Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de la domination : pratiques, discours, représentations dans les sociétés berbères

Tassadit Yacine
p. 405-406

Texte intégral

Tassadit Yacine, directrice d’études

Anthropologie de la domination

1L’axe principal qui traverse notre séminaire a porté sur la problématique des langues à partir d’une vision historique et actuelle. Deux volets ont constitué la plus grande partie de nos interventions :

  1. le premier concerne l’évolution des différents discours et représentations produits au XIXe siècle ;
  2. le second, les productions et les représentations dans l’aire nord-africaine et par-delà.

2Race et histoire de Maurice Olender (en sa présence) a permis de comprendre la genèse de la domination linguistique (cf. « Les langues du Paradis ») qui puise ses origines dans un passé fort éloigné remontant au Moyen-Âge. Mais c’est surtout le XIXe qui va introduire un lien direct entre « langue » et « race » comme si l’outil linguistique pouvait avoir une relation étroite avec la biologie (le corps) et la pensée (l’esprit). La langue des Aryens est supérieure (parce que rationnelle) à celle des Sémites – mis pour juifs – (poétique et mystique) est attestée dans de nombreux écrits scientifiques comme ceux d’Ernest Renan et d’autres éminente chercheurs qui ont marqué leur temps. Ces derniers ont participé à la généralisation de cette vision de la langue et de ses effets sur les corps et les mentalités dont on trouve des traces dans les écrits des auteurs de la colonisation (à partir de 1830). Cette opposition drastique est opérée entre la langue française, langue de la science dotée de rationalité et la langue arabe qui en serait totalement dépourvue, d’où cette perception de l’indigène léthargique, fanatique et dépourvu d’esprit critique. Mais cette vision des langues se perpétue : on la retrouve chez les auteurs arabes par rapport à d’autres langues et ici par rapport au berbère.

3Dans le prolongement de Maurice Olender, Nabil Boudraa d’un côté, Walid Laggoune, Abdelhak Lahlou et Jean Tibie de l’autre, interviennent pour illustrer cette notion de domination dans d’autres champs linguistiques et culturels.

4Nabil Boudraa, professeur invité à l’EHESS (Université de l’Oregon) s’est appuyé sur des exemples empruntés à la littérature francophone en se fondant sur les œuvres de Mammeri, Amrouche, Djebbar pour rendre intelligible ce rapport doublement complexe aux langues.

5Walid Laggoune (Université d’Alger) a montré les questions liées non pas seulement à la langue mais aux conflits de normes existants en Algérie lorsque langue et religion sont imbriquées.

6Enfin Jean Tible (Université de Rio de Janeiro) et Abdelhak Lahlou (Paris) se sont penché sur les questions de réception des oeuvres et en particulier le rapport à la temporalité qui peut différer selon que l’on se situe au centre ou à la périphérie ainsi que le passage d’une langue à une autre. La traduction d’une part et l’interprétation de l’autre jouent un rôle non négligeable avec laquelle s’opère la négociation en dehors des phénomènes : spatial et temporel.

Publications

  • Tassadit Yacine, et al., Les Amazighs aujourd’hui, Paris, Publisud, 2010.
  • Jean Amrouche, Journal 1928-1962, sous la dir. de Tassadit Yacine, Alger, Alpha, 2010, 415 p.
  • « Taos Amrouche ou l’entreprise de l’objectivation de soi », Awal, n° 39, 2009, p. 3-24.
  • « La fille de la lampe, conte kabyle », Awal, n° 39, p. 171-174.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tassadit Yacine, « Anthropologie de la domination : pratiques, discours, représentations dans les sociétés berbères », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 405-406.

Référence électronique

Tassadit Yacine, « Anthropologie de la domination : pratiques, discours, représentations dans les sociétés berbères », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20672

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals