Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire de l’Italie

Jean Boutier, Jacques Chiffoleau, Emmanuelle Chapron, Jean-Louis Gaulin, Sandro Landi, Brigitte Marin et Olivier Rouchon
p. 268-269

Texte intégral

Jean Boutier, Jacques Chiffoleau, directeurs d’études
Emmanuelle Chapron, maitre de conférences à l’Université Aix-Marseille-I/Provence
Jean-Louis Gaulin, professeur à l’Université Lyon-II/Louis-Lumière
Sandro Landi, professeur à l’Université Bordeaux-III/Michel-de-Montaigne
Brigitte Marin, professeur à l’Université Aix-Marseille-I/Provence
Olivier Rouchon, maître de conférences à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

Penser et représenter l’Italie, XIIIe-milieu XIXe siècle

1Ce séminaire inter-institutionnel regroupe des enseignants-chercheurs de quatre UMR (TELEMME, UMR 6570 ; le CIHAM, UMR 5648 ; le centre Norbert Elias, UMR 8562 ; « Europe, Européanité, Européanisation », UMR 5222), autour d’un projet collectif, qui voudrait élaborer les conditions de possibilité d’une histoire de l’Italie avant l’unification politique de la péninsule, au cours du XIXe siècle. Pour ce faire, ont été présentées, d’une part des contributions générales examinant les problèmes de périodisation propres au monde italien, de constitution de l’espace italien sur la longue durée, de son Insertion dans les espaces européens et méditerranéens, de ses formes d’organisation politique et des liens qui se tissent entre les divers états régionaux ; d’autre part, des présentations de travaux en cours qui partagent tous une préoccupation commune vis-à-vis de circulations complexes qui contribuent à insérer l’Italie dans des espaces beaucoup plus vastes.

2Pour cette première année, les séances mensuelles ont été consacrées à l’examen de dossiers thématiques limités, à des échelles différenciées. Après une séance introductive collective destinée à mieux identifier les enjeux contemporains d’une histoire de l’espace italien avant l’unité (Jacques Chiffoleau, Jean Boutier, Sandro Landi), les dossiers examinés cette année ont abordé l’Italie à partir des espaces qui l’englobent. La question méditerranéenne (Anna Maria Rao, Université Frédéric II, Naples) est essentielle, d’autant plus qu’elle a été rarement posée en dehors d’une histoire économique s’attachant aux échanges marchands ou d’une histoire politique plus classique examinant les grands affrontements politico-militaires en Méditerranée ; c’est en effet par rapport à l’espace européen que l’Italie a toujours été définie, qu’il s’agisse du moment des Lumières (Franco Venturi) ou des travaux plus récents portant sur les relations avec le monde ibérique. L’Italie est aussi traversée, et travaillée par la circulation de grands projets politiques, qu’elle peut initier, comme certains réformes institutionnelles et fiscales (Antonella Alimento, Université de Pise), qu’elle partage avec d’autres États européens, comme la réforme des polices (Brigitte Marin). Elle participe aussi de larges circulations culturelles, qui posent plus généralement la question d’une histoire à la fois plus « globalisée » et toujours fortement contextualisée, comme les analyses proposées par Giulia Calvi (Institut universitaire européen, Florence) à partir du livre des habits du Vénitien Cesare Vecellio, dans les dernières années du XVIe siècle. Les approches microhistoriques de réalités plus singulières ont nourri la réflexion sur la construction du local dans l’espace péninsulaire, à partir du cas de la Terre ferme vénitienne (Lucien Faggion).

3Ces diverses séances ont permis de montrer à la fois l’utilité et les limites des divisions classiques de l’espace Italien, opposant le Nord et le Sud, mettant l’accent sur l’Italie « espagnole » ou « autrichienne ». Elles ont souligné les problèmes historiographiques que posent des approches très fortement conçues à l’intérieur des États régionaux, pris isolément. Elles ont permis d’envisager l’intérêt historiographique qu’aurait l’élaboration d’un atlas historique de l’Italie entre XIIIe et XIXe siècle, et les indispensables reformulations historiographiques qu’une telle entreprise nécessiterait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Boutier, Jacques Chiffoleau, Emmanuelle Chapron, Jean-Louis Gaulin, Sandro Landi, Brigitte Marin et Olivier Rouchon, « Histoire de l’Italie », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 268-269.

Référence électronique

Jean Boutier, Jacques Chiffoleau, Emmanuelle Chapron, Jean-Louis Gaulin, Sandro Landi, Brigitte Marin et Olivier Rouchon, « Histoire de l’Italie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20552

Haut de page

Auteurs

Jean Boutier

Articles du même auteur

Jacques Chiffoleau

Articles du même auteur

Emmanuelle Chapron

Jean-Louis Gaulin

Articles du même auteur

Sandro Landi

Brigitte Marin

Articles du même auteur

Olivier Rouchon

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals