Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie pragmatique des rapports de domination

Cyril Lemieux
p. 415-417

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Cyril Lemieux, maître de conférences

Techniques de pouvoir et processus critiques : risques, médias, obéissance à l’État

1Qu’est-ce qu’un rapport de domination ? Comment l’observer ? Comment l’expliquer ? Ce séminaire s’est donné pour tâche d’explorer ce qu’une approche « grammaticale » de l’action, telle que nous l’avons développée dans notre ouvrage Le devoir et la grâce, peut modifier dans l’appréhension de ces différentes questions. La domination a souvent été décrite, en sciences sociales, comme un phénomène univoque et sans accroc : l’enjeu aura été ici de l’appréhender en admettant, au contraire, le rôle central que jouent le pluralisme et l’indétermination relative dans la reproduction de l’ordre social. Les deux premières séances du séminaire ont été consacrées à montrer, sur le plan théorique et conceptuel, en quoi une telle perspective, sans jamais conduire à minimiser ou à déréaliser l’existence de rapports de domination ou l’emploi de techniques de pouvoir, permet d’en donner une vision plus précise et plus dynamique, qui rompt tout autant avec les conceptions mécanistes de l’action qu’avec les interprétations politiquement fatalistes du monde social. Ces séances auront également permis de faire apparaître le lien étroit qui unit des techniques de pouvoir et des rapports de domination à l’éventualité de processus critiques les dénonçant ou les remettant en cause. Dans un deuxième cycle de séances, cette approche grammaticale a été confrontée à un premier domaine de recherche empirique : celui de la domination exercée par l’État. À partir d’une entrée particulièrement originale, centrée sur les usages asymétriques des moyens de communication (téléphone, télégraphe, courrier privé), l’historienne Larissa Zakharova (EHESS) nous a donné à mieux comprendre les mécanismes complexes et réversibles qui contribuaient à l’obéissance des populations et des petits fonctionnaires vis-à-vis des sommets de l’État dans la Russie soviétique entre 1920 et 1950. Puis, avec le politiste Philippe Bezès (CNRS), a été analysée l’évolution des procédés et des savoir-faire sur la base desquels les vagues successives de « modernisateurs » de l’État français entreprennent, depuis les années 1960, d’imposer des changements aux agents de l’administration et d’anticiper leurs « résistances ». Dans un troisième cycle de séances, un second dossier empirique a été ouvert : celui de l’anticipation et de la gestion des risques collectifs. Le politiste Emmanuel Henry (IEP de Strasbourg) est revenu sur le type de rapports de domination qui, selon lui, expliquent la relative invisibilité qui a caractérisé en France, pendant une très longue période, les problèmes de santé publique posés par l’amiante. Avec le sociologue Stéphane Latte (Université de Haute Alsace), ce sont les ressorts qui président, depuis une vingtaine d’années, à l’usage de la catégorie de « victime » dans l’activation de processus critiques liés aux risques qui ont été questionnés, l’exemple de la catastrophe de l’usine AZF de Toulouse servant ici d’exemple privilégié. Enfin, dans un quatrième cycle de séances, a été examiné un dernier dossier empirique, connexe au précédent : celui des médias. Avec la philosophe Katia Genel (Institut für Sozialforschung, Francfort) et la sociologue Sabine Chalvon-Demersay (EHESS), nous nous sommes interrogés sur l’actualité du programme de recherche initié il y a plus de cinquante ans par l’École de Francfort au sujet de la domination et des effets d’aliénation exercés par les médias de masse. Dans la séance suivante, nous avons présenté nos propres travaux relatifs aux processus qui ont conduit les journalistes français à surmédiatiser le thème de l’insécurité lors de la campagne présidentielle de 2002. Grâce à Dominique Linhardt (CNRS), Yannick Barthe (CNRS) et Éric Lagneau (IEP de Paris), sociologues spécialistes respectivement des trois dossiers empiriques examinés au cours du séminaire, une séance conclusive a permis de préciser ce que peut être, dans chacun de ces trois domaines, la portée critique d’une démarche sociologique d’inspiration « grammaticale » ou pragmatiste. Ajoutons que trois séances exceptionnelles du séminaire, d’une durée de quatre heures et ouvertes à un public plus large, ont été organisées au cours de l’année en collaboration avec Luc Boltanski (EHESS) et Ève Chiapello (HEC) : la première a porté sur les rapports entre l’évolution de la structure de classe au sein de la société française et les transformations du sens de l’injustice, autour d’interventions de Louis Chauvel (IEP de Paris) et de Camille Peugny (Université Paris-VIII/Vincennes-Saint-Denis) ; la deuxième a traité des nouvelles formes de domination dans le monde du travail, avec le concours de Bénédicte Zimmermann (EHESS) et de Michel Lallement (CNAM) ; la troisième, enfin, a été consacrée, à partir d’une intervention de Ludovic François (HEC), à la question du contrôle de l’information, des stratégies d’influence et de la gestion de crise dans les milieux d’affaires et les sommets de l’État.

Publications

  • Le devoir et la grâce. Pour une analyse grammaticale de l’action, Paris, Économica, coll. « Études sociologiques », 2009, 246 p.
  • La sociologie sur le vif, Paris, Presses des Mines, coll. « Sciences sociales », 2010, 307 p.
  • « Sulla difficoltà dei giornalisti di rispettare la propria deontologia », sous la dir. de Gianluca Gardini, Pina Lalli, Per un’etica dell’informazione e della comunicazione, Milan, Franco Angeli, 2009, p. 187-208.
  • « Du pluralisme des régimes d’action à la question de l’inconscient : déplacements » dans Compétences critiques et sens de la justice, sous la dir. de Marc Brévigliéri, Claudette Lafaye, Danny Tram, Paris, Économica, coll. « Études sociologiques », 2009, p. 69-80.
  • « Problématiser », dans L’enquête sociologique, sous la dir. de Serge Paugam, Paris, PUF, 2010.
  • « L’écriture sociologique », op. cit.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Lemieux, « Sociologie pragmatique des rapports de domination », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 415-417.

Référence électronique

Cyril Lemieux, « Sociologie pragmatique des rapports de domination », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20683

Haut de page

Auteur

Cyril Lemieux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals