Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la famille

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Mario Boleda, Lucia Carle et Mary Louise Nagata
p. 213-216

Texte intégral

Antoinette Fauve-Chamoux, maître de conférences
Marie-Pierre Arrizabalaga, maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise
Mario Boleda, professeur à l’Université de Salta, Argentine
Lucia Carle, professeur à l’Université de Florence, Italie
Mary Louise Nagata, professeur à Francis Marion University, USA

Pouvoirs et dépendances au sein de la famille : perspectives comparatives (XVIe-XXe siècle)

1Nous avons abordé les modèles de pouvoir dans le cadre de la famille, les conditions de co-résidence des individus, apparentés ou non, au sein des unités domestiques, la transmission du patrimoine, la condition des veuves et des personnes âgées, l’avenir des enfants et leur mobilité géographique et sociale selon la position dans la fratrie et le genre. Dans une optique largement comparative, nous avons cherché à mettre en évidence les Interactions entre, d’une part, le changement social et, d’autre part, les stratégies individuelles et collectives concernant les comportements de reproduction socio-économique et choix de vie ultérieure.

2L’équipe du séminaire a poursuivi collaborations et échanges dans le cadre du projet européen COST A34 (2005-2009) dont Antoinette Fauve-Chamoux était vice-présidente, intitulé Gender & Well-Being ou « Genre et bien être : les interactions entre les sphères du travail, de la famille et les politiques publiques ».

3Simone Geoffroy-Poisson (CNRS-CRH), a tout d’abord fait comprendre le fonctionnement juridique et la pratique des substitutions fidéicommissaires dans l’ancien droit français (XVIe-XVIIIe siècle). Paola Lanaro, professeur à l’Université Ca’ Foscari de Venise, a présenté de son côté la législation et la pratique du fidéicommis à l’âge moderne (XVIe-XVIIIe siècle) dans les familles vénitiennes. Lucia Carle a mis en valeur le rôle indispensable de la femme dans le système socio-économique des boutiques (botteghe) de la ville de Montalcino en Toscane, du XVIe au XIXe siècle. Toujours pour le milieu des artisans, Beatrice Zucca Michetto a exposé, pour le Piémont italien, les résultats principaux de sa recherche doctorale sur le travail, le patrimoine et l’importance des liens de parenté dans les stratégies familiales intergénérationnelles des artisans boutiquiers de Turin au XVIIIe siècle. Nathalie Ostroot, chercheur attachée au CNRS (TELEMME à Aix-en-Provence), qui poursuit ses recherches sur l’emploi des femmes en milieu urbain à partir des recensements, a mesuré la mobilité professionnelle et la transmission du métier au sein de la famille à Aix-en Provence à la fin du XIXe siècle.

4Marius Eppel (Université Babes-Bolyai de Cluj-Napoca), a expliqué comment les familles des Roumains de Transylvanie, entre 1850 et 1900, s’étaient retrouvées prises en porte-à-faux entre les contraintes traditionnelles de l’Église et celles, nouvelles, de l’État qui soutenait la sécularisation. Julia Moses (Pembroke College, Oxford), centra son attention sur les législations et les politiques touchant le mariage directement (sécularisation, divorce) ou indirectement (héritage, garde des enfants, aide sociale) depuis la fin du XVIIIe siècle, comparant Angleterre, Allemagne, France et Italie, considérant tout particulièrement la période 1914-1945. Pour ces deux derniers pays et pour l’Espagne, Carlo Dottor, professeur invité à l’EHESS, enseignant à l’Université de Florence, a analysé le sens des représentations picturales de la famille en Europe du Sud, mettant en évidence des affinités chromatiques inattendues depuis la Renaissance et jusqu’à nos jours. Il a pointé les similarités (par exemple les références chrétiennes à la Sainte Famille) tout autant que des différences culturelles profondes dans le traitement de ce sujet et a évoqué son attachement d’artiste à « un art qui parle de la vie », enraciné dans une tradition et une mémoire longue. Également attentive aux images et représentations, Araceli Campos Moreno, professeur à l’Université Nationale Autonome de Mexico, pratique une approche de socio-anthropologie historique à partir des sources littéraires disponibles au Mexique concernant les femmes et la sorcellerie dans le Mexique colonial, et cela à partir des riches archives inquisitoriales. Enquêtes et procès nous apprennent le quotidien de ces pratiques et laissent transparaître l’importance de l’attachement populaire et quelles étaient les marges de tolérance de l’Église.

5Mary Louise Nagata, étudiant les registres de population de Kyoto depuis le XVIIe siècle, a fait apparaître la complexité des stratégies de transmission transgénérationnelles au sein des entreprises familiales dans ce milieu urbain. À chaque génération, le choix du successeur principal vise non seulement à la continuité du lignage mais à la prospérité de la « maison » en tant qu’unité économique produisant aussi pour le marché. Elle a mis en évidence la complexité de ces choix et le souci permanent de confier le pouvoir de chef de famille à celui qui paraît le plus compétent et le plus doué des enfants. Le système de l’adoption permet de confier la responsabilité de la famille et de l’entreprise à un gendre ou à toute autre personne compétente susceptible d’assurer la succession en cas de défection. Ces processus de transmission des pouvoirs ne sont pas exclusivement familiaux, en ce sens que le rôle des institutions professionnelles et municipales y est toujours présent. Quant à Glenda Roberts, anthropologue, professeur à l’Université Waseda de Tokyo, elle a rendu compte dans le détail de ses enquêtes auprès des femmes qui travaillent dans les entreprises de nos jours. Elle analyse comment les mères de famille arrivent à mener de front leurs responsabilités de femme active, d’épouse, de mère, alors que les politiques sociales sont peu développées. Elles ne négligent pas pour autant leurs devoirs de fille ou de belle-fille. Le soin des jeunes et des vieux leur revient plus que jamais, d’autant plus que le recours à un personnel domestique immigré n’est pas entré dans les mœurs au Japon.

6Abla Antoinette Safadi (Université de Louvain), à partir de récits de vie, a travaillé sur l’image de soi et la construction de l’identité chez les femmes musulmanes d’origine libanaise installées au Brésil. Elle a noté l’habitude nouvelle d’envoyer leurs enfants au Liban, pour qu’ils y apprennent leur langue d’origine et ainsi affirmer leur identité, tout en maintenant les liens avec la famille restée au pays. Samira Safadi Bastos, doctorante à l’Université de Bahia (Brésil) a présenté l’esprit des politiques sociales au Brésil en matière de droit de l’enfant et son expérience professionnelle de psychologue. Ses témoignages sur la criminalité des adolescents au Brésil ont suscité une intéressante discussion comparative.

7Adrien Fauve, doctorant et chercheur à l’IEP de Paris, à partir d’enquêtes de terrain, a commenté les conditions de l’alliance matrimoniale au Kazakhstan, montrant comment les jeunes mariés respectent en partie les traditions de leur groupe ethnique tout en menant une vie indépendante (cohabitation maritale, mariage non arrangé). L’étude d’un mariage interethnique a pu montrer comment il est possible de concilier ainsi des exigences religieuses et socioculturelles apparemment contradictoires. Dana Maria Rus, doctorante à l’Université de Nantes, s’est demandé ce qu’apportait véritablement de nouveau – par rapport au mariage classique – le Pacte Civil de Solidarité ou PACS dans la société d’aujourd’hui et quelles ont été les raisons de son succès en France depuis sa création en 1999.

Publications

  • Avec loan Bolovan, Families in Europe between the 19th and 21th centuries, from the traditional model to the contemporary PACS, Romanian Journal of Population Studies, supplement volume, 2009, 820 p.
  • « Domesticité et parcours de vie », Annales de démographie historique, 1 (numéro spécial), 2009.
  • « Domesticité et parcours de vie. Servitude, service prémarital ou métier ? », Annales de démographie historique, 1, 2009, p. 5-34.
  • « Le service domestique, une étape dans la vie ? Perspectives comparatives autour d’un “modèle européen” sur la longue durée », dans Une démographie au féminin/A Female Demography. Risques et opportunités dans le parcours de vie/Risks and Chances in the Life Course, sous la dir. de Michel Oris, Guy Brunet, Virginie De Luca-Barrusse et al., Bern, Peter Lang, 2009, p. 63-88.
  • « Succession of the family : a comparison of the Central Pyrenees and the Northeastern Japan », dans Historical demography and comparative family history (in Japanese), sous la dir. d’Emiko Ochiai, Hiroshi Kojima et Toru Yagi, Tokyo, Waseda University Press, 2009, p. 33-62.
  • « The life and fortune of Widows in the Ancient Regime France », op. cit., p. 291-332.
  • « Family formation, marital cohabitation and house system in a changing socio-economic context : some introductory perspectives », dans Demographic changes in the time of industrialisation (1750-1918). The example of the Habsburg Monarchy, sous la dir. d’loan Bolovan, Rudolf Gräf, Harald Heppner et loan Lumperdean, Cluj-Napoca, Transylvanian Review, 18, Supplement 1, 2009, p. 133-146.
  • Avec Sølvi Sogner, « Transmission intergénérationnelle et modèles de familles-souche : des monts de Norvège aux Pyrénées centrales », Itinera, 29, numéro spécial : Pratiques familiales et sociétés de montagne, XVIe-XXe siècles, 2010, p. 69-101.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Mario Boleda, Lucia Carle et Mary Louise Nagata, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 213-216.

Référence électronique

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Mario Boleda, Lucia Carle et Mary Louise Nagata, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20505

Haut de page

Auteurs

Antoinette Fauve-Chamoux

Articles du même auteur

Marie-Pierre Arrizabalaga

Articles du même auteur

Mario Boleda

Articles du même auteur

Lucia Carle

Articles du même auteur

Mary Louise Nagata

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals