Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie et historicité

Jean-Loup Amselle et Matthieu Renault
p. 378-379

Texte intégral

Jean-Loup Amselle, directeur d’études
Matthieu Renault, doctorant

L’anthropologie entre primitivisme et postcolonialisme (suite)

1Le séminaire de cette année a poursuivi l’exploration des liens entre primitivisme et postcolonialisme. Celle-ci s’est engagée dans trois directions : anthropologique, artistique et politique.

2Au sein du domaine anthropologique, plusieurs exposés ont traité du tourisme soit sous sa forme classique (Sarah de Oliveira à propos des Afro-descendants du Pérou), ou mystique, qu’il s’agisse de l’Afrique (Nadège Chabloz sur le Gabon) ou de l’Amérique Latine (David Dupuis au Pérou, Jean-Paul Sarrazin sur la Colombie).

3D’autres exposés ont concerné la production de l’ethnicité et de la primitivité en Afrique (Mathieu Prévalet sur le Cameroun), ou en Amérique latine. Véronique Boyer (CNRS) a ainsi mis en en évidence le processus d’« invention » de l’africanité au Brésil tandis que Paula Lopez Caballero montrait le rôle joué par les anthropologues dans la production d’une « indianité » au Mexique, phénomène également analysé par Alejandro Diez Hurtado (Université de Lima) à propos du Pérou.

4Sur le plan artistique, plusieurs interventions ont traité de l’Afrique : Anaïs Pourrouquet s’est ainsi attachée à étudier les conditions d’émergence de la musique malienne contemporaine à la fois dans ses aspects primitivistes liés au marché mondial et contemporains destinés au marché proprement malien tandis que Nora Greani examinait l’impact du primitivisme au sein de l’art congolais contemporain. Brigitte Derlon (EHESS), pour sa part, a évalué le poids de la perspective primitiviste chez les collectionneurs d’arts premiers. Enfin, Karima Younsi a étudié, à propos du rap et du graffiti conçus comme des arts de la récupération, la façon dont ces arts étaient eux-mêmes récupérés par les médias pour mettre en œuvre une vision primitiviste des banlieues. Cet éclairage s’est prolongé avec l’intervention de Pierre et Florent Schmitt qui ont évalué l’impact du primitivisme au sein de l’art contemporain.

5Un troisième volet de ce séminaire a été consacré aux rapports entre primitivisme et postcolonialisme dans le domaine politique. Plusieurs exposés ont ainsi abordé l’œuvre d’un personnage Frantz Fanon qui apparaît à bien des égards comme un précurseur du postcolonialisme. Mathieu Renault a ainsi analysé la philosophie de Fanon à travers son arrière-plan psychanalytique et ethnologique tandis que Sonia Dayan-Herzbrun (Université Paris-VII/Diderot) mettait en regard l’œuvre d’Edward Said et celle de l’auteur des Damnés de la terre et que Sandro Mezzadra (Université de Bologne) situait son œuvre dans le cadre des études postcoloniales.

Publications

  • Il distacco dall’ Occidente, Rome, Meltemi, 2009.
  • « Les ambiguïtés de la critique postcoloniale », dans Identité(s), l’individu, le groupe, la société, Auxerre, Sciences humaines, 2009, p. 251 -255.
  • Préface à Doris Bonnet, Repenser l’hérédité, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2009, p. 9.
  • « L’Afrique peut-elle être “décrochée” de l’Occident », dans Diversité culturelle et universalité des droits de l’homme, Nantes, Éditions Cécile Defaut, 2010, p. 79-92.
  • Vers un multiculturalisme français. L’empire de la coutume, Paris, (« Champs »), Flammarion, 3e éd. augmentée, 2010.
  • « To count or not to count : The debate on ethnic and diversity statistics in France to day », www.anthropoetics.ucla.edu/ap1502/1502Amselle.htm, 2010.
  • « Le retour de l’indigène », L’Homme, n° 194, avril/juin 2010, p. 131-138.
  • « Tarzan, ou Rousseau chez les Waziri », Africain Arts, vol. 43, n° 3, 2010, p. 86-88.
  • « Comentarios sobre El regreso de lo indígena. Retos, problemas y perspectivas, sous la dir. de Valérie Robin Azevedo et Carmen Salazar-Soler, Lima IFEA/CBC, 2009 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Materiales de seminarios, 2010, http://nuevomundo.revues.org/​59989.
  • Rétrovolutions. Essais sur les primitivismes contemporains, Paris, Stock, 2010.
  • Logiques métisses, Anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs, Paris, 4e éd., Petite Bibliothèque Payot, 2010.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Loup Amselle et Matthieu Renault, « Anthropologie et historicité », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 378-379.

Référence électronique

Jean-Loup Amselle et Matthieu Renault, « Anthropologie et historicité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20644

Haut de page

Auteurs

Jean-Loup Amselle

Articles du même auteur

Matthieu Renault

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals