Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Histoire du Brésil, XIXe-XXe siècles

Patricia Sampaio Silva et Emanuela Grosso
p. 169-170

Texte intégral

Patricia Sampaio Silva, maître de conférences

L’émergence du Brésil moderne. Les nouveaux mondes dans l’ère des États Nations

1Comme chaque année nous avons d’abord procédé à une mise à niveaux de l’histoire du Brésil pour des étudiants de niveaux très différents, tant en fonction de leurs disciplines d’études que de leurs degrés de formation (auditeurs libres, étudiants de master 1 et 2, doctorants). À partir d’une bibliographie spécifique, de préférence des travaux les plus récents, les premières séances ont été consacrées à un rappel des changements majeurs (sociaux, économiques, politiques, culturels...) survenus dans la société brésilienne à la « guerre du Paraguay » (1870). Puis nous avons donné un aperçu de la réorganisation sociétale (qui implique la mise en place de nouvelles hiérarchies) suite, entre autres de l’abolition de l’esclavage, des transformation de la diffusion des idées scientifiques et leur influence dans les écoles de droit, du renversement de la monarchie, des deux expériences républicaines (1889-1930 et 1930-1937), de l’arrivé massive d’immigrants d’origine forts divers, de l’essor de la culture du café ou de la spécificité de l’industrialisation.

2Il nous a été alors possible d’appréhender cette réorganisation sociétale au sein d’un processus de spatialisation de l’affirmation d’un autre type d’État. Pour ce faire nous avons, d’une part, choisi comme terrain d’étude les vastes municipios ruraux (divisions administratives et juridiques, comportant ville, villages, et champs d’exploitations). De l’autre, appuyé sur la littérature sur structure étatique l’ancien régime, qui démontrent son altérité par rapport à l’État contemporain, nous avons pu voir de quelle manière la monarchie brésilienne, en conservant de nombreuses caractéristiques, est particulièrement hybride (La charte constitutionnelle de 1824 en est un exemple des plus illustratifs). Le quotidien des municipios ruraux nous a permis de saisir la réalité au niveau local de ce « Minotaure Impérial » (un même corps composé d’essences distinctes, privée et publiques, absolutiste et constitutionnelle) ainsi que l’effacement progressif de cette hybride, et ce, au travers des humbles détails. Entamé dans le dernier quart du XIXe siècle nous avons ainsi vu comment ce processus poursuit sa concrétisation durant la première république, qui fut, en réalité « IIIe Empire sans roi », et arrive à son terme dans la courte IIe République : progressivement ce ne sont plus des vielles maisons délabrées et louées qui servent de prison, des modestes pénitenciers voient le jour, ce n’est plus chez maître d’école que s’alphabétise, un, puis deux immeubles scolaires se construisent ou encore des villages acquièrent l’autonomie, d’abord administrative puis juridique, pour que chaque municipio soit aussi siège de comarca (siège de juridiction comportant des juges de droit)...

3Une attention particulière a été accordée à la laïcisation ou sécularisation du sol urbain, particulièrement visible dans ces petites et moyennes villes de l’intérieur des terres. La majorité des villes brésiliennes étant nées d’une donation faite aux pouvoirs ecclésiastique, l’Église reste, en effet, l’unique propriétaire de l’ensemble de ce sol urbain, et l’analyse des procès Intentés par les élus locaux à l’encontre des confréries chargées de gérer les biens ecclésiastiques (Fabricas) ou leur correspondance avec les autorités des États nous a permis d’apercevoir les problèmes dus au maintien de l’institution de l’aforamento. Celle-ci, mise en place depuis l’époque coloniale, accordant à l’Église le soin d’encadrer le social, dispensant des services religieux et juridiques ne sera jamais vraiment remis en question. La séparation de l’Église et de l’État se fait justement sans porter atteinte aux biens ecclésiastiques. Et si l’avènement très tardif du Code civil, lui enlève, en théorie, l’une de ses prérogatives (ce Code aura, en effet, du mal à s’imposer) dans les modestes centres villes, les principales rues, places, terrain sur lesquels se construisent les bâtiments publics lui appartiennent. Nous avons vu que toutes les tentatives des autorités municipales ont été vaines, les procès se soldent par des échecs et les municipalités sont obligées d’acheter les sols pour parachever cette sortie de l’hybridité. Mais, comme nous l’avons également vu, ce rôle majeur d’encadrement du social exercé, l’Église se maintiendra autrement : dans un changement de focale nous avons ouvert des pistes pour l’analyse de ses activités et son influence sous l’Estado Novo, dont elle fut en effet, l’un des piliers.

Publications

  • « De l’envers de l’endroit ou de l’éternel basculement dans la violence dans la vallée du Pajeu », dans L’expérience des situations limites, sous la dir. de Gilles Bataillon et Denis Merklen, Karthala, Paris, 2009.
  • « Alphabétiser, au delà de clichés, le cas du Pajeu », dans Parcours d’une sociologue, figures d’un engagement, sous la dir. de Mihai Dinu Gheorghui, Pascale Gruson, Daniella Rocha, Editura Universitatii, lasi, 2009.

Patricia Sampaio Silva, maître de conférences
Emanuela Grosso

4Compte rendu non communiqué

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Sampaio Silva et Emanuela Grosso, « Histoire du Brésil, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 169-170.

Référence électronique

Patricia Sampaio Silva et Emanuela Grosso, « Histoire du Brésil, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20463

Haut de page

Auteurs

Patricia Sampaio Silva

Articles du même auteur

Emanuela Grosso

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals