Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Dynamique de la culture : sociologie historique des institutions artistiques

Jean Boutier et Emmanuel Pedler
p. 241-242

Texte intégral

Jean Boutier, Emmanuel Pedler, directeurs d’études

Histoire intellectuelle et sociologie de l’art : approches croisées

1Ce séminaire qui se propose de mettre à la discussion une approche croisée – historique et sociologique – de l’histoire intellectuelle et artistique ainsi que de l’histoire des sciences a poursuivi l’approfondissement de la thématique qui porte, notamment, sur l’émergence et la dissémination du violon moderne. Les discussions ont d’abord porté sur les trajectoires très différenciées – socialement et culturellement – des deux familles d’instruments que sont la viole et le violon et sur le statut des violonistes et ménétriers, entre le XVIe et XVIIe siècles. Deux séances successives ont ensuite porté sur la question de la division du travail musical et de l’articulation entre professions musicales et para-musicales (luthiers et facteurs d’instruments notamment). Ces dernières, loin d’être des professions de renfort, ont ainsi développé durant le XVIIe siècle une trajectoire professionnelle singulière, orientée par des valeurs propres. La nature des formes relationnelles entre professions musicales et para-musicales a donné matière à un séminaire consacré notamment à l’examen du processus de différenciation entre compositeurs et interprètes et des relations que ces derniers entretiennent avec leurs instruments. Dans cette perspective l’étude de la genèse du forte piano (en Toscane, à la fin du XVIIe siècle), comme celle des transfigurations techniques du violon entre le XVIIe et le XIXe siècle a permis de poser quelques jalons, à partir desquels s’est engagée une discussion critique de la littérature organologique consacrée à cette période. Plusieurs ouvrages recoupant les thématiques traitées dans le séminaire ont donné matière à une lecture critique, en particulier l’ouvrage récent de Mélanie Traversier, Gouverner l’opéra, une histoire politique de la musique à Naples, 1767-1815 (École Française de Rome, 2009). La dernière séance du séminaire a porté sur les formes culturelles de la notation musicale. Partant des propositions d’analyse formulées par Max Weber dans sa Sociologie de la musique, le débat a porté sur le type de notation qui se met en place au sein des réseaux de compositeurs et interprètes Italiens de la fin du XVIIe siècle (école de Corelli notamment et de ses disciples installé dans différents pays européens). L’analyse des différentes éditions de la Follia d’Arcangello Corelli (1700) a nourri une première exploration de cette thématique.

Publication

Emmanuel Pedler

  • « Les sociologies de la musique de Max Weber et Georg Simmel : une théorie relationnelle des pratiques musiciennes », Année Sociologique, 2010 (2), vol. 61.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Boutier et Emmanuel Pedler, « Dynamique de la culture : sociologie historique des institutions artistiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 241-242.

Référence électronique

Jean Boutier et Emmanuel Pedler, « Dynamique de la culture : sociologie historique des institutions artistiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20525

Haut de page

Auteurs

Jean Boutier

Articles du même auteur

Emmanuel Pedler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals