Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Modernités multiples

Nilüfer Göle et Kazuhiko Yatabe
p. 443-445

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Nilüfer Göle, directrice d’études

L’Islam public européen

1On a étudié l’Islam dans ses différents modes de visibilité publique à l’échelle européenne. On a débattu la notion d’espace public, historiquement défini par un processus de formation de l’État-nation et d’une communauté de langue, et son évolution vers un espace transnational, avec les processus de l’immigration, de formation de l’Europe et de la globalisation. Par ailleurs, cet espace public se caractérise par un espace de débats, d’échanges et de communication. Dans ce registre, on a abordé les aspects discursifs et performatifs par le biais des travaux de Habermas et de Arendt.

2La présence des musulmans en Europe engendre une nouvelle visibilité de l’Islam dans l’espace public qui a été défini à l’échelle nationale et d’une communauté de langue et de religion. Or les dynamiques actuelles sont plus transversales, hétérogènes et apportent de nouvelles tensions dans l’expression de l’espace public tel qu’il est institué par les États et imaginés par les sociétés. L’irruption de l’Islam hors de la sphère du privé et son investissement dans les espaces traditionnellement non réservés aux acteurs immigrés et pieux déclenchent des controverses quant à la redéfinition des valeurs des espaces partagés. Du fait de la visibilité des signes et des pratiques religieux, les musulmans rendent leur différence apparente, manifestent publiquement leur présence et deviennent sujets de controverses. Il s’agit de comprendre le difficile passage et la transformation de la problématique de l’immigration à celle de citoyenneté européenne.

3On s’est efforcé d’éclairer ce processus en gestation par des études de cas et les thématiques qui émergent de différentes controverses. Ce qui fait débat public se différencie en fonction de la culture politique nationale, tantôt l’accent est mis sur la laïcité, le voile féminin, l’homosexualité, tantôt sur la sharia, la liberté d’expression, et tantôt dans le domaine de l’art. Malgré ces différences, on voit se constituer des constellations, des assemblages de thématiques et de dynamiques transnationales qui constituent à nos yeux une nouvelle configuration de l’Europe produite par sa rencontre avec l’Islam.

4Afin de pouvoir conceptualiser ce processus de la formation d’un Islam public européen, j’ai privilégié la transformation mutuelle des acteurs, les lieux de rencontres et de confrontation par le biais de la notion d’« interpénétration » telle que je l’avais exprimée dans mes ouvrages antérieurs. Le séminaire de cette année a eu la possibilité de tester et d’enrichir cette orientation théorique grâce à une étude de terrain entamée depuis 2009 que je mène dans le cadre du projet de recherche intitulé « Europublicislam », financé par l’ERC (Conseil Européen de Recherche).

5La notion d’interpénétration a été forgée afin d’étudier ces formes paradoxales qui ne peuvent être comprises qu’en prenant une distance critique vis-à-vis des oppositions binaires entre tradition et modernité, religion et laïcité. Ainsi on a privilégié une lecture microsociologique des recompositions entre le religieux et le séculier dans lesquels la question du genre, du corps et de l’espace apparaît comme centrale.

6La méthodologie qui a été développée pour mener l’étude du terrain a été présentée dans le cadre du séminaire et a été appropriée par les étudiants qui ont présenté des travaux lors d’un atelier de doctorants à la fin de l’année universitaire. La journée de doctorants, instituée il y a trois ans dans le cadre de notre séminaire, a pris une nouvelle forme grâce à l’initiative des doctorants eux-mêmes. Ils l’ont envisagée afin de réfléchir à l’apport du cadre théorique et méthodologique du séminaire sur leur travaux respectifs. Cette journée a eu lieu en juin et une suite est prévue au cours du premier semestre de l’année 2010-2011 afin de prolonger la discussion autour des textes rédigés.

Publications

  • « Europe and Islam : The lure of fundamentalism and the allure of cosmopolitanism », sous la dir. de Marcus Weiner, Princeton, 2010, traduction du livre français « Interpénétrations : l’Islam et l’Europe », Gallaade, 2005.
  • « Turkish delight in Vienna : Art, Islam, and european public culture ». Cultural politics, vol. 5, n° 3, p. 277-298, 2009.
  • « European self-presentations and narratives challenged by islam : Secular modernity in question », dans Decolonising european sociology, Transdisciplinary approaches, sous la dir. d’Encarnación Gutiérrez-Rodríguez, Manuela Boatca et Sérgio Costa, Aldershot, Ashgate, 2010.
  • « The civilizational, spatial, and sexual powers of the secular », dans Varieties of secularism in a secular age, sous la dir. de Michael Warner, Jonathan Vanantwerpen et Graig Calhoun, Harvard University Press, 2010.
  • « Manifestations of the religious-secular divide : Self, state, and the public sphere » dans Comparative secularisms in a global age, sous la dir. de Linell E. Cady et Elizabeth Shakman Hurd, Palgrave Macmillan, 2010.

Nilüfer Göle, directrice d’études
Kazuhiko Yatabe, maître de conférences à l’Université Paris-VII/Diderot

Modernités non occidentales : la Turquie et le Japon

7Si l’année précédente, on avait adopté une approche diachronique qui consistait à dessiner les étapes historiques et événementielles des deux pays, cette année on a privilégié une analyse plus synchonique et anthropologique.

8La question au centre de notre interrogation a porté sur le concept de modernité dans un contexte non-occidental, en Turquie et au Japon, deux pays non colonisés, avec des religions différentes et un rapport particulier au nationalisme et à l’armée. Les mémoires refoulées ressurgissent dans les deux espaces publics, en prenant des modalités d’expression différentes, allant de la visibilité et l’audibilité au retrait et à l’invisibilité.

9Afin de mener une analyse plus syncronique, on a revu les grands thèmes de la culture, notamment les notions de l’Intime, du personnel, et du collectif à travers l’expression artistique, visuelle et matérielle. La composition interdisciplinaire des participants à ce seminaire, aussi bien du fait de leur origine que de leur formation (architecture, anthropologie, sociologie, économie, philosophie) a été enrichissante pour aborder une réflexion interculturelle et polyphonique.

10Après avoir mené une discussion sur le décentrement de la notion de la modernité dans une optique turco-japonaise, et signalé l’importance de la question de la temporalité, le rapport au passé, la valorisation du nouveau, de l’inédit contre la répétition, la tradition et le passé, le débat s’est poursuivi à partir de quelques thèmes clefs dans chaque pays et de leurs rapports aux pratiques corporelles et spatiales dans la vie quotidienne. Un des exemples a été celui du bain, le hamam en Turquie et l’onsen au Japon. À partir de cet exemple, on a fait une description des différentes formes architecturales, de l’utilisation de l’espace, des rapports de genre, de l’hygiène, du rapport à l’eau. En prenant d’autres exemples dans les formes musicales, la danse, les films, nous avons pu explorer les transformations de l’ancien ainsi que les formes émergentes du moderne. Un travail de désancrage culturel par rapport à l’Occident nous a permis de revisiter la notion même de la modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nilüfer Göle et Kazuhiko Yatabe, « Modernités multiples », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 443-445.

Référence électronique

Nilüfer Göle et Kazuhiko Yatabe, « Modernités multiples », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20699

Haut de page

Auteurs

Nilüfer Göle

Articles du même auteur

Kazuhiko Yatabe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals