Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie de l’Iran contemporain

Farhad Khosrokhavar, Saeed Paivandi et Mohsen Mottaghi
p. 439-440

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Farhad Khosrokhavar, directeur d’études

Islam en prison

1La prison est un microcosme des relations sociales. Les musulmans, de plus en plus nombreux, constituent une nouvelle sous-identité, souvent revendiquée, quelquefois assumée, d’autres fois occultée par les détenus. Les musulmans en prison se distinguent selon plusieurs catégories : les « individualistes », les « fondamentalistes » les « borri again » et les « jihadistes ». Dans le séminaire on a notamment discuté des formes de radicalisation en milieu carcéral et on a présenté une typologie de ces radicalisations. Des détenus jihadistes « externes » (de nationalité étrangère) et « internes » (de nationalité française) ont pu être interrogés dans l’enquête de terrain dont les réponses ont formé la toile de fond d’un ouvrage (Quand Al Qaeda parle) et d’un livre en anglais (Inside Jihadism) mis à contribution dans le séminaire pour l’élaboration de ladite typologie.

Farhad Khosrokhavar, directeur d’études
Saeed Paivandi, maître de conférences à l’Université Paris-VIII/Vincennes-Saint-Denis
Mohsen Mottaghi, docteur de l’EHESS

Jeunesse iranienne

2Le séminaire a porté sur les nouvelles formes de socialisation en Iran : on y voit apparaître une nouvelle génération d’étudiants et d’étudiantes à l’université qui subit l’influence des idées « réformistes » par la lecture des « nouveaux penseurs religieux ». La jeunesse étudiante constitue le fer de lance des nouveaux mouvements sociaux d’inspiration démocratique en Iran. Dans pratiquement toutes les villes iraniennes, des universités se sont ouvertes, souvent « privées » (Université Azad), qui bouleversent les relations sociale et politique. L’éducation qui se doit d’être « islamique » est en fait contournée par la plupart des jeunes qui se socialisent selon de nouvelles normes où le réformisme islamique joue un rôle clé. Ces mouvements sociaux se heurtent frontalement à la théocratie religieuse qui est de plus en plus sur la défensive au sein de l’université. On a étudié notamment la ville sainte de Qom où cette génération se démarque des couches traditionnelles sur de nombreux points.

Publications

  • Avec Amir Nikpey, Avoir vingt ans au pays des ayatollahs. Vivre dans la ville sainte de Qom, Le Monde comme il va, Paris, Robert Laffont, 2009, 406 p.
  • Inside Jihadism. Understanding Jihadi movements worldwide, Yale cultural sociology series, paradigm publishers, Londres, Boulder, 2009, 321 p.
  • « The new scientific community in Iran », dans Contemporary Iran, economy, society, policy, sous la dir. d’Ali Gheissari, New York, Oxford University Press, 2009, p. 211-244.
  • « The new antisemitism in France », in Varieties of antisemitism, history, ideology, discourse, sous la dir. de Murray Baumgarten, Peter Kenez, Bruce Thompson, Newark, University of Delaware Press, 2009, p. 377-390.
  • « The Clash of civilizations ? », dans The borders of Islam. Exploring Huntington’s faultlines, from Al-Andalus to the virtual ummah, sous la dir. de Stig Jarle Hansen, Atle Mesøy, Tuncay Kardas, Londres, Hurst & Company, 2009, p. 249-260.
  • « Reformist and moderate voices in european Islam », dans Reformist voices of Islam : Mediating Islam and modernity, shireen hunter, sous la dir. de M.-E. Sharpe, New York, Armonk, 2009, p. 247-266.
  • « Islamic radicalism in Europe », dans Muslims in the west after 9/11 : Religion, politics and law, sous la dir. de Jocelyne Cesari, Londres et New York, Routledge, 2010, p. 229-244.
  • « The psychology of the global Jihadists », dans The fundamentalist mindset. Psychological perspectives on religion, violence, and history, sous la dir. de Charles B. Strozier, David M. Terman et James W. Jones, New York, Oxford University Press, 2010, p. 139-155.
  • « Le nouveau terrorisme djihadiste », Histoires d’un 20 janvier, La pensée de midi, Paris, Actes Sud, 2010, p. 185-193.
  • « The muslim brotherhood in France », dans The muslim brotherhood : The organization and policies of a global Islamist movement, sous la dir. de Barry Rubin, Middle East in Focus, New York, Palgrave Macmillan, 2010, p. 137-147.
  • « Les nouveaux intellectuels en Iran », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 125, 2010, p. 347-363.
  • « Iranian women’s participation in the academic corld », Iranian Studies, vol. 43, n° 2, avril, 2010, p. 223-238.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Farhad Khosrokhavar, Saeed Paivandi et Mohsen Mottaghi, « Sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 439-440.

Référence électronique

Farhad Khosrokhavar, Saeed Paivandi et Mohsen Mottaghi, « Sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20696

Haut de page

Auteurs

Farhad Khosrokhavar

Articles du même auteur

Saeed Paivandi

Articles du même auteur

Mohsen Mottaghi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals