Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Économie

Économie publique

Roger Guesnerie
p. 531-533

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Roger Guesnerie, directeur d’études

Coordination des anticipations : éléments pour une théorie des crises économiques et financières

1Le cours a d’abord présenté une vue générale de la crise économique et financière récente, qui la replace dans une perspective historique et qui essaie d’identifier les causes immédiates (la « folie » de la planète finance) et les cause plus structurelles (tenant à la mondialisation et aux déséquilibres suscité par les formes de l’épargne mondiale). On a à cette occasion discuté les grandes options pour une refondation de la théorie économique, qu’elles relèvent d’une vision quelque peu hétérodoxe (Minsky) ou de considérations plus standard (comme celles suggérées par les développements récents de l’économie comportementale). L’option prise dans le cours, celle d’une reconsidération de l’hypothèse d’anticipations rationnelles, a ainsi été mise en perspective avant d’être précisément introduite : la coordination des anticipations, sorte de point aveugle de la théorie économique, doit être remise, en ces temps de crise, au centre de la réflexion économique. Il est plus clair que jamais que la coordination doit être, autant que faire se peut, expliquée et non seulement supposée, comme le fait la routine de la modélisation.

2Les deux parties suivantes ont alors introduit les outils conceptuels et les résultats analytiques qui sont au cœur de la problématique présentée dans le cours. Les deux dernières parties ont exploré la pertinence de l’appareillage mis en place pour l’explication des crises économiques et financières.

3On a d’abord décrit les outils retenus pour l’étude « divinatoire » de la coordination. Ces outils visent à une analyse globale, qui met l’accent sur les équilibres « fortement rationnels », mais qui peut se décliner localement (équilibre « localement fortement rationnel »). La pertinence de ces outils peut être justifiée par des raisonnements « high-tech », reposant sur des considérations de « Common Knowledge » et sur des raisonnements de théorie des jeux (Rationalisabilité). Mais elle peut aussi exprimer des considérations intuitives, « low-tech », portant sur la stabilité des croyances autour d’un équilibre. L’accent sera mis sur la comparaison du point de vue adopté ici, celui de l’apprentissage « divinatoire », avec celui de l’apprentissage « évolutif ». La théorie a ensuite été développée dans un cadre économique où les agents sont nombreux et concernés par des variables agrégées. Les applications les plus simples, dont le champ est significatif, concernent des situations dominées par les complémentarités stratégiques, un sujet bien documenté dans les jeux à nombre fini d’agents. Cependant les substituabilités stratégiques dominent dans beaucoup de contextes économiques, qu’il s’agisse de l’équilibre partiel à la Muth, de l’équilibre général avec prix fixes ou flexibles. Des résultats généraux peuvent être obtenus dans ce cadre, résultats qui reposent sur l’étude des cycles d’ordre 2 d’une certaine fonction agrégée de meilleure réponse.

4La seconde partie du cours a d’abord été consacrée à une réflexion sur la pertinence des outils introduits pour la compréhension des crises dans trois dimensions particulières :

  1. Les crises de change, dans la logique des modèles relevant de la théorie des « global games ».
  2. Les crises boursières. Ont été mis en regard les faits stylisés (mouvement des prix, volatilité, bulles, rendements) et les explications proposées par les modèles issus de la finance. Ces explications n’apportent que des éclairages limités sur les phénomènes à l’étude. Le point de vue divinatoire introduit apporte des explications alternatives de la volatilité. On a montré qu’elles sont particulièrement convaincantes tant en ce qui concerne les limites de l’efficacité de la transmission de l’information par les prix, qui met en cause les versions habituelles de l’efficacité informationnelle des marchés, que pour la mise en évidence des effets déstabilisants, de la spéculation, contraires à l’analyse dominante, issue des travaux de Friedman.
  3. Les crises économiques. La coordination a été analysée dans le monde de la macroéconomie keynésienne où domine la vision de l’avenir de court terme, et dans le monde de la macroéconomie des cycles réels, où l’horizon est long, et où l’accent peut être mis alternativement sur la politique monétaire ou la politique économique.

5Les idées développées dans le cours ont été présentées dans le cadre de séminaires ou colloques, par exemple à l’Université de New York, à Marseille, Louvain, Warwick. Elles ont été exposées dans des conférences grand public (Cité des sciences, Journées d’économie de Lyon) ou des sessions de formation (Banque Européenne d’Investissement, Luxembourg).

6Par ailleurs une grande partie de mon activité de recherches, de formation et d’enseignement a été consacrée à la politique climatique. Une autre partie a été consacrée aux réflexions sur la mesure de la performance économique, en prolongement d’une participation au comité dit Stiglitz-Sen.

Publications

  • Avec Pierre-Yves Geoffard et Julian le Grand, « La santé par quels moyens à quel prix ? », Presses Universitaires de France, 2010, 129 p.
  • Avec Ivar Ekeland, « The geometry of global production and factor price equalization », Journal of Mathematical Economics, vol. 46, n° 5, 2010, p. 666-690.
  • « An Interview with Roger Guesnerie », interview par Pierre-André Chiappori, Macroeconomic Dynamics, mai 2010.
  • « La conception économique des politiques climatiques », dans Regards Croisés sur l’Internationalisation du Droit : France-États-Unis, sous la dir. de Mireille Delmas-Marty et Stephen Breyer, UMR de Droit Comparé de Paris, vol. 18, 2009.
  • « Open questions on the economics of climate change policy », dans The economics of sustainable development, sous la dir. de Jean-Michel Lasry, Delphine Lautier et Damien Fessier, Economica, 2010.
  • « Les cinq difficultés de l’enseignement des SES », Idées, La revue des sciences économiques et sociales, décembre 2009.
  • « L’enseignement des sciences économiques au lycée : intention scientifique et impératif de laïcité », Entretien, Revue d’Économie Financière, septembre 2010.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Guesnerie, « Économie publique », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 531-533.

Référence électronique

Roger Guesnerie, « Économie publique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20787

Haut de page

Auteur

Roger Guesnerie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals