Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Méthodes et techniques des sciences sociales

Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs

Marin Dacos et Pierre Mounier
p. 99-101

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Marin Dacos, ingénieur de recherche au CNRS
Pierre Mounier, professeur certifié

1Organisé pour la première année, le séminaire s’est attaché tout d’abord à effectuer un travail de définition de la notion de Digital Humanities. La première séance du séminaire animée par Corinne Welger-Barboza (Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne) portait sur le mode de fonctionnement des centres de Digital Humanities aujourd’hui, particulièrement en Amérique du Nord. Selon elle, les Digital Humanities peuvent être actuellement définies comme l’exploitation des technologies numériques d’information et de communication par les sciences humaines et sociales. Cette démarche implique une pratique qui repose sur la collaboration d’enseignants et chercheurs de ces disciplines avec des ingénieurs et des techniciens susceptibles de maîtriser toute la chaîne d’une forme particulière d’édition numérique. Ces réalisations éditées, appelons-les des corpus instrumentés, sont accessibles sur le Web ; elles attestent de l’essor de ce qui est considéré a minima comme un domaine singulier, a maxima comme une discipline. Après avoir dressé rapidement une carte des centres de Digital Humanities, elle a exposé plus particulièrement les réalisations des institutions nord-américaines du genre. En effet, celles-ci présentent un mode d’organisation, de fonctionnement et un développement en réseau qui paraissent particulièrement ajustés aux objectifs poursuivis par les Digital Humanists.

2Pour la deuxième séance du séminaire, Lou Burnard (Université d’Oxford) a présenté un « retour sur quarante ans de relations entre sciences humaines et informatique ». Pour lui, les sciences humaines sont en train de vivre un tournant majeur en intégrant de manière de plus en plus étroite l’usage des technologies numériques dans leurs pratiques de recherche. Cette évolution est pourtant en marche depuis plusieurs décennies, avec, dès les années 1960, la réalisation de l’Index Thomisticus par Roberto Busa. Dans son intervention, Lou Burnard est revenu sur cette évolution historique qu’il propose d’analyser suivant une structuration en trois périodes : Literary & linguistic computing, Humanities computing et enfin Digital humanities. Ces trois moments peuvent être identifiés comme trois pistes et positionnements différents dans la manière d’explorer les relations entre sciences humaines et informatique.

3Dans un deuxième temps, le séminaire s’est attaché à explorer plusieurs applications possibles de l’utilisation des technologies numériques aux différents domaines de la recherche. La troisième séance, animée par plusieurs membres du Centre de recherches historiques de l’EHESS, a porté sur la « XML TEI : un outil méthodologique pour la recherche en SHS ». Après une introduction aux enjeux et perspectives de la TEI par Nicole Dufournaud (EHESS), Valérie Gratsac-Legendre (EHESS), Christian Jouhaud (CNRS-EHESS), François-Xavier Petit et Cécile Soudan (CNRS) ont présenté un projet de recherche en phase de démarrage au Grihl-CRH : l’édition électronique critique de La Vie de Michel de Marillac par Nicolas Lefevre de Lezeau (XVIIe siècle). Enfin, Nicole Dufournaud a organisé un atelier pratique d’indexation d’un corpus TEI à partir de la plateforme collaborative Millefeuilles.

4Quatrième séance : « L’analyse de grands corpus évolutifs et la socio-informatique des controverses : de Prospéro à Marloweb » par Francis Chateauraynaud (GSPR-EHESS) et Josquin Debaz (GSPR). À partir de travaux développés depuis le milieu des années 1990 à la croisée de la sociologie et de l’informatique, cette séance du séminaire a examiné des méthodes et des procédures utilisées pour l’analyse de dossiers complexes saisis comme autant de grands corpus évolutifs, formés de textes numérisés. La première partie de la séance a permis de faire le point sur la genèse des outils placés au cœur de la suite logicielle Prospéro-Marlowe-Tirésias tout en les situant dans le champ des outils d’analyse informatisée pour les SHS. La seconde partie de la séance fut consacrée à une démonstration réalisée sur plusieurs corpus de façon à expliciter un certain nombre de concepts et de protocoles.

5La cinquième et dernière séance du séminaire s’est confondue avec l’organisation du premier ThatCamp à Paris, les 18 et 19 mai. Cette première « non-conférence » sur les Digital Humanities organisée en France a rassemblé plus de quatre-vingt personnes parmi lesquels les participants réguliers du séminaire, qui ont débattu au cours d’une dizaine d’ateliers. La rédaction d’un manifeste pour les Digital Humanities a clôturé à la fois le ThatCamp et la première année du séminaire. Lien : http://tcp.hypotheses.org.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marin Dacos et Pierre Mounier, « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 99-101.

Référence électronique

Marin Dacos et Pierre Mounier, « Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20392

Haut de page

Auteurs

Marin Dacos

Articles du même auteur

Pierre Mounier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals