Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire comparée des pratiques et des traditions de savoir

Christian Jacob
p. 271-272

Texte intégral

Christian Jacob, directeur d’études

1. Relire Jean-Pierre Vernant

1Le premier semestre du séminaire a pris la forme d’un atelier de lecture sur certains textes « fondateurs » de Jean-Pierre Vernant et de son maître, le psychologue Ignace Meyerson. Ce parcours répondait à un double objectif : offrir aux étudiants de master un fil conducteur pour lire ou relire l’oeuvre de Jean-Pierre Vernant, comprendre sa genèse et les étapes de son développement ; analyser un « style intellectuel » particulier, celui de Vernant au travail, en essayant d’éclairer son rapport aux sources, sa bibliothèque, ses pratiques interprétatives et ses concepts opératoires. Nous nous sommes plus particulièrement attachés aux Origines de la pensée grecque (1962) et à Mythe et pensée chez les Grecs (1965), à son analyse de l’émergence de nouvelles formes de rationalité, dans le cadre politique de la cité. La lecture de la thèse de Meyerson, Les fonctions et les œuvres (1948), nous a permis de réfléchir sur l’apport de la psychologie historique à une histoire des formes de pensée et des pratiques savantes, ainsi que sur les enjeux de cette approche pour l’interprétation des textes et des images, où l’artefact et le discours peuvent permettre de remonter vers les opérations techniques, intellectuelles et sociales qui les ont produits.

2. Dédale géographe

2Le second semestre nous a conduit à reprendre le dossier de l’émergence de la cartographie en Grèce ancienne. Il s’agit moins d’une histoire de la cartographie stricto sensu que d’une archéologie conceptuelle et imaginaire de la carte, comme type d’image et construction intellectuelle. Dans le prolongement de notre relecture des textes de Vernant sur l’émergence d’un nouveau régime de rationalité en Grèce, nous avons examiné la place de la carte dans l’activité intellectuelle d’Anaximandre de Milet (VIe siècle) et dans son projet d’enquête sur la phusis, puis nous avons examiné l’apport d’Hécatée de Milet (début Ve siècle) sous la double forme d’une Périégèse et de Généalogies. Nous avons ensuite examiné le traitement de la cartographie dans les Histoires d’Hérodote, à la fois explicite (par exemple dans l’épisode de l’ambassade d’Aristagoras) et implicite (la carte comme principe structurant des descriptions géographiques). Une deuxième étape a conduit à dégager les mutations survenues dans la cartographie alexandrine, en nous fondant sur la lecture des Prolégomènes de la Géographie de Strabon : lien entre carte et sources littéraires, conception particulière de la tradition géographique, en particulier avec les opérations de la « rectification ». Enfin, dans une troisième étape, nous avons proposé une lecture cartographique de différents textes de l’époque hellénistique et impériale mettant en scène des survols de la surface de la terre ou des voyages cosmiques. Le regard sur les cartes ou sur les globes (célestes et terrestres) serait ainsi à situer parmi les pratiques spirituelles analysées par Pierre Hadot et Michel Foucault, induisant différentes formes de méditation éthique, politique et philosophique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Jacob, « Histoire comparée des pratiques et des traditions de savoir », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 271-272.

Référence électronique

Christian Jacob, « Histoire comparée des pratiques et des traditions de savoir », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20558

Haut de page

Auteur

Christian Jacob

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals