Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle)

Pierre Antoine Fabre
p. 310-312

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Pierre Antoine Fabre, directeur d’études

Écritures spirituelles d’époque moderne

1Le chantier principal du séminaire a été cette année l’étude du décret sur le culte des saints, des reliques et des images qui conclut le Concile de Trente, en décembre 1563. Ce décret, très souvent cité par les historiens de l’art et les historiens des pratiques dévotionnelles dans l’Europe et le monde chrétiens modernes, n’a jamais jusqu’ici fait l’objet d’une enquête précise. Il est comme une sorte de « lettre volée » dans le grand tableau de la Réforme/Contre-Réforme catholique, une lettre qu’on ne voit pas et qui demande peut-être elle-même à ne pas être vue, si l’on considère les apones que pourtant elle porte en toutes lettres mais qui se dissimulent sous l’apparence de la répétition d’un décret largement antérieur et qui sont recouvertes par la fonction de cette dernière session dans l’économie générale de la fin du Concile : il est le décret qu’on ne cesse d’attendre, de retarder, puis qu’on précipite pour faire une fin au Concile. Mais c’est précisément dans cette fonction que l’Image est mobilisée comme telle, en tant qu’objet d’un débat indécidable (que vénère-t-on dans l’image qu’on vénère ? l’image, ou ce que l’image représente ?) ou seulement arbitrable par une décision d’autorité. Or c’est par cette même indécidabilité que l’image, dans un perpétuel échange d’elle-même et de ce qu’elle représente, échange aussi sa place avec les saints et avec leurs reliques, comme en témoignent les énoncés du décret, pour peu qu’on les lise. Et c’est aussi pour cette raison que la XXVe et dernière session du Concile de Trente engage effectivement ce débat indécidable et apparaît comme la résultante moyenne d’un ensemble de positions antagoniques – qui purent aller jusqu’au rejet de toute forme de vénération des « saintes images », et ceci au cœur même du Concile inaugural de la catholicité moderne. L’enquête s’est ouverte sur une analyse serrée du décret et de ses variations dans l’immédiate postérité du Concile, en particulier dans les œuvres adversaires de Paolo Sarpi et de Pietro Sforza Pallavicino. Elle s’est poursuivie par un examen des positions en présence sur la question des conditions de possibilité de la vénération des images dans l’Europe catholique des années 1560, en particulier lors de la conférence de Saint-Germain en Laye (1562) ; elle s’est prolongée par la première étape, qui reste à poursuivre dans le cadre d’un travail en cours, d’une prosopographie des membres de la Commission de la XXe session, avec des recherches sur Martin Perez de Ayala, évêque espagnol, tout à la fois partisan radical d’une image désenchantée (dans son traité publié à Paris en 1560) et auteur d’une autobiographie hantée par les songes, les visions, les divinations. On accédait par lui à un autre regard sur le Concile, îlot d’immanence – et donc de transcendance – dans un monde d’arrières-mondes.

2En marge de ce chantier qui a occupé une dizaine de séances, le séminaire a accueilli les recherches de plusieurs chercheurs français et étrangers. Dans le voisinage direct du thème tridentin, Sylvio de Franceschi (EPHE) est venu présenter les chapitres de son ouvrage sur l’Antiromanisme doctrinal (Paris, Champion, 2009) consacrés à l’Interdit de Venise et à la place de Paolo Sarpi dans l’antiro-manisme vénitien. Il a par ailleurs développé d’Importantes remarques de méthode sur l’étude des controverses doctrinales : comment des énoncés repris et transformés par des énoncés contraires produisent finalement dans la chaîne des arguments et des contre-arguments des énoncés nouveaux, analytiquement non déductibles des énoncés primitifs. Dans une autre forme d’écho au discours des « images saintes », Jaime Valenzuela (Université catholique du Chili) a exposé ses travaux sur le signe chrétien dans l’évangélisation des populations indiennes du sud du Chili. Il a opposé, au présupposé de la culture visuelle d’un peuple sans écriture, la réalité d’une étrangeté des images artificielles et la tentative des chrétiens de mettre le monde naturel en symbole par la forme de la croix. Il a ainsi montré quel fut l’un des enjeux de l’introduction des images dans le monde américain et les conditions particulières de l’opposition de l’idole et de l’image et, par conséquent, quelle est la possibilité de comprendre les effets en retour de la scène des « nouveaux mondes » sur les querelles européennes. Dans le domaine des recherches américaines, deux autres travaux ont été accueillis, en collaboration avec le séminaire du groupe de recherches sur les missions religieuses ibériques. Perla Chinchilla Pawling (Université ibéro américaine, Mexico) est intervenue sur l’histoire de la prédication au Nouveau Mexique : comment concevoir le rapport de la circulation des écrits et de la parole ? Comment concevoir la parole autrement que dans son opposition à une culture savante, urbaine, écrite ? Comment penser les longues durées de cette géographie sociale et sacrale ? Guillermo Wilde (USAM, Buenos Aires) a présenté l’ouvrage monumental qu’il a livré en 2009 sur l’histoire des missions jésuites en terre guarani (Religión y Poder en las Misiones de Guaraníes, Buenos Aires, Editorial SB, 2009), du XVIIe au XIXe siècle dans l’ensemble de ses aspects sociaux, économiques, politiques, culturels, religieux ; somme sans équivalent qui a été longuement et fructueusement développée dans le cadre de plusieurs séminaires. Le séminaire s’est complété de la présentation des ouvrages d’Anne-Sophie Germain de Franceschi (Université d’Amiens) sur l’écriture du pèlerinage (D’encre et de poussière, Paris, Champion, 2009), exploration approfondie des raisons d’écrire (dans) la dévotion pèlerine ; et de François Trémolières (Université Paris-X/Nanterre) sur « Fénelon et le sublime » (Champion, 2009), qui a donné l’occasion d’une discussion prolongée (nourrie par Sophie Houdard, Jacques Le Brun, Alain Cantillon, etc.) sur la place de l’expérience visuelle dans le discours catholique moderne et a enraciné des orientations de réflexion et de travail, appelées à se développer au sein du Centre d’anthropologie religieuse européenne. Le séminaire a enfin eu le plaisir d’accueillir notre collègue Giovanni Careri (CRAL) pour un état de sa vaste recherche en cours sur la généalogie des ancêtres dans le système décoratif de la Chapelle Sixtine. Il a ainsi fait découvrir aux membres du séminaire ce travail encore largement inédit.

Publications

  • Avec C. Maire, Les antijésuites, Presses universitaires de Rennes, 2010, 644 p.
  • « La época de la Contrarreforma católica », dans Discurso religioso y Contrarreforma católica, sous la dir. d’E. Serrano et al., Zaragosse, 2009, p. 7-23.
  • « La “bibliothèque confessionnelle” comme segment d’une bibliothèque savante. Le cas du Centre d’anthropologie religieuse européenne (EHESS) », avec D. Julia, A. Bastien, S. Dieazanacque, Bulletin des Bibliothèques de France, 2010, p. 16-20.
  • « Critique de la globalisation et histoire des missions d’évangélisation. Trois propositions », dans Nuova Rivista Storica, sous la dir. de Michela Catto, Guido Mongini, Silvia Mostaccio, 2010, p. 106-116.
  • « Missions chrétiennes modernes : notions, terrains, problèmes », dans Historiographies religieuses croisées, sous la dir. de Christophe Duhamelle et Philippe Büttgen, Éditions de la MSH, Paris, 2010, p. 559-576.
  • « De la fondation à l’institution : genèse de la Compagnie de Jésus et métamorphoses d’un collectif (1540-1599) », dans Desafios de lo colectivo, sous la dir. de Patricio Velasco, Université du Chili, 2010, p. 23-37.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Antoine Fabre, « Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 310-312.

Référence électronique

Pierre Antoine Fabre, « Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20591

Haut de page

Auteur

Pierre Antoine Fabre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals