Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Études sur la société grecque moderne et contemporaine

Yannis Tsiomis, Pierre Chabard et Estelle Thibault
p. 258-259

Texte intégral

Yannis Tsiomis, directeur d’études
Pierre Chabard, maître de conférences à l’ENSA Marne-la-Vallée
Estelle Thibault, maître de conférences à l’ENSA Paris-Belleville

État-nation, villes capitales, villes de fondation, villes de création, XIXe-XXe siècles

1Lors de ce séminaire, nous avons continué d’approfondir certains thèmes et d’en introduire d’autres autour des idéologies et des pratiques de l’urbanisme aux XIXe et XXe siècles.

2Partant de l’exemple d’Athènes, capitale de l’État néohellénique, nous avons, dans un premier temps, exploré les ruptures et les continuités dues à la formation du territoire de l’État-nation par rapport au statut antérieur du territoire, province de l’Empire ottoman. Nous avions mis l’accent, l’année dernière, sur la fondation d’Athènes ville capitale et sur les ruptures accomplies par rapport à l’ancien régime. Cette année, nous avons mené l’étude des différents décrets publiés à l’époque, concernant l’espace et qui indiquent l’ampleur des transformations et mutations voulues par le législateur. Les nouveaux découpages administratifs, les nouvelles attributions des compétences entre l’État et les municipalités pour la gestion de l’espace, la définition de la ville, la programmation des nouveaux équipements publics ont été analysés en tant que témoignages de cette volonté de rupture.

3Par ailleurs, par l’étude d’un ensemble de textes de l’époque (textes juridiques, articles de journaux etc.) nous avons continué à approfondir la dissociation entre territoire de l’État et territoire national partant de l’hypothèse que tandis que le premier est défini et déterminé par des frontières au statut juridique précis, le second (territoire dit « national ») est extensible en fonction de l’Idéologie (l’« espace de l’hellénisme ») et des stratégies de certains pans du pouvoir politique (par exemple, au nom de l’hellénisme, revendiquer l’extension du territoire de l’État grec).

4Partant de l’hypothèse que le statut même de la ville-capitale créé ex nihilo conduit, malgré les différences, a des similitudes troublantes entre ces villes, nous avons poursuivi la comparaison entre Washington et Athènes, en étudiant d’une part les principes urbains néoclassiques et d’autre part les discours de tous ordres qui accompagnent la fondation des villes nouvelles en tant que capitales.

5Nous comptons poursuivre cette piste plus particulièrement lors du séminaire de l’année prochaine en l’étudiant sous l’angle de transferts culturels entre la France et les USA et la France, l’Allemagne et la Grèce.

6Le deuxième temps du séminaire a été consacré à l’étude de l’évolution de l’urbanisme néoclassique comme outil technique mais aussi stratégique pour former les théories urbaines nouvelles en Europe tout au long du XIXe siècle et qui annoncent celles du XXe. En effet, partant de l’hypothèse que la rupture entre néoclassicisme et les théories urbaines du XXe siècle est moindre et en tout cas d’un autre type que celle qu’on décrit généralement, nous avons continué à interroger « l’art de bâtir les villes » (Camillo Sitte), en tant qu’outil technique qui a nécessité l’introduction de nouvelles compétences (celles de l’architecte, de l’ingénieur, du topographe, etc.) pour assurer l’art urbain et la technique du tracé urbain. En tant qu’outil stratégique, l’urbanisme néoclassique a servi de moyen de transformation, par de nouvelles approches, de la forme urbaine des périodes antérieures. Les interventions de trois collègues chercheurs invités, spécialistes des théories et des doctrines de la ville du XIXe et du début du XXe siècle, ont permis d’approfondir le couple rupture/continuité à propos des mutations spatiales.

7Ces interventions ont dessiné la trame que suivra le séminaire de l’année prochaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannis Tsiomis, Pierre Chabard et Estelle Thibault, « Études sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 258-259.

Référence électronique

Yannis Tsiomis, Pierre Chabard et Estelle Thibault, « Études sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20542

Haut de page

Auteurs

Yannis Tsiomis

Articles du même auteur

Pierre Chabard

Articles du même auteur

Estelle Thibault

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals