Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Critique de l’économie historique. La longue durée des systèmes économiques

Maurice Aymard, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Alessandro Stanziani
p. 128-129

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Maurice Aymard, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay, Alessandro Stanziani, directeurs d’études

1Pour cette première année, deux aspects ont été envisagés en parallèle. D’un I côté, l’examen critique des différents modèles qui, dans la tradition européenne, ont au cours des soixante dernières années visé à encadrer le triple élargissement temporel, spatial et disciplinaire de la recherche historique : la longue durée des sociétés et des civilisations (Fernand Braudel), l’histoire globale (économique ou non : Philippe Norel) élargie aux dimensions du monde dans et la confrontation constructive avec les autres sciences sociales, en particulier l’économie, la sociologie, l’anthropologie et la géographie. De l’autre, les recherches récentes, portant notamment sur l’Asie, l’Afrique, l’Océan indien, qui sont venues diversifier les points de vue et remettre en cause la tradition euro-centrique de la conceptualisation et de l’écriture de l’histoire, et qui ont ouvert la voie à de nouveaux types de comparaison (la « grande divergence » de Kenneth Pomeranz) et permis d’élaborer de nouveaux modèles incorporant un éventail plus large de variables et stimulant de nouvelles recherches pour répondre aux questions posées (ainsi celui de « révolution industrieuse » opposé à celui de « révolution industrielle »).

2Cette confrontation entre les deux approches aujourd’hui dominantes a permis de reposer différentes questions méthodologiques et théoriques, et d’en resituer les réponses au niveau des pratiques mêmes de la recherche. Ainsi celle des échelles d’analyse : comment concilier l’élargissement des perspectives temporelles, spatiales et disciplinaires et les recherches souvent les plus novatrices qui privilégient des terrains, des moments et des documents étroitement circonscrits, où l’interaction entre les différentes variables et les différences entre les réactions des acteurs individuels peut être mise en évidence et aider à casser la rigidité de définitions importées de l’extérieur et inadaptées (ainsi pour l’esclavage) ? Ou encore celle de la simplification en sciences sociales, tantôt préférée, car considérée comme la condition nécessaire de toute théorisation, tantôt rejetée, comme aujourd’hui où la référence à la complexité conduit à multiplier les indicateurs, les coefficients et les explications. Ou enfin celle des niveaux et des modalités de la comparaison, partagée entre la fascination pour les modèles de portée ou d’ambition générale, et le choix, plus concret, de la comparaison terme à terme entre régions et sociétés choisies en revanche pour la présence d’un nombre suffisant de facteurs assez homogènes pour rendre précisément la comparaison possible.

3Si, pour des raisons évidentes, liées à la fois à la rapidité de son développement actuel et à la fascination qu’elle a longtemps exercée – Marco Polo et Matteo Ricci obligent – sur l’imaginaire européen, la Chine occupe aujourd’hui la première place dans ces efforts de comparaison, les recherches récentes sur l’Afrique subsaharienne de l’Est et du Sud-Est tournée vers l’Océan indien permettent d’échapper au risque d’un face à face à ce point exclusif que l’Inde s’en trouve le plus souvent exclue. Elles nous invitent à un véritable renversement : il ne s’agira plus seulement de chercher à appliquer à l’Afrique les modèles et les expériences historiques de l’Europe mais, plus radicalement, de repenser l’histoire européenne à partir des dynamiques africaines. L’historiographie reste aujourd’hui partagée dans sa manière de traiter des questions comme celles de l’État-nation, de la dépendance, de l’industrialisation, de la modernisation, de la globalisation ou encore du salariat et du capital dont la pertinence pour l’Afrique est au centre des débats actuels. Deux courants principaux semblent se dégager. D’un côté, certains auteurs partent à la recherche de notions suffisamment générales pour qu’elles soient valables dans tous les contextes mentionnés : c’est le cas, par exemple, des coûts de transaction (Austin) ou de l’ouvrier-paysan (Cooper). D’autres, en revanche, préfèrent souligner la relativité historique de toutes ces notions et à partir de là, la nécessité d’intégrer dans le raisonnement les temps longs des dynamiques historiques des sociétés, des économies et des cultures (qu’il s’agisse du temps long, quasi immobile et lent à s’écouler proposé par Fernand Braudel comme l’un des langages communs des sciences sociales, ou de ce temps immobile que le même Fernand Braudel trouve et refuse chez Claude Lévi-Strauss). Dans un cas comme dans l’autre, c’est bien la notion de marché qui s’est retrouvée au centre des analyses et des débats. Cette notion a pu ainsi être discutée dans ses significations multiples, de manière à y inclure des éléments tout aussi disparates que les formes de l’échange en Afrique, les prestations familiales en Europe, Asie et Afrique, les enfants et leur travail, les connaissances agronomiques, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Aymard, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Alessandro Stanziani, « Critique de l’économie historique. La longue durée des systèmes économiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 128-129.

Référence électronique

Maurice Aymard, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Alessandro Stanziani, « Critique de l’économie historique. La longue durée des systèmes économiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20421

Haut de page

Auteurs

Maurice Aymard

Articles du même auteur

Jean-Yves Grenier

Articles du même auteur

Gilles Postel-Vinay

Articles du même auteur

Alessandro Stanziani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals