Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des minorités migrantes en Europe de l’Ancien Régime à nos jours

Henriette Asséo
p. 217-218

Texte intégral

Henriette Asséo, professeur agrégée

Histoire et anthropologie des Tsiganes d’Europe

1Nous avons poursuivi le cycle de séminaire portant sur l’imaginaire de la mobilité et les manifestations du « principe de circulation européen » par l’examen des relations entre histoire et anthropologie des Tsiganes d’Europe.

2Le séminaire a été conduit avec Leonardo Piasere (Université de Vérone), professeur invité par le LAU (axe Contacts et reformulations culturelles sous la responsabilité Patrick Williams, directeur de recherche au CNRS).

3Leonardo Piasere mène une réflexion sur la possibilité d’une approche ethnologique de la totalité tsigane et non plus seulement de telle ou telle communauté spécifique. Il conjugue l’historicisation de la question identitaire à travers ses propres archives d’ethnologie constituées depuis quarante ans et l’observation actuelle de groupes spécifiques. La dimension diachronique associée à l’analyse structurale lui permet de traiter en profondeur les différents domaines (l’organisation économique, la question de la territorialité, la structure sociale, le système de parenté, l’histoire, la linguistique, la littérature, l’interculturel et le développement), ainsi que les questions épistémologiques relatives a l’analyse anthropologique.

4Sur un plan théorique, le dialogue s’est avéré particulièrement fructueux. Notre objectif s’oppose à la démarche largement représentée dans la littérature anglo-saxonne qui envisage la déconstruction anhistorique comme un acte de la pensée critique. La phraséologie habituelle des sciences sociales emprunte aux postcolonial studies l’antienne d’une altérité radicale sans considération pour l’ancrage sociohistorique.

5Nous avons ensuite examiné les familles sinti du duché de Piémont, du royaume de France, de l’Allemagne du Sud et des pays Habsbourg en combinant les archives ethnographiques et les sources historiques de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. L’analyse met à mal un essentialisme organiciste tout comme le constructivisme juridique. Car nous pouvons prouver la formation et la consolidation généalogique par l’enregistrement paroissial. La famille nucléaire, le mariage et la descendance légitime sont la norme ; chaque membre d’une famille romani s’estime pourtant le seul détenteur d’un viatique relationnel, reconsidéré à tout moment en fonction de nouvelles alliances. L’interconnaissance entre des familles associées détermine la perception de l’espace et ses variations.

6Nous en sommes venus à l’analyse du concept de mobilité. Leonardo Piasere estime que, dans les sociétés européennes, le paradigme du « nomadisme » permet d’aborder la symbolique de la partition entre nature et culture, en dépit de son absence de signification heuristique. Ainsi il existe deux modes d’approche de l’identité romani qui interfèrent. L’identité historique tsigane est déterminée par l’ensemble des contingences historiques qui en divers lieux ont permis l’enracinement de divers groupes. Positives ou négatives, ces circonstances sont surtout très variables. Mais seuls les rapports que les Tsiganes nouent avec les autres Tsiganes vivant dans une même région sont déterminants et conditionnent une identité toujours relationnelle, jamais substantive, avec une taxinomie ethnique flexible et une identité personnelle « modulée ».

7L’essentiel de mon activité extérieure a été consacré aux questions des rapports entre Histoire et Mémoire. Nous avons initié avec l’accord du ministère de la Défense l’année « Mémoires Tsiganes » qui a conduit à la reconnaissance officielle de l’internement des nomades pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Mémorial de la Shoah a reçu les journées d’études de l’Education working group roma genocide subcommittee de la Task Force européenne (groupe d’action international pour la mémoire et l’enseignement de la Shoah comprenant 27 pays). À Bruxelles, j’ai contribué à la constitution d’un European Academic Network on Romani Studies sous l’égide de Xavier Troussard, commissaire européen.

8Ici se trouve posé le paradoxe final en reconnaissance et disparition. L’idée d’une « nation rom » à la fois européenne et transnationale est une construction politique récente forgée par les institutions européennes en accord avec des activistes roms. En contribuant à la réification des dynamiques mentales, elle favorise la réactivation de la « politique tsigane », laboratoire des réformes administratives depuis un siècle.

Publications

  • « Le très proche et le plus lointain : la découverte des Gypsies du Royaume Uni », dans Le corps, la famille et l’État, hommage à André Burguière, sous la dir. de Myriam Cottias, Laura Downs, Christiane Klapish-Zuber, Gérard Jorland, Rennes, Presses, Universitaires de Rennes, collection « Histoire », 2010, p. 221-232.
  • « Figures bohémiennes et fiction, l’âge des possibles, 1770-1920 », dans Le Temps des Médias, Fictions, sous la dir. d’Hélène Eck, Claire Amboise-Rendu et Claire Blandin, n° 14, Printemps 2010, p. 12-27.
  • Dossier sur l’Odyssée des Tsiganes, dans Les Collections de l’Histoire, n° 43, avril-juin 2009, p. 6-21.
  • « L’intelligentsia romani, l’histoire et le Romipen », dans Études Tsiganes, hors série Littératures romani : construction ou réalité ? Actes du colloque de l’Université de Limoges sous la dir. de Cécile Kovacshazy, 2 vol., n° 36 et n° 37, 2e trimestre 2009, p. 10-31.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henriette Asséo, « Histoire des minorités migrantes en Europe de l’Ancien Régime à nos jours », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 217-218.

Référence électronique

Henriette Asséo, « Histoire des minorités migrantes en Europe de l’Ancien Régime à nos jours », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20508

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals