Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire sociale et démographie

Histoire politique et anthropologique de l’environnement

Geneviève Massard-Guilbaud
p. 143-144

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Geneviève Massard-Guilbaud, directrice d’études

Histoire environnementale du monde contemporain, XVIIIe-XXe siècle

1Une première partie du séminaire a été consacrée à l’exploration de la vision de l’histoire qui ressort de synthèses globales en histoire environnementale comme celle de Donald J. Hughes, An environnemental History of the World, ou de Joachim Radkau, Nature and Power, A Global History of Environment. Ces travaux s’appuient sur des traditions philosophiques, disciplinaires et nationales très différentes. Il s’agit là d’une caractéristique forte de l’histoire environnementale, sous-discipline qui ne se contente pas, comme tant d’autres, de prêcher la pluridisciplinarité et la transnationalité mais les pratique effectivement. L’histoire environnementale n’est aujourd’hui écrite que de façon minoritaire par les universitaires formés en histoire. D’autres disciplines se sont emparées de l’écriture d’une histoire dont elles ressentaient le besoin sans en connaître les règles. L’histoire environnementale constitue donc un creuset dans lequel se fondent, tant bien que mal, des visions radicalement différentes, profondément ancrées dans la tradition des humanités pour certaines, largement influencées par la biologie, pour d’autres. Le séminaire a réfléchi aux raisons du succès auprès d’un très large public de travaux comme ceux de Jared Diamond ou de Garett Hardin, qui proposent une perspective simpliste de l’histoire de l’humanité et de son rapport à l’environnement et ne respectent pas toujours les règles de la discipline historique comme la critique, le croisement des sources, ou même leur citation. Les démonstrations de ces ouvrages visent souvent à illustrer une thèse unique, ou à montrer que l’histoire se déroule selon un schéma qui se serait reproduit indéfiniment au fil du temps et des civilisations, ou encore à conforter une idéologie facilement identifiable derrière le discours pseudo-historique. On a également discuté le bilan historiographique approfondi effectué par John McNeill dans la revue History and Theory, 42, 4, « Observations on the nature and culture of environmental history », qui en classant (en 2003) la France dans la catégorie des « ratés de l’histoire de l’environnement » a ré-ouvert une discussion déjà engagée les années précédentes dans le séminaire sur le rôle éventuel des Annales dans ce retard et la façon dont les historiens des Annales ont considéré l’environnement. On a donc repris cette quête de l’environnement dans les travaux de Fernand Braudel, de Marc Bloch et d’autres. John McNeill, professeur invité par l’École, a donné dans le séminaire trois conférences sur Guerre froide et environnement ; Révolution industrielle, histoire globale et environnement ; enfin autour de son dernier livre, Mosquitos’ Empire, sur le rôle des maladies tropicales dans l’histoire des Caraïbes. Ces interventions ont suscité, dans les séances qui ont suivi, un débat sur la question des échelles et la pertinence de l’histoire globale, dont John McNeill est un adepte. Deux séances ont été consacrées à la question de la justice environnementale. L’histoire du concept et du mouvement pour la justice environnementale a été rapidement abordée, et deux textes considérant la question à des échelles très différentes, étudiés. Martin Meiosi, « Environmental justice, Ecoracism, and Environmental History », et Ramachandra Guha, « The Authoritarian Biologist and the Arrogance of Anti-Humanism : Wildlife conservation in the Third World ». Il ne s’agissait que d’une introduction à un sujet qui sera travaillé en détail l’an prochain. Quatre participants au séminaire ont enfin présenté leurs travaux en cours sur les conflits environnementaux dans l’Espagne franquiste, la création des réserves naturelles intégrales à Madagascar (1920-1960), la création du parc naturel régional de Camargue et la question des nuisances liées aux transports aériens.

2Les participants au séminaire ont également participé au séminaire historiographique du RUCHE, particulièrement apprécié des étudiants. À chaque séance, le meilleur spécialiste d’un domaine était invité à présenter l’état des recherches et des grandes questions en débat dans ce domaine. Ont été successivement abordées l’histoire des zones humides, l’histoire des risques et des catastrophes, les questions de santé et d’environnement, l’histoire du climat et de la météorologie, l’histoire et la biodiversité. Les participants au séminaire étaient également invités à participer à deux séances du séminaire « Débordements industriels dans la cité », tenu au CARAN et organisé par l’axe environnement du CDHTE, et à la journée d’études co-organisée par le RUCHE et le GRHEN et intitulée : « Ressources et Crise des ressources : enjeux interdisciplinaires », journée à laquelle participaient historiens mais aussi géographes, sociologues et économistes.

Publications

  • Histoire de la pollution industrielle, France 1789-1914, Éditions de l’EHESS, 2010.
  • « Environnement : une lente prise de conscience », dans Dictionnaire des patrons, sous la dir. de Jean-Claude Daumas, Flammarion, 2010.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Massard-Guilbaud, « Histoire politique et anthropologique de l’environnement », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 143-144.

Référence électronique

Geneviève Massard-Guilbaud, « Histoire politique et anthropologique de l’environnement », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 28 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20433

Haut de page

Auteur

Geneviève Massard-Guilbaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals