Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des espaces politiques

Jean-François Gossiaux et Boris Pétric
p. 373-374

Texte intégral

Jean-François Gossiaux, directeur d’études
Boris Pétric, chargé de recherche au CNRS

Espaces, pouvoirs et ressources

1Nous avons prolongé la réflexion menée depuis trois ans sur la diversité des rapports entre espaces, pouvoirs et ressources dans les sociétés contemporaines. Les deux premières séances ont été consacrées à une mise en perspective théorique de notre approche anthropologique et la présentation des différents terrains que nous utilisons pour construire nos données empiriques. En reprenant la notion d’enchâssement de Polanyi, nous nous interrogeons sur différents types de sociétés qui se caractérisent par une organisation spécifique des activités économiques à l’intérieur d’un territoire déterminé. Ces activités (agriculture, élevage, exploitation minière, forestière, commerce) produisent des ressources qui sont aussi bien matérielles qu’immatérielles. Par ailleurs, elles ne se limitent pas à une production au niveau local. De nombreuses sociétés présentent des situations de captation (comme le travail en situation migratoire, l’aide au développement, l’importation commerciale). Ces différentes formes économiques génèrent un rapport spécifique à l’espace aussi bien localement (droit et type de propriété) que nationalement (rôle de l’État, de la bureaucratie, gestion des frontières).

2Après une revue de textes classiques, nous avons présenté différents terrains qui nourrissent notre réflexion, en étant plus particulièrement attentifs aux sociétés où les logiques de captation occupent une place dominante dans l’organisation économique. Tel est notamment le cas du Kirghizstan et d’une région de Sibérie du Sud. Boris Pétric a plus particulièrement présenté la situation du Kirghizstan post-soviétique, où les activités traditionnelles se sont effondrées (agriculture, élevage) pour laisser la place à des formes de captation variées (produits chinois, aide internationale, travail en Russie). Cette situation permet notamment de réinterroger la question de l’État et d’alimenter un débat concernant la diversité des formes politiques actuelles, le rôle des ONG et des organisations internationales. Jean-Francois Gossiaux est revenu sur différents terrains dans les Balkans et en Sibérie nourrissant la réflexion sur l’organisation du pouvoir dans les espaces post-socialistes.

3Plusieurs intervenants extérieurs ont évoqué des situations qui se prêtent à la comparaison. Le géographe Juhanne Dascon est venu présenter son film documentaire consacré aux conséquences économiques et sociales du développement du trekking au Kilimandjaro. Ce film montre comment le tourisme international entre dans cette logique de captation d’une ressource extérieure, avec des incidences importantes sur les rapports de pouvoir dans la société kenyane. Notre collègue bulgare Ivaïlo Ditchev a exposé ses récents travaux concernant les nouvelles formes de mobilisation collective en Bulgarie (Twitter, Facebook, Internet etc.). La séance a permis d’établir des liens avec les formes de mobilisation qui se développent à l’Est, en particulier ce qui a été désigné sous le nom de « Révolutions de couleur ».

4Les deux dernières séances du séminaire ont été consacrées à une réflexion générale sur la triangulation entre formes de rapports aux ressources (prédation, appropriation, captation etc.), formes de rapports à l’espace (propriété, droits d’usage, etc.) et formes de pouvoir. On s’est particulièrement attaché au développement actuel d’une forme d’espace politique très marquée par les logiques de captation. Ce type d’espace politique tend à se développer partout dans le monde où organisations internationales, puissances étrangères ou pouvoirs économiques transnationaux occupent une place de plus en plus importante, ce qui amène à poser à nouveaux frais les questions de légitimité et de souveraineté.

Publications

  • Europa mon amour. 1989-2009 : un rêve blessé, sous la dir. de Boris Pétric et Jean-François Gossiaux, Paris, Éditions Autrement (coll. Frontières), 2009.
  • « Valaques et/ou Aroumains en Bulgarie : ethnonyme et politique », dans Nommer et classer dans les Balkans, sous la dir. de Gilles de Rapper et Pierre Sintès, Athènes, École française d’Athènes, 2008, p. 63-71.
  • « “Il n’y a pas de pauvres chez nous”. De la supériorité des nomades sur les sédentaires », L’Homme, n° 189, 2009, p. 115-138.
  • « Point de vue de l’acteur et regard myope. Anthropologie apocryphe de la déroute française en Corée (1866) », Socioanthropologie, nos 23-24, 2009, p. 189-210.
  • « Le pasteur nomade. Actualité d’une figure traditionnelle des Balkans », dans Cultures populaires et terrains balkaniques. Mélanges offerts à Jean Cuisenier à l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire, sous la dir. de Mila Santova, Sofia, Éditions académiques Professeur Marin Drinov, 2009, p. 115-119.
  • Préface à Thomas Pierre, Controverses institutionnelles en Pays Basque français. Usages politiques et déconstructions des préjugés socioculturels, L’Harmattan, collection Anthropologie du monde occidental, 2010, p. 11-15.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Gossiaux et Boris Pétric, « Anthropologie des espaces politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 373-374.

Référence électronique

Jean-François Gossiaux et Boris Pétric, « Anthropologie des espaces politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20640

Haut de page

Auteurs

Jean-François Gossiaux

Articles du même auteur

Boris Pétric

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals