Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

La dimension sexuée de la vie sociale : approches comparatives

Irène Théry, Pascale Bonnemère, Françoise Douaire-Marsaudon et Agnès Martial
p. 350-351

Texte intégral

Irène Théry, directrice d’études
Pascale Bonnemère, Françoise Douaire-Marsaudon, directrices de recherche au CNRS
Agnès Martial, chargée de recherche au CNRS

1Ce séminaire est consacré depuis plusieurs années à la formation à l’approche comparative de la dimension sexuée des faits sociaux à travers la présentation et la discussion des travaux et problématiques contemporains en histoire, sociologie et anthropologie. Il se présente sous la forme d’un enseignement groupé en « journées d’études », le plus souvent co-organisées avec d’autres institutions, et complétées par des travaux d’étudiants. Cette année, un premier ensemble de travaux a été consacré à la dimension sexuée de l’Assistance médicale à la procréation. Dans un second temps nous avons poursuivi le cycle de recherche « Dimension sexuée de la personne » entamé il a six ans, par une journée d’étude consacrée à Marcel Mauss.

2La première journée, intitulée « Penser la gestation pour autrui : un défi pour les sciences sociales et cliniques » a été co-organisée par Irène Théry et Laurence Hérault (Université de Provence/Aix-Marseille-I) le 12 novembre à la MMSH. Avec des interventions de : Pauline Lecarpentier (doctorante, Centre Norbert Elias) : La gestation pour autrui dans la rénovation des lois de bioéthique : état de la question ; Laure Camborieux et Nathalie Zaguedoun (association MAIA) : La gestation pour autrui : entre fantasmes et réalité ; Irène Théry (Centre Norbert Elias) : Mater semper certa est ? la gestation pour autrui, révélateur de la complexité du statut maternel ; Martine Gross (CEIFR) : Homoparenté et gestation pour autrui : être pères sans mère ? Laurence Brunet (Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne) : Approche comparée des dispositifs juridiques relatifs à la gestation pour autrui ; Chantal Collard (Université Concordia, Montréal) : Pratiques américaines de la gestation pour autrui et conceptions de la paternité et de la maternité.

3La deuxième journée d’étude a eu lieu le 13 novembre, sous la forme du colloque de bioéthique annuel co-organisé par l’EHESS (responsable : Irène Théry) et le Centre d’Assistance médicale à la procréation de l’hôpital de la Conception de Marseille (responsable : Agnès Noizet). La thématique en était « Les asymétries masculin/féminin dans l’assistance médicale à la procréation : un impensé du débat bioéthique ? » Avec des interventions de Irène Théry : La question du genre en AMP : retour sur l’anonymat des dons d’engendrement ; Pauline Tiberghien (gynécologue, Paris) : L’association Procréation Médicalement Anonyme, chronique d’une entrée en résistance ; Pierre Boyer (Hôpital St Joseph, Marseille) : De nouvelles techniques peuvent-elles changer la donne : l’exemple de la vitrification des ovocytes ; Martine Gross (CEIFR) : Homoparentalité et AMP au masculin et au féminin ; Laurence Brunet (Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne) : Homoparentalité et AMP, un point de vue juridique ; Agnès Noizet (Hôpital de la Conception) : Homoparentalité et AMP, réflexions d’un praticien hospitalier ; Jocelyne Rouzier, Catherine Guillemain (Hôpital de la Conception) : Les hommes, les femmes, les couples face à l’AMP ; Serge Héfez (Hôpital de la Pitié-Salpêtrière) : À quoi servent les pères ? Sylviane Agacinski (EHESS) : Qui donne la vie ? La GPA et la question de l’être humain ; Chantal Collard (Université Concordia, Montréal) : La GPA : ce que nous apprennent les pratiques anglo-saxonnes.

4La troisième journée d’étude a eu lieu le 20 mai ; elle était intitulée Lire et relire la conférence de Mauss sur la notion de personne (1938) et organisée par Irène Théry (Centre Norbert Elias) et Vincent Descombes (Centre Raymond Aron).

5Le matin, une séance de « brain-storming » collectif pluridisciplinaire philosophie/sociologie/anthropologie, était consacrée au texte célèbre de Mauss publié en 1938 : « Une catégorie de l’esprit humain, la notion de personne, celle de “moi” » avec la participation de : Cécile Barraud (anthropologue, CNRS), Pascale Bonnemère (anthropologue, CNRS), Sabine Chalvon-Demersay (sociologue, EHESS) Vincent Descombes (philosophe, EHESS), Philippe de Lara (philosophe, Université Panthéon-Assas), Laurent Dousset (anthropologue, EHESS), Alain Ehrenberg (sociologue, CNRS), Jean-Louis Fabiani (sociologue, EHESS), Laurence Hérault (anthropologue, CNRS), Irène Théry (sociologue, EHESS).

6L’après-midi était consacré au thème « Sociologie, personnes et personnages » avec des interventions de Jean-Louis Fabiani : « Distance au rôle et prise de distance avec la notion de rôle. Perturbations interactionnistes » ; Irène Théry : « Les deux sens du mot « rôle », une lecture critique de L’arrangement des sexes de E. Goffman » ; Sabine Chalvon-Demersay : « Les récits migrateurs ; la reconfiguration des personnages et des intrigues dans les adaptations télévisuelles des œuvres littéraires ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Théry, Pascale Bonnemère, Françoise Douaire-Marsaudon et Agnès Martial, « La dimension sexuée de la vie sociale : approches comparatives », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 350-351.

Référence électronique

Irène Théry, Pascale Bonnemère, Françoise Douaire-Marsaudon et Agnès Martial, « La dimension sexuée de la vie sociale : approches comparatives », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20624

Haut de page

Auteurs

Irène Théry

Articles du même auteur

Pascale Bonnemère

Articles du même auteur

Françoise Douaire-Marsaudon

Agnès Martial

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals