Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Savoirs religieux et genèse des sciences humaines

Maurice Olender
p. 120-121

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Maurice Olender, maître de conférences

Une histoire « interdisciplinaire » du racisme

1Étudier des textes portant sur « la race » au XIXe siècle, examiner les catalogues des grandes expositions anthropologiques et des musées de la période coloniale, permet le constat suivant : si on trouve, dans la conception des « races », une multitude de taxinomies proposant des corrélations entre valeurs invisibles (morales ou intellectuelles) et attributs visibles (couleurs de la peau, forme du crâne, texture des cheveux, etc.), audibles (« races linguistiques ») ou autres types de caractérisation (religieuses, culturelles, géographiques, etc.), on a de la peine à trouver « un » socle commun définissant du « racial ».

2Le séminaire a permis de poursuivre nos enquêtes, soulignant que les idées de « race » ne se fondent pas sur les travaux d’une discipline isolée. « Les théories de la race », conçues par le monde académique du XIXe et de la première moitié du XXe siècle, résultent de grands chantiers « trans-disciplinaires ». Sans toutes les nommer, ont contribué à fabriquer des idées de « race » : la géographie, la linguistique, la médecine, l’anatomie, la craniologie, la philosophie, l’anthropologie physique et culturelle, la sociologie, l’économie, la psychologie des peuples, l’histoire de l’art, la démographie, etc. Contrairement aux idées reçues, ce ne sont donc pas uniquement les sciences de la nature, liées plus explicitement à l’étude de l’hérédité (la biologie, plus tard la génétique des populations), qui fondent les nouvelles sciences de la « race ». La philologie, la musicologie, l’histoire, la théologie ou l’archéologie y participent activement.

3Une autre partie du séminaire a souligné que les conceptions de « race » mobilisaient des mécanismes intellectuels à « idées fixes », visant à « fixer » certains groupes humains dans une « hérédité » irrévocable – « hérédité » qui peut-être aussi bien de « sang » que de « langue » ou de « religion ». Dans le même temps, nous avons pu vérifier l’extrême plasticité de ces idées de « race » qui ont connu un premier succès médiatique international au moment de l’affaire Dreyfus.

4Ilona Svetlikova, de l’Institut de l’histoire des arts de Saint-Pétersbourg, a fait un exposé explorant des archives inédites liées à l’histoire de « L’antisémitisme dans le milieu des mathématiciens russes au début du XXe siècle. Le cas de P.-A. Nekrasov » ; Seloua Luste Boulbina (Université Paris-VII/Diderot) a parlé de « La disparition du sujet : Colonie et indigénat ». Juliette Rennes (EHESS), prolongeant un des thèmes abordés (« Race sans histoire »), a formulé sa problématique de la façon suivante : « Femmes sans histoire ? Discours féministes et antiféministes sous la IIIe République ». Abordant un autre type de corpus, Sarah Al-Matary (Université Lyon-II) a mis en évidence les conjonctions entre antisémitisme, antidémocratisme et griefs de genre dans Le Gorille (1891), un roman oublié d’Oscar Méténier.

5Les problèmes abordés cette année au séminaire, liés à quelques constructions d’altérité plus spécifiques à la « race », ont pu encore être développés : au séminaire de Tassadit Yacine (EHESS) ; lors d’un colloque pluridisciplinaire sur l’autochtonie, organisé par l’école doctorale de l’Université de Paris-VII/Diderot (Psychanalyse, Médecine, Société) ; au « Festival-Filosofia » de Modène ; à « CitéPhilo », à Lille ; à l’Université de Libre de Bruxelles (Institut Martin Buber) ; enfin, lors d’une journée EHESS-CHAM, organisée par Jean-Frédéric Schaub, à la faculté des sciences sociales et humaines de l’Université de Lisbonne.

Publications

  • « Razza ». La violenza di una categoria senza storia, coll. « Paginette », Festival Filosofia, Modène, 2010, 46 p.
  • « Entretien », dans Asdiwal. Revue genevoise d’anthropologie et d’histoire des religions, Université de Genève, n° 4, 2009, p. 29-44.
  • « Phallus sans sépulture. Priapée politique », dans Le Grand huit. Pour fêter les 80 ans de Michel Deguy, Le Bleu du Ciel, 2010, p. 169-172.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Olender, « Savoirs religieux et genèse des sciences humaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 120-121.

Référence électronique

Maurice Olender, « Savoirs religieux et genèse des sciences humaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20416

Haut de page

Auteur

Maurice Olender

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals