Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire sociale des pouvoirs politiques

Robert Descimon et Élie Haddad
p. 308-309

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Robert Descimon, directeur d’études
Élie Haddad, chargé de recherche au CNRS

Transmission et parenté dans la noblesse française de robe et d’épée aux XVIe et XVIIe siècles

1Le début du séminaire a été consacré à une réflexion sur les notions que notre groupe de recherche essaie de mettre en œuvre dans son étude de la noblesse de robe parisienne et de la noblesse en général : voulant éclairer les obscurs objets de la transmission au sein de la parenté nobiliaire, on s’est attaché en particulier à l’idée de « complexe Famille-État », proposée par l’historienne américaine Sarah Hanley, il y a une vingtaine d’années, et au concept lévi-straussien de « maison » dont Élie Haddad a donné une interprétation historique. Des séances d’étude critique ont été également consacrées à des livres récemment parus, ceux d’Élie Haddad (présenté par Christophe Blanquie), de Martine Bennini (présenté par Michèle Fogel), et de Claire Chatelain, laquelle a donné deux séminaires où elle a illustré son analyse des rapports micro/macro dans la double perspective d’une compréhension historique générale et d’une application à nos objets d’études particuliers.

2Les significations juridiques, sociales et anthropologiques de la pratique des substitutions fidéicommissaires ont également été explorées d’abord au travers d’une analyse de la littérature juridique et anthropologique (Élie Haddad et Simone Geoffroy-Poisson), ensuite au travers d’une étude régionale (les pratiques fidéicommissaires dans la noblesse auvergnate au XVIe siècle par Anne-Valérie Solignat, Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne et Fondation Thiers) et d’une étude de cas, celle d’une famille de magistrats parisiens originaires du Vivarais, les Broé, seigneurs de la Guette au XVIIe siècle (Élie Haddad, Simone Geoffroy-Poisson et Robert Descimon). La fragilité sociale qu’induisait cette pratique juridique, interdite mais traditionnelle en Auvergne, et marginale dans le ressort de la coutume de Paris, a été le constat final, qui confirme les suggestions des historiographies hispanique et italienne. Deux séances ont été aussi consacrées aux écrits théoriques des procureurs généraux du parlement de Paris Jean et Jacques de La Guesle en liaison avec les expériences sociales vécues par leur famille de la mi-XVIe siècle aux années 1610 (Robert Descimon et alii).

3Le séminaire a accueilli Angelo Torre (Université d’Alessandria) qui, en avant-première de son prochain livre, a décrit pour nous la gestion de l’espace et les transformations qu’elle induisait dans les définitions sociales d’une grande famille noble de l’Apennin ligure depuis la fin du Moyen Âge jusqu’au XVIIIe siècle.

Publications

  • « La milicia burguesa parisina en el siglo XVI : una antropología muy política », dans Las milicias del rey de España. Sociedad, política e identidad en las monarquías Ibéricas, sous la dir. de José Javier Ruiz Ibáñez, Madrid, Red Columnaria, 2009, p. 299-329.
  • « Le modèle commun de la cité : quelles possibles historicisations ? », dans Compétences critiques et sens de la justice. Colloque de Cerisy, sous la dir. de Marc Breviglieri, Claudette Lafaye, Danny Trom, Paris, Economica, coll. Études sociologiques, 2009, p. 275-280.
  • « Sites coutumiers et mots incertains : la formation de la noblesse française à la charnière du Moyen Âge et des Temps modernes », dans Les Nobles et la ville dans l’espace francophone, sous la dir. de Thierry Dutour, Paris, PUPS, 2010, p. 343-360.
  • « Au XVIe siècle, l’office de la chambre des Comptes de Paris comme investissement : les marchands bourgeois face à la fonction publique », dans Contrôler les finances sous l’Ancien Régime. Regards d’aujourd’hui sur les Chambres des comptes, sous la dir. de Dominique Le Page, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2010, p. 305-324.
  • « Le travail du langage sur la société d’Ancien Régime », dans Noms de métiers et catégories professionnelles. Acteurs, pratiques, discours (XVe siècle à nos jours), Georges Hanne et Claire Judde de Larivière, Toulouse, Méridiennes, 2010, p. 113-128.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Descimon et Élie Haddad, « Histoire sociale des pouvoirs politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 308-309.

Référence électronique

Robert Descimon et Élie Haddad, « Histoire sociale des pouvoirs politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20590

Haut de page

Auteurs

Robert Descimon

Articles du même auteur

Élie Haddad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals