Josquin Debaz, « Veille sociologique et flux d’informations numériques », texte de la communication à l’atelier Veille numérique, au carrefour des sciences, Actes du colloque ECG, Strasbourg, 2009.
  • « Les paradigmes artificiels de la sociologie », Sociolnformatique et Argumentation, hypotheses.org, 9 novembre 2009.
  • Avec Josquin Debaz, « Doit-on choisir entre web connexionniste et web sémantique ? », Sociolnformatique et Argumentation, hypotheses.org, 23 novembre 2009.
  • « Comment créer de toute pièce un déficit de scientificité en donnant une leçon d’épistémologie », Sociolnformatique et Argumentation, hypotheses.org, 14 juin 2010.
  • Avec Josquin Debaz, « Aux prises avec Prospéra 2.0 », Sociolnformatique et Argumentation, hypotheses. org, 23 juin 2010.
  • Avec Marianne Doury, « The collective making of temporal aspects in public debates », Texte pour le congrès de l’International Society fot the Study of Argumentation, 29-30 June, 1-2 July 2010, Amsterdam.
  • « Les humanités numériques sont-elles solubles dans Google ? », Sociolnformatique et Argumentation, hypotheses.org, 28 juillet 2010.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Patrick Trabal, « Socio-informatique », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 95-96.

Référence électronique

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Patrick Trabal, « Socio-informatique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20387

Haut de page

Auteurs

Francis Chateauraynaud

Articles du même auteur

Josquin Debaz

Articles du même auteur

Patrick Trabal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals