Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie sociale et culturelle de la Méso-Amérique

Christian Duverger
p. 385-386

Texte intégral

Christian Duverger, directeur d’études

Archéologie, ethnohistoire et iconologie du sacrifice humain

1Dans le modèle historique forgé au XIXe siècle, le Mexique ancien aurait d’abord connu un âge agricole pré-urbain avant de vivre une époque théocratique, générant notamment l’érection des centres cérémoniels. Puis, à l’occasion d’une dernière vague de peuplement d’origine nordique (nahua), la Méso-Amérique serait passée sous le contrôle d’un pouvoir militaire et militariste ayant imposé la pratique du sacrifice humain à grande échelle. Contre toute évidence, ce schéma s’est maintenu jusqu’à nos jours, soit de manière explicite à travers la négation du sacrifice humain aux époques anciennes, soit de façon plus voilée à travers la structure tripartite de la chronologie (préclassique, classique, post-classique) qui démarque le modèle des trois états.

2Le séminaire s’est proposé cette année d’explorer le thème du sacrifice humain en Méso-Amérique dans une perspective diachronique depuis 1200 avant J.-C. jusqu’à la Conquête, en essayant précisément de comprendre comment une réalité culturelle omniprésente a pu être à ce point occultée. Le fil conducteur de la recherche a été l’iconographie. On sait que dans le système iconique mésoaméricain – qui forme un véritable système d’écriture –, il est toujours loisible pour le scripteur d’employer indifféremment le mode figuratif ou le mode symbolique (allégorique ou glyphique). A été mise à l’épreuve l’hypothèse selon laquelle les populations anciennes n’auraient utilisé que le mode symbolique pour traiter les thèmes sacrificiels, ce qui aurait empêché de reconnaître l’existence même du sacrifice humain, alors que les populations plus tardives (les militaristes nahua de l’ancien schéma) auraient, elles, imposé une représentation explicite de l’acte sacrificiel.

3Il est apparu qu’à toutes les époques ont existé les deux modalités de la représentation iconographique du sacrifice. Le séminaire s’est d’abord penché sur l’iconographie explicite, depuis les Olmèques jusqu’aux manuscrits pictographiques coloniaux du XVIe siècle. Une très grande permanence du rite mésoaméricain a été mise en évidence : la victime, toujours masculine, est adossée à une pierre sacrificielle et mise à mort par arrachement du coeur. Puis, l’analyse a porté sur les représentations allégoriques, qui se sont, elles aussi, révélées constantes au cours de la période méso-américaine : le soleil, symbole de l’énergie entropique, est souvent figuré dévorant des cœurs humains, soit sous sa forme céleste et masculine (Tonatiuh), soit sous sa forme tellurique et féminine (Tlaltecutli). De la même façon, on voit des aigles et des jaguars, images animales du soleil prédateur, dévorer des cœurs humains ou s’abreuver de sang. La fleur, signe du jeu, codifiée sous forme d’un glyphe trilobé, connote volontiers le sacrifice sanglant. Plus abstraitement, on rencontre l’association eau-feu (atl tlachinolli) comme substitut de la représentation du sacrifice : l’eau et le feu désignent en effet métaphoriquement la guerre sacrée destinée à faire des captifs en vue du sacrifice. Ces représentations du binôme atl tlachinolli sont innombrables, composant une sorte d’itération obsessive dans l’art mésoaméricain depuis les époques les plus anciennes.

4Ces observations ont conduit à réinterpréter un mode d’enterrement appelé dans la littérature archéologique « enterrement secondaire ». Lorsque l’on a affaire à des ossements réunis en fosse sans connexion anatomique, ¡I est plus plausible de considérer qu’il s’agit de parties prélevées sur des individus sacrifiés et déposées en offrande. Les textes ethno historiques nous renseignent d’ailleurs amplement sur ces pratiques de démembrement et de décapitation post mortem.

5Le séminaire 2010-2011 s’attachera à poursuivre cette réflexion qui débouche sur la mise en évidence d’une forte continuité culturelle en MésoAmérique, tant rituelle qu’iconographique.

6Comme les années précédentes, le séminaire a reçu la participation active des membres du CRAP, Daniel Lévine, Caterina Magni et Aïcha Bachir Bacha. Deux professeurs invités ont présenté leurs travaux récents : Luis Jaime Castillo, professeur à la Pontificia Universidad Catolica du Pérou, a traité de ses travaux archéologiques à San José de Morro, dans l’aire Mochica, (nord du Pérou). Il a mis l’accent sur la complexité de la période de transition Mochica – Huari. Par ailleurs, Ann Peters, chercheur au musée de Philadelphie, a exposé ses recherches sur les textiles de Paracas (côte sud du Pérou), dans une perspective épistémologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Duverger, « Anthropologie sociale et culturelle de la Méso-Amérique », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 385-386.

Référence électronique

Christian Duverger, « Anthropologie sociale et culturelle de la Méso-Amérique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20651

Haut de page

Auteur

Christian Duverger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals