Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Images du religieux en Afrique

Jean-Claude Penrad
p. 365-366

Texte intégral

Jean-Claude Penrad, maître de conférences

Anthropologie visuelle des pratiques rituelles

1La séance de présentation générale du séminaire a été l’occasion de dresser un rapide panorama des écritures visuelles du religieux ainsi que de leurs traitements documentaires et fictionnels. Après l’évocation rapide des premiers usages « ethnographiques » du cinéma dans le Détroit de Torres à la fin du XIXe siècle, en Papouasie en 1904 et au Brésil en 1916, l’œuvre d’Edward S. Curtis (1868-1952), In the land of war canoës (1914-1972), ainsi que celles de Vittorio de Setta (né à Palerme en 1923) ont été convoquées pour engager notre propos. Cette introduction s’est ensuite prolongée par une présentation de l’évolution des modes d’écriture visuelle relative aux procédures rituelles. Les références, d’un côté, aux travaux d’Ernesto de Martino (1908-1965), à sa collaboration à la réalisation de La Taranta (1962), un film de Gianfranco Mingozi ayant bénéficié d’un commentaire du poète Salvatore Quasimodo et du travail musical de Diego Carpitella, et de l’autre à l’œuvre de Jean Rouch, notamment Le Dama d’Ambara (1974), nous ont permis de documenter et de discuter la variété des choix d’écriture dans des contextes historiques, techniques, culturels et intellectuels eux-mêmes très différents et en constante évolution. De fait, ce qui relie tous les documents évoqués c’est une « mise en spectacle » d’un événement, le rituel, compris dans sa grande diversité. Cette notion induite de performance à plusieurs niveaux, celui des acteurs eux-mêmes, celui des témoins, des spectateurs, localement, et celui du cinéaste qu’il soit chercheur, documentaliste ou réalisateur, a été ensuite traitée à partir de nos propres travaux sur les confréries musulmanes dans l’océan Indien occidental et en Syrie, mais aussi en nous référant à des réalisations de cinéastes arabes et iraniens.

2La seconde partie du séminaire a bénéficié de l’intervention de jeunes chercheurs s’impliquant dans un travail visuel sur les terrains qu’ils pratiquent. Damien Mottier (post-doctorant EHESS) dans la suite de son film Prophète(s) (2008), traitant du prosélytisme pentecôtiste, s’est employé à souligner l’espace de dialogue, entre enquêteur et sujets, que constitue un tournage et la multiplicité des choix (cadrages, point de vue, durée de plan, mouvement...) intervenant entre l’événement filmé et le film re-construisant cet événement. À partir du vécu d’un seul individu, d’un prophète autoproclamé, en équilibre entre croyances, aliénation et création, Julien Bonhomme (musée du Quai Branly) nous a démontré comment un objet se construit par l’image. Son film God’s Graffiti (2008) nous permet en effet d’approcher une ritualisation de l’écriture aux multiples facettes, depuis la compilation de cahiers pour soi jusqu’aux graphes destinés aux regards des autres. La position de l’anthropologue sur son terrain et les interactions rituelles qui en découlent ont été au centre du discours de Ksenia Pimenova (EHESS-CEIFR/Académie des Sciences de Moscou-IEA), primée l’année passée à l’atelier d’écriture documentaire de l’EHESS. Elle nous a présenté son expérience de tournage, en Sibérie, chez une chamane de la République autonome de Touva. Pierre Lamarque (Société Française d’Anthropologie Visuelle) a lui regroupé des extraits de son film Le Roi ne meurt jamais (2007) enregistré au pays Konso, au sud de l’Éthiopie, et concernant la longue suite de rituels menant de la mort d’un roi local à l’intronisation de son successeur lors de la sortie de deuil, un an plus tard. Enfin, un autre primé de l’atelier d’écriture documentaire, Roger Canals (Université de Barcelone) s’est entretenu avec nous de l’évolution de son projet filmique débuté alors qu’il était en thèse. Une réflexion sur ses pratiques et ses matériaux l’a conduit d’une perspective uniquement tournée vers l’activité rituelle à une narration centrée sur les figurations de Maria Lionza, une divinité vénézuélienne, que dans son film Visages d’une déesse vénézuélienne (2007), nous retrouvons à nombre de niveaux de la vie religieuse, culturelle et politique.

3Deux séances ont été réservées pour la présentation critique des travaux d’étudiants, trois d’entre eux sont intervenus dans ce cadre. David Knaute a traité des questions soulevées par la mise en scène d’un sacrifice présenté dans Land of thorns, un film dédié aux transformations du mode de vie pastoral dans le Karamoja, en Ouganda, et pour lequel il été conseiller scientifique. Thierry Devic a présenté ses premiers tournages, non montés, concernant la « psychedelic transe » de Goa, en Inde et Yasmine Kassari, à partir de ses réalisations cinématographiques L’enfant endormi (2004) et Quand les hommes pleurent (2001), nous a entraîné aux frontières de démarches communes aux anthropologues et à certains cinéastes, celles relevant de la pratique du terrain.

4Par ailleurs, nous avons également assuré un enseignement d’initiation à l’anthropologie visuelle à l’Université de La Réunion ainsi qu’un autre sur les sociétés musulmanes et plurielles de l’océan Indien occidental, l’ensemble à destination des étudiants de master 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Penrad, « Images du religieux en Afrique », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 365-366.

Référence électronique

Jean-Claude Penrad, « Images du religieux en Afrique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20634

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Penrad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals