Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine

Christophe Prochasson et Vincent Duclert
p. 238-240

Texte intégral

Christophe Prochasson, directeur d’études
Vincent Duclert, professeur agrégé

Qu’est-ce qu’une « identité politique » ? La gauche en question

1L’année passée, le séminaire s’était engagé dans une réflexion sur l’identité politique, en prenant appui sur l’exemple de la gauche. L’enquête a été poursuivie en se concentrant sur ces deux thématiques. La première visait à éclairer les relations entretenues par la gauche avec la morale. La seconde s’est penchée sur le rôle de l’histoire dans la construction des identités : « La gauche se meurt de célébrer son passé, écrivait François Furet, au lieu d’y réfléchir ».

2La crise des social-démocraties européennes est une crise morale. L’attestent tout particulièrement, en Angleterre ou en Belgique, de récents et retentissants scandales qui ont éclaboussé plusieurs de ses plus hauts responsables. En France, si, à quelques exceptions près, et en raison sans doute de l’éloignement durable de la gauche du pouvoir d’État, les « affaires » ont cessé de porter atteinte à l’intégrité des dirigeants socialistes, la probité fait parfois défaut. Rien ne mine plus sérieusement l’homme de gauche que de ne pas savoir mettre en accord ses mœurs avec l’éthique exigeante que lui imposent les valeurs de générosité et d’honnêteté dont le socialisme est fait. Le socialisme, écrivait Léon Blum, « est une morale et presque une religion » et son contemporain, Émile Durkheim, notait à propos de la morale républicaine ou socialiste qu’elle n’était « pas seulement une discipline hygiénique ou une sage économie de l’existence » mais aussi une « religion dont l’homme est, à la fois, le fidèle et le Dieu. » Or, face à de telles prescriptions, les discordances sont devenues trop visibles dans une société politique gouvernée par les dures règles de la communication moderne si avide de transparence. Du trépied socialiste, moral, social et économique, si c’est le premier terme qui semble surtout le plus fragilisé, c’est tout l’ensemble qui part à la renverse de par cette seule défaillance.

3Le séminaire a d’abord mis en évidence un « socialisme oublié » qui fit de la morale le cœur de la doctrine socialiste. Depuis les « utopies » socialistes, qui articulèrent science et morale, aux auteurs de la fin du XIXe siècle (Benoît Malon, Eugène Fournière, Frédéric Rauh ou Charles Andler) qui définirent, souvent en rupture avec le marxisme dominant, le socialisme comme une morale supérieure, on est frappé de constater à quel point le socialisme français s’est souvent présenté comme un courant de moralisation sociale. Plusieurs séances ont en outre été consacrées à l’étude des pratiques politiques saisies du point de vue des éthiques mises en avant par les acteurs. On s’est ainsi intéressé à la morale militante et à ses évolutions du don total de soi à l’« adhérent à vingt euros », mais aussi aux relations avec l’argent comme avec la sexualité ou la mort. On a évalué les écarts comme les tentatives de les corriger.

4Dans un second temps, le séminaire s’est tourné vers l’étude des relations que la gauche entretenait avec son propre passé. Regarder en face son histoire pour la mieux maîtriser et ne point s’y enliser, telle est sans doute l’entreprise nécessaire à une gauche qui oscille toujours entre la vénération d’un passé mythique, le refoulement de ses pages les moins avouables et l’ignorance qu’encourage le présentisme de notre temps si amnésique. La gauche a toujours entretenu avec le temps une relation tout aussi politique que morale. La complicité de ces deux ordres est une nouvelle fois tangible. Le grand récit de la gauche n’a eu de cesse d’opérer le tri entre le bon et le mauvais. D’un côté, ses grands hommes, de l’autre ses calculateurs, ses ambitieux et ses traîtres. Ici les heures glorieuses, là les moments sombres où l’idéal se noie dans la contingence politique et écorne la réputation des plus vertueux. Sur cette ligne d’analyse, ont été retenus plusieurs exemples : l’affaire Dreyfus, la guerre d’Espagne, la Résistance et la guerre d’Algérie.

5Elsa Geneste (doctorante à l’EHESS) a présenté un exposé sur les relations entre la gauche et la colonisation. Shlomo Sand (professeur à l’Université de Tel Aviv) a, pour sa part, fait état de ses travaux consacrés aux liens entre histoire et politique en Israël.

Publications

Christophe Prochasson

  • Le socialisme, une culture, Paris, Fondation Jean-Jaurès, « Les essais », 2009, 62 p.
  • Avec Florin Turcanu (sous la dir. de), La Grande Guerre. Histoire de la mémoire collective en France et en Roumanie, Bucarest, New Europe Collège-Institut d’études avancées, 2010, 119 p.
  • « Comment être socialiste ? Introduction à La Civilisation socialiste de Charles Andler » dans Charles Andler, La Civilisation socialiste, Lormont, Le Bord de l’eau éditions, 2010, p. 9-63.
  • « Sbogom, Lavisse ! Kraiat na edna istoritcheska paradigma », Sotziologitcheski problemi, 2009, 1-2, p. 159-169 (Bulgarie).
  • « Paris au temps de l’affaire Dreyfus » dans L’affaire Dreyfus, sous la dir. de Vincent Duclert et Perrine Simon-Nahum, Paris, Armand Colin, 2009, p. 220-232.
  • « Amistades politicas y politicas de la amistad », dans Historia cultural de la politica contemporanea, sous la dir. de Jordi Canal et Javier Moreno Luzon, Madrid, Centra de Estudios Politicos y Constitucionales, 2009, p. 217-241.
  • « Intellectuals and Writers », dans A Companion to World War I, sous la dir. de John Home, Wiley-Blackwell, 2010, p. 323-337.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Prochasson et Vincent Duclert, « Histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 238-240.

Référence électronique

Christophe Prochasson et Vincent Duclert, « Histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20523

Haut de page

Auteurs

Christophe Prochasson

Articles du même auteur

Vincent Duclert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals