Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Histoire politique et culturelle de la philosophie moderne

François Azouvi
p. 474-475

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

François Azouvi, directeur d’études

La Shoa dans la culture française

1Pendant l’année 2009-2010, j’ai exploré quelques-uns des grands textes relatifs au nazisme et/ou au génocide des Juifs qui ont marqué les premières années de l’après-guerre et même de l’immédiat avant-guerre. Quand c’était possible, j’ai essayé d’éclairer ces textes par les commentaires qui en ont été fournis dans d’autres grands textes.

2Il m’a semblé utile de commenter d’abord deux articles de Levinas et d’Aron parus en 1934 et en 1939 : « Philosophie de l’hitlérisme » et « États démocratiques et États totalitaires » pour voir comment, dès avant la guerre, ces deux philosophes ont pensé le nazisme, l’un dans les catégories de la philosophie éthique, l’autre dans celles de la philosophie politique.

3Ensuite, trois articles d’Hannah Arendt, « La culpabilité organisée », « Approches du problème allemand » et « L’image de l’enfer » m’ont permis de voir comment l’événement lui-même, survenu entre-temps, avait modifié les perspectives sans désavouer pourtant les principes formulés par Levians ou Aron auparavant.

4Puis j’ai consacré plusieurs séances à cinq des grands livres parus en France au lendemain de la guerre : L’Homme du néant, par Max Picard, avec les commentaires de Levinas et de Camus ; La culpabilité allemande de Jaspers, avec les commentaires d’Arendt ; L’espèce humaine, avec les commentaires de Maurice Blanchot ; Réflexions sur la question juive de Sartre, avec les commentaires de Levinas ; Une voix sur Israël, avec les commentaires de Levinas.

5Comme on peut s’y attendre, ces lectures ont tourné finalement autour de quelques questions philosophiques interminables : celle du mal, avec la question de sa « banalité » ; celle de la nature humaine, le nazisme a-t-il été le laboratoire d’une transformation de celle-ci (Arendt) ?, le mal produit par les nazis a-t-il excédé les limites de l’esprit humain (Picard) ? ou bien l’espèce humaine est-elle définitivement incapable de muter (Antelme) ? Quel sens peut avoir le pardon (Gabriel Marcel, Jaspers, Jankelevitch) ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Azouvi, « Histoire politique et culturelle de la philosophie moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 474-475.

Référence électronique

François Azouvi, « Histoire politique et culturelle de la philosophie moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20731

Haut de page

Auteur

François Azouvi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals