Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la modernité religieuse

Rita Hermon-Belot
p. 246-247

Texte intégral

Rita Hermon-Belot, maître de conférences

La liberté des cultes : religion et politique

1Nous souhaitions tenter de réévaluer la portée inaugurale souvent prêtée à la Révolution française en matière de liberté des cultes.

2Aussi bien connu soit-il, le débat sur la Déclaration des droits s’est avéré pleinement justiciable d’une lecture double distinguant deux lignes de débats. L’une ancrée dans des enjeux très immédiatement contemporains et qui creuse de profonds clivages dans la scène politique française. L’autre, moins immédiatement visible, surtout si on se souvient que la rédaction de l’article X de la Déclaration des droits fit, sur le moment, beaucoup plus la joie des ennemis de la liberté des cultes que de ses partisans, mais qui dresse néanmoins des jalons décisifs dans la délimitation des questions en jeu : ainsi de la disqualification du terme « tolérance » au profit de celui de liberté, ou de la naturalisation très spécifique au contexte français de la désignation en « cultes » par le Politique, ceci sans compter avec la radicalité d’une démarche qui place toute la question dans la perspective de droits individuels universels.

3Reste que l’ambivalence de l’invocation d’un ordre public comme limite à l’exercice des droits, ambivalence légicentriste maintes fois soulignée de la Déclaration dans son ensemble, entretient ici une ambiguïté particulière particulièrement efficace : s’agit-il en fait de protéger un ordre public ou un culte public et sa position exclusive ?

4Un retour sur les revendications portées par les cahiers de doléances a souligné la prégnance d’une telle exigence d’exclusive, montrant aussi à quel point la discussion de la Déclaration s’ouvrait dans un paysage religieux bouleversé, que l’édit dit « de Tolérance » promulgué par la monarchie en 1787 a réussi à mettre en émoi sans guère avoir le temps de l’apaiser. Ce qui nous a amenés à reprendre également la question du mariage des protestants, de la forme des débats qu’elle a suscités et du processus très embarrassé, – dont l’édit de 1787 constitue l’aboutissement –, qui a tenté de lui apporter une solution politique. Nous avons eu recours ici à une historiographie de langue anglaise, américaine et canadienne, très riche et suggestive mais peu connue et sollicitée en France.

5Le séminaire héritait aussi d’une question sur laquelle nous avions buté lors d’une étude précédente sur la référence à des « racines chrétiennes de l’Europe », contexte dans lequel nous avions remarqué la place croissante accordée à une qualification « judéo-chrétienne ». À quel titre peut-on user d’une telle désignation ? De quoi parle-t-on lorsque l’on parle de tradition, ou de civilisation, ou de morale « judéo-chrétienne » ? Nous avons tenté d’y répondre sur deux registres : en nous intéressant au champ historiographique en plein renouvellement, qui explore la séparation du christianisme d’avec le judaïsme, ou plutôt de « chrétiens » d’avec des « juifs », et par une enquête (dont on n’aura pu dessiner ici que les linéaments) sur la notion, ou le faisceau de notions, qui font l’objet de cette fortune récente. L’exemple américain nous a particulièrement intéressés en ce sens qu’il témoigne à la fois d’une réflexion critique sur le succès de la notion dans le contexte très spécifique de la guerre froide mais également d’une distance prise ensuite à son égard par les acteurs autant que les commentateurs.

6Le séminaire a également eu deux Invités. En nous livrant sa lecture de l’« adaptation de l’Église catholique à la modernité », Émile Perreau-Saussine, professeur à Oxford (brutalement décédé quelques jours plus tard) nous a donné une séance mémorable, notamment par la vivacité et l’intérêt de la discussion que ses propos ont suscités.

7Nous avons enfin été très intéressés par la présentation de Nadia Marzouki, post-doc à Yale University, de l’enquête qu’elle a entreprise sur les conversions au protestantisme évangélique en Algérie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rita Hermon-Belot, « Histoire de la modernité religieuse », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 246-247.

Référence électronique

Rita Hermon-Belot, « Histoire de la modernité religieuse », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20529

Haut de page

Auteur

Rita Hermon-Belot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals