Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Société, pouvoirs et processus politiques dans la Chine du XXe siècle

Yves Chevrier et Xiaohong Xiao-Planes
p. 179-180

Texte intégral

Yves Chevrier, directeur d’études
Xiaohong Xiao-Planes, professeur à l’INaLCO

Les débuts du régime maoïste :
chantiers d’histoire politique et sociale des années 1950

1Le passage du temps et les bouleversements des trente dernières années font entrer dans l’histoire la révolution maoïste et les commencements du régime communiste chinois. En visitant des chantiers liés à la publication de nouvelles sources, le séminaire s’est donné pour objet ce passage dans l’écriture de l’histoire. En premier lieu, l’abondance des mémoires publiés ces dernières années par des dirigeants de haut rang et des cadres communistes a orienté l’Investigation, avec Jean-Luc Domenach (CERI), en direction du pouvoir. Parmi les nombreuses vérifications de témoignages antérieurs, maints passages confirment le caractère absolu et l’arbitraire du pouvoir présidentiel, ainsi que le climat de cour pesant sur les dirigeants qui vivent en vase clos sous l’œil du maître. Sont également vérifiées les analyses qui mettent en lumière la précocité de ce pouvoir, tout comme l’alliance nouée par Mao avec Liu Shaoqi et le « Bureau de Chine du Nord ». Certains témoignages éclairent la grande énigme des années 1950 en liant la chute de Gao Gang à une crise de cette alliance tenant à la fois au renforcement des alliés de Mao et aux soupçons qu’il nourrit à leur encontre. Xiaohong Xiao-Planes a joint à ces analyses un dossier particulièrement complexe en retraçant la carrière de Pan Hannian, homme de réseaux et d’influence (auprès des milieux d’affaires de Hong Kong et Shanghai) dont l’élimination ne fut pas sans rapport avec cette affaire.

2Hors des cercles du pouvoir, les souvenirs d’intellectuels non communistes permettent à Christine Vidal (Université Lille-III) de revisiter l’épineuse question des ralliements au nouveau régime. Autour de 1949 les itinéraires sont complexes et la gamme des convictions nuancée – ce en quoi ces nouvelles sources sont d’un apport précieux. Des lignes de force communes se laissent cependant deviner. Entre les illusions des ralliés et le piège du ralliement, celles que les historiens ont repérées supposent un pouvoir tout-puissant dès le moment de son installation. C’est précisément ce point qui est remis en cause ici. Dès lors que le parti communiste a besoin d’alliés afin d’asseoir sa domination dans les villes, celle-ci apparaît comme une construction progressive dans laquelle la dynamique des forces ouvre une « fenêtre » politique. À la faveur de ce moment « gramscien », les ralliés sont plus captivés qu’ils ne sont captifs avant que les axes du pouvoir ne se renforcent et se referment. Sur le versant des imaginaires sociaux et de la normativité, Isabelle Thireau (EHESS-CNRS) a suivi dans un dossier issu des archives shanghaiennes les déboires d’un directeur d’école confronté à la montée du nouveau « monde commun » dont les principes lui restent étrangers. Manifeste dès 1952, la domination sans partage s’exerce à coup d’événements fabriqués, telle la critique de Hu Feng en 1955. Le séminaire a visionné un film réalisé à partir de souvenirs (Hong ri fengbao, Le soleil rouge tempête, de Peng Xiaolan et Louis A. Wei, 2009) et a consacré une large réflexion, avec Paul Charon (doctorant EHESS), aux questions relatives à la nature et au caractère évolutif de la domination communiste. Le paradoxe d’une emprise à la fois totale et relative explique comment Mao lui-même continua de construire un pouvoir pourtant absolu, et comment ce pouvoir composa et rencontra des obstacles qu’il fut en mesure de balayer en 1958. Auteur d’une somme biographique récemment publiée, Alain Roux rapporte ainsi la trajectoire du parti à celle du tyran, non pas comme une diminution de sa puissance mais comme son extension au travers d’un régime transformé. En amont, l’année 1938, avec la mise à l’écart de Wang Ming et la consécration du tandem Mao-Liu, marque la date décisive. L’alliance qui devait voler en éclats au moment de la révolution culturelle aura donc constitué pendant vingt ans (1938-1958) l’épine dorsale de la conquête maoïste et le creuset d’une tyrannie en expansion.

Publications

  • Avec Alain Roux et Xiaohong Xiao-Planes, Citadins et citoyens dans la Chine du XXe siècle. Essais d’histoire sociale, Paris, Édition de la Maison des sciences de l’homme, 2010.
  • « De la cité problématique à la ville habitée : histoire et historiographie de la société urbaine chinoise au XXe siècle », dans Citadins et citoyens dans la Chine du XXe siècle, p. 15-101.
  • « La Chine aujourd’hui : la démocratie sans la nation », dans La démocratie. Histoire, théories, pratiques, Éditions Sciences humaines, 2010, p. 275-285.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Chevrier et Xiaohong Xiao-Planes, « Société, pouvoirs et processus politiques dans la Chine du XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 179-180.

Référence électronique

Yves Chevrier et Xiaohong Xiao-Planes, « Société, pouvoirs et processus politiques dans la Chine du XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20473

Haut de page

Auteurs

Yves Chevrier

Articles du même auteur

Xiaohong Xiao-Planes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals