Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle

Jean Boutier
p. 260-261

Texte intégral

Jean Boutier, directeur d’études

Histoire sociale et culturelle de l’Europe

1Le séminaire a cette année mis l’accent sur les problèmes de construction historiographique que pose une pratique conséquence et ouverte de la comparaison. L’échelle retenue depuis plusieurs années est celle de l’espace européen de la première modernité, avec ses limites mouvantes et parfois incertaines, notamment à l’Est et au Sud-Est. Si une relecture tout à la fois empathique et critique des textes fondateurs de Marc Bloch (1928-1931) reste un exercice fécond, l’examen de travaux récents permet de dépasser des oppositions trop simples entre histoire comparée, histoire des transferts ou histoires interconnectées et certains faux débats qu’elles peuvent susciter. Bloch l’avait clairement souligné dès 1928 : l’exercice de la comparaison suppose d’abord une approche critique des pratiques historiographiques, ce que Christophe Duhamelle a proposé à propos de l’étude du religieux et des noblesses dans l’espace germanique des XVIe-XVIIIe siècle. L’échelle européenne est aussi inséparable des points de vue que l’on doit nécessairement adopter, implicitement ou explicitement : l’examen méticuleux des travaux de Tim Blanning qui propose une histoire des cultures confrontant France, mondes britanniques et germaniques et Russie, ou du livre de Jeroen Duindam sur les cours rivales de Versailles et de Vienne, met clairement en évidence cette difficulté majeure. Une des possibilité est alors de suivre les transformations d’un produit matériel (les toiles d’indienne, Alain Dewerpe), les appropriations ou les débats que suscite une proposition intellectuelle innovante (Spinoza et le « spinozisme », Jacques Revel), ou, si l’on pousse plus avant vers les temps contemporains, la fabrication par les États nationaux de législations pour réguler le droit du travail au XIXe siècle (Alain Dewerpe) ou pour définir les droits des migrants (Paul André Rosental).

2Ces considérations ont été mises à profit pour poursuivre l’étude des réseaux de communication savants dans l’Europe de la seconde moitié du XVIIIe siècle, dans le cadre du programme CITERE, financé par l’ANR. Deux questions ont été plus particulièrement examinées, en collaboration notamment avec Stéphane Bacciochi et Pascal Cristofoli : la première concerne à la fois le type de source (les correspondances), le choix des corpus, et la typologie même des corpus (archives savantes ; corpus constitués par une édition savante ; corpus partiels...) et leur impact sur la constitution des données ; la seconde a considéré les outils, intellectuels et techniques, de l’analyse de réseaux les plus adaptés aux sources et aux questionnements envisagés, et la façon de les associer à une analyse plus directement spatiale. La notion de « lieu intellectuel » a ainsi émergé en fin de séminaire, comme un problème que l’abondante littérature sur les « capitales intellectuelles » a contribué à reformuler et qu’il importe désormais de reprendre.

3Comme chaque année, une série de huit séances spécifiques a été consacrée à la formation méthodologique et réflexive des étudiants de master.

4Divers séminaires et interventions consacrés à des travaux d’histoire comparée de l’Europe moderne ont été présentés aux universités de Florence, Milan, Galway (Irlande) et Avignon.

Publications

  • Avec Sandro Landi, Olivier Rouchon, La politique par correspondance. Les usages politiques de la lettre en Italie, XIVe-XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 320 p.
  • Avec Sandro Landi, Olivier Rouchon, Firenze e la Toscana. Genesi e trasformazioni di uno stato (XIV-XIX secolo), Florence, Mandragora, 2010, 400 p.
  • « Adresser ses vœux au grand-duc. Pratiques épistolaires entre recherche de la grâce et expression de la fidélité dans l’Italie du XVIIe siècle », dans La politique par correspondance. Les usages politiques de la lettre en Italie, XIVe-XVIIIe siècle, sous la dir. de Jean Boutier, Sandro Landi, Olivier Rouchon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 249-274.
  • « Le nobiltà del granducato (XV-XIX secolo) », dans Firenze e la Toscana. Genesi e trasformazioni di uno stato (XIV-XIX secolo), Florence, Mandragora, 2010, p. 213-228.
  • « Jean-Baptiste Colbert, Étienne Baluze et l’“histoire de chacune province” de la France », dans Provinciales. Hommage à Anne-Marie Cocula, Textes réunis par Jean Mondot et Philippe Loupès, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2009, t. 1, p. 139-146.
  • Avec Franco Angiolini, « Noblesses de capitales, noblesses périphériques. Les dynamiques des élites urbaines dans le grand-duché de Toscane, XVIe-XVIIIe siècles », dans Le nobiltà delle città capitali, sous la dir. de Martine Boiteux, Catherine Brice, Carlo Travaglini, Rome, Roma Tre-CROMA, 2009, p. 51-75.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Boutier, « Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 260-261.

Référence électronique

Jean Boutier, « Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20545

Haut de page

Auteur

Jean Boutier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals