Skip to navigation – Site map

HomeNumérosAnnuaire 2009-2010Conférences complémentairesHistoireHistoire des sciencesUne approche historique de l’alte...

Conférences complémentaires
Histoire
Histoire des sciences

Une approche historique de l’alterscience (II)

Alexandre Moatti
p. 563-564

Full text

Alexandre Moatti, ingénieur en chef des mines

1Le premier cycle 2008-2009 a permis, à partir de l’étude de l’opposition à la nouvelle physique (relativité, mécanique quantique) au XXe siècle, d’approcher les figures et postures de l’alterscience : émanant parfois de chercheurs, ou de personnes formées à la science mais n’ayant pas suivi son évolution (ingénieurs notamment) ; ambivalente entre une fascination pour la science apprise lors des études et un rejet de la science telle qu’elle a évolué depuis ; mêlant ou unifiant différents champs scientifiques et refusant la spécialisation de la science ; contestant des « théories établies » sans proposition de théorie alternative cohérente ; mimant néanmoins cette « science établie » par des colloques, revues, articles scientifiques ou de vulgarisation, ainsi que sites Internet et blogs ; réécrivant l’histoire des sciences dans le sens de leurs idées ; invoquant souvent la théorie du complot (à commencer par le « complot du silence » qui s’abat sur leurs idées). Des caractéristiques de personnalité accompagnent ces postures : formidable besoin de reconnaissance, notamment à partir d’un certain âge ; vitupération et attaques ad hominem ; comportements souvent obsessionnels et parfois totalitaires.

2Des acteurs et processus comparables sont à l’oeuvre de nos jours, utilisant un discours fondé sur la science à l’appui de croyances et d’idéologies les plus diverses : les créationnistes en astronomie, comme les sectes géocentristes ou les cosmologies catastrophistes ; le mouvement politique de Lyndon La Rouche qui a pu être qualifié de « technofascisme » ; à l’opposé, les mouvements d’écologie profonde et leur interprétation extensive de la physique quantique, ou les mouvements libertaires radicaux anti-technologie et leur vision de la science du XXe siècle.

3Définie comme une remise en cause des résultats de la science par des théories alternatives, mais aussi comme une utilisation à des fins religieuses, idéologiques voire personnelles d’un discours qui se veut scientifique, et présentant les caractéristiques ci-dessus, l’alterscience trouve des racines dans les discours de certains philosophes à partir de la fin du XVIIIe siècle : ainsi le « demi-savant » Marat trouve ses arguments dans le discours très réservé de Rousseau à l’égard de la science ; l’utopiste Saint-Simon souhaite élaborer une théorie scientifique et politique générale, à partir de la gravitation newtonienne – ce qu’on a appelé le « newtonisme social » ; les vitupérations d’Auguste Comte contre certains savants ou contre de nouvelles sciences (probabilités, analyse, etc.) montrent la dérive d’une pensée très personnelle, qui s’appuie sur « une certaine idée » de la science ; la forte opposition de Charles Fourier à l’industrie naissante a pu inspirer des mouvements actuels d’opposition radicale à la « technoscience ».

4Distincte des pseudo-sciences ou de la critique menée par les science studies, l’alterscience, qu’elle en vienne à contester certains résultats de la science ou la démarche scientifique elle-même, constitue un des fronts ouverts dans les rapports actuels entre science et société.

Top of page

References

Bibliographical reference

Alexandre Moatti, “Une approche historique de l’alterscience (II)”Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 563-564.

Electronic reference

Alexandre Moatti, “Une approche historique de l’alterscience (II)”Annuaire de l’EHESS [Online],  | 2011, Online since 15 June 2015, connection on 30 January 2023. URL: http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20825

Top of page

About the author

Alexandre Moatti

By this author

Top of page

Copyright

All rights reserved

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search