Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Acteurs de théâtre. Métiers, pratiques, statuts (XIIIe-XVIe siècle)

Marie Bouhaïk-Gironès
p. 565-566

Texte intégral

Marie Bouhaïk-Gironès, chargée de recherche à l’Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique, Amsterdam

1Lors de cette première année de séminaire, nous avons proposé un déplacement du regard sur l’histoire du théâtre médiéval, de l’étude des genres vers l’histoire des pratiques, de l’étude des lieux et des espaces vers l’histoire des acteurs. Dans une tradition critique texto-centrée, la place des acteurs dans l’historiographie sur le théâtre médiéval est en effet quasi nulle. Dans les premières séances, nous avons posé les jalons d’une histoire de l’acteur avant le XVIIe siècle. Nous avons pris acte de la nécessité de s’affranchir des cadres de l’histoire littéraire, de ses catégories, notions et concepts, pour s’appuyer sur les modèles d’analyse de l’histoire et de la sociologie du travail. Nous nous sommes attachés à circonscrire une enquête sur les pratiques sociales et professionnelles de l’acteur, sur son métier et sur les constructions sociales et juridiques de son activité face aux pratiques du droit, aux différentes juridictions et aux normes de la société médiévale. Deux séances ont alors été consacrées à l’organisation du travail des acteurs. L’examen de contrats notariés d’association de joueurs de farce parisiens datant de la fin du XVe siècle – alors que les spécialistes avaient jusqu’alors repéré les premiers du genre à la fin du XVIe siècle –, a montré que les acteurs, se pliant à la pratique juridique contemporaine, s’organisent en sociétés commerciales. La comparaison avec les pratiques italiennes de la même période a permis de remettre en question l’un des points de rupture sur lequel est fondée la distinction entre le théâtre « médiéval » et le théâtre « moderne » : l’apparition de l’acteur professionnel, en Italie au milieu du XVIe siècle. C’est le processus de professionnalisation de l’acteur et les catégories « amateur » et « professionnel » qui lui sont liées qui sont ainsi interrogés. Dans ce cadre, J.-B. Huet (master, Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne) a exposé les résultats de son travail sur la pratique théâtrale d’après les documents de la Passion de Mons (1501). Dans un deuxième temps, la question du statut de la parole de l’acteur nous a retenus. Nous avons porté attention à la façon dont la parole publique sur la scène de théâtre fait l’objet de contrôle, ainsi qu’à la manière dont l’acteur légitime sa prise de parole et refuse sa responsabilité, en étudiant les procès d’acteurs dans lesquels la question de lèse-majesté est centrale (XVe siècle). Pour compléter ce dossier, Simon Gabay, doctorant au sein du programme de recherche Law and Drama (Université d’Amsterdam), a présenté un dossier sur les prescriptions normatives de l’Église sur le théâtre : quand l’histrion est condamné dans les conciles ecclésiastiques, de qui parle-t-on ? Dans le troisième volet du séminaire, nous avons décliné la question du savoir-faire rhétorique de l’acteur, de sa formation à la performance oratoire et de sa maîtrise linguistique du vernaculaire. Dans le cadre des séances sur la rhétorique française, le professeur Serge Lusignan (Montréal) a donné une conférence intitulée « “Dire la vérité” en français (fin du XIIIe siècle) ». L’analyse de la farce Maître Mimin étudiant qui met en scène le face à face latin/vulgaire par Mario Longtin (Western Ontario) nous a donné l’occasion d’approfondir la question linguistique au théâtre. Deux séances ont ensuite été consacrées aux acteurs et aux musiciens. Nous avons bénéficié de la conférence de Silvère Menegaldo (Orléans) sur le théâtre des jongleurs au XIIIe siècle et entendu François Rivière (doctorant au CRH), qui a exposé les premiers résultats d’une recherche sur les pratiques professionnelles des jongleurs et ménestrels à la fin du Moyen Âge. La dernière séance a enfin été consacrée à l’examen de documents issus des délibérations de la ville de Chalon-sur-Saône (1497) dans lesquelles des « experts » sont nommés parmi les notables pour corriger un texte de théâtre avant sa représentation. Ce premier exposé d’une enquête en cours, qui sera prolongée l’année suivante, a permis d’ouvrir un dossier sur les « acteurs du texte », afin de reprendre à nouveaux frais la question de la variance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Bouhaïk-Gironès, « Acteurs de théâtre. Métiers, pratiques, statuts (XIIIe-XVIe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 565-566.

Référence électronique

Marie Bouhaïk-Gironès, « Acteurs de théâtre. Métiers, pratiques, statuts (XIIIe-XVIe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20827

Haut de page

Auteur

Marie Bouhaïk-Gironès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals