Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Le travail Intellectuel : histoire (1600-1900)

Dnah Ribard
p. 232-233

Texte intégral

Dnah Ribard, maître de conférences

Savoirs, métiers, écritures

1Le séminaire s’est organisé autour de deux questions principales : celle de la « culture juridique », à partir des interventions de deux invités, Angelo Torre (Université du Piémont Oriental) et Paolo Napoli (CENJ), qui ont été discutées dans une série de séances ; celle du travail intellectuel des moines. Au cours de la première série de séances, on s’est notamment interrogé sur la productivité analytique de l’affirmation d’une temporalité spécifique irréductible du droit et/ou de la culture juridique, dans la mesure où la revendication d’une temporalité propre caractérise d’autres histoires intellectuelles que celle du droit. On a aussi travaillé, en étudiant le travail de juristes Orléanais du XVIIIe siècle sur une coutume particulière et en dialogue avec les propositions d’Angelo Torre, sur la notion de « folklorisation des coutumes ». Il s’agissait à chaque fois de confronter l’analyse en termes de travail intellectuel aux analyses en termes de culture en l’occurrence juridique. La question du travail intellectuel des moines, d’autre part, a permis de réfléchir sur l’équivalence entre travail des mains ou du corps et travail de l’esprit. À la différence des prêtres, les moines étaient en effet censés travailler. À l’époque moderne, de nombreux débats (dont le plus connu, en France, est la controverse entre Mabillon et Rancé, à la fin du XVIIe siècle) ont permis l’élaboration de l’équivalence théorique entre l’étude, mais aussi la direction des couvents ou d’autres activités socialement représentées dans le monde monastique, et le travail manuel. Mais que fait un moine qui publie un livre, non d’érudition ecclésiastique ou assimilée (ou assimilable), mais consacré à un métier manuel, comme l’a fait par exemple le père Charles Plumier, minime, auteur en 1701 d’un volume intitulé L’Art de tourner ? Plusieurs questions ont ainsi été abordées : celle de l’écart entre la compréhension du travail intellectuel comme travail et sa compréhension comme activité socialisée, celle des arts et techniques comme objets de curiosité, celle encore de la théorisation, dans la continuité des années précédentes. Deux autres objets, enfin, ont fait l’objet d’une ou de plusieurs séances de séminaires : le corpus des dépêches diplomatiques rédigées en 1848 par le personnel nouvellement mis en place par la révolution dans les différents pays européens, qui fait l’objet d’une recherche récemment entamée avec Morgane Labbé (CRIA), a été abordé comme source pour saisir l’apprentissage du discernement d’une pensée collective dans l’événement ; un ensemble de brochures sur les techniques d’arpentage a permis de développer une interrogation sur l’abstraction et ses lieux, en dialogue avec une séance animée par Marie Glon, doctorante au Centre Edgar Morin, qui a présenté son travail sur l’écriture de la danse à l’époque moderne.

Publications

  • Avec Judith Lyon-Caen, L’historien et la littérature, Paris, La Découverte, collection « Repères », 2010, 128 p.
  • « La discipline, la doctrine et les livres. L’écriture de l’histoire littéraire de la France par les bénédictins de Saint-Maur », dans Histoires de littératures en France et en Allemagne autour de 1800, sous la dir. de Geneviève Espagne, Paris, Kimé, 2009, p. 25-46.
  • Avec Mathilde Bombart, « Le philosophe et la bibliothèque : érudition, amour des livres et pratiques de pouvoir chez Victor Cousin », dans Les Bibliothèques, entre imaginaires et réalités. Actes des colloques Bibliothèques en fiction, 8-9 juin 2006, et Bibliothèques et collections, 25-26 janvier 2007, études réunies par Claudine Nédelec, Artois presses université, 2009, p. 207-220.
  • Avec Nicolas Schapira, « Le disgrazie di Etampes. Azione politica, percorsi sociali e scritture nel seicento », Quaderni Storici, 1, avril 2010, p. 41-82.
  • « Radicales séparations. Ermitages et guerres de plume en France à la fin du XVIIe siècle », Archives de sciences sociales des religions, 2010/2, n° 150, « Écritures radicales au Grand Siècle », p. 117-133.
  • « Le travail intellectuel : travail et philosophie, XVIIe-XIXe siècle », Annales HSS, mal-juin 2010, n° 3, « Histoire du travail », p. 715-742.
  • « Professeurs, maîtres et enseignants à l’époque moderne. Étude d’un travail intellectuel ». Actes de la recherche en sciences sociales, n° 184, 2010, p. 90-107.
  • « Historiographies d’un écrivain au service d’aristocrates : Michel de Marolles », dans Comparaisons, raisons, raisons d’État. Les politiques de la république des lettres au tournant du XVIIe siècle, sous la dir. d’Armelle Lefebvre, Munich, Oldenbourg, 2010, p. 133-150.
  • « Institution ou politique : le cas Fontenelle », Revue Fontenelle, n° 6-7, 2010, p. 219-233.
  • Avec Christian Jouhaud et Nicolas Schapira, « La littérature pour politique : étudier les Mémoires », Les Temps Modernes, n° spécial « De Gaulle, la France et la littérature », novembre-décembre 2010, p. 85-97.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dnah Ribard, « Le travail Intellectuel : histoire (1600-1900) », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 232-233.

Référence électronique

Dnah Ribard, « Le travail Intellectuel : histoire (1600-1900) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20518

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals