Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Sociologie historique des professions

Florent Champy et Marc-Olivier Déplaude
p. 577-578

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Florent Champy, chargé de recherche au CNRS
Marc-Olivier Déplaude, postdoctorant à l’INRA

1le séminaire a été consacré à l’histoire des professions dont les membres ont reçu une formation spécialisée de haut niveau – c’est-à-dire dans un sens assez proche de l’acception que ce terme a en anglais –, et aux transformations de leur place dans les sociétés occidentales contemporaines depuis le milieu du XIXe siècle. La perspective adoptée a consisté à dépasser les approches centrées sur des professions particulières, pour tenter de réfléchir plus globalement aux conséquences qu’a eues pour les pays occidentaux la constitution de ce que nous avons appelé des « sociétés de professionnels », c’est-à-dire des sociétés où une proportion significative de travailleurs appartiennent à ce type de professions, où les valeurs du professionnalisme pénètrent de larges secteurs du monde du travail, et où les professionnels jouent un rôle important dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques (en matière d’éducation, de santé, de justice, d’urbanisme, etc.). Nous nous sommes notamment intéressés aux rapports des professions avec les pouvoirs publics, les marchés et les systèmes d’enseignement, en regardant à la fois les évolutions des cadres institutionnels de leurs interventions et celles du contenu de leur travail. Un objectif sous-jacent à cette réflexion était de saisir ce que les métamorphoses des professions nous disent des manières de prendre en charge des activités ayant une forte teneur technique et politique dans nos sociétés. Le séminaire a été organisé en trois modules. Le premier a été consacré à l’émergence des professions dans leur forme institutionnelle contemporaine, en général à partir du milieu du XIXe siècle, en présentant notamment les cas de la médecine et de l’architecture. Puis nous avons consacré la plus longue partie de l’année à la question de la place des professions dans la société, en tentant de saisir quelles formes a prises l’autonomie de leurs membres dans le travail, quelles en ont été les conditions, et quels en ont été les effets sociaux. Nous avons ainsi tenté par exemple de montrer comment des membres ou des représentants de certaines professions ont participé directement à la production de l’action publique et ont influé sur des débats de société. Par ailleurs, Juliette Rennes, désormais maîtresse de conférences à l’EHESS, nous a présenté ses travaux sur la place des femmes dans les professions « de prestige » sous la IIIe République, et plus précisément sur les controverses auxquelles a donné lieu l’accès des femmes à ces professions en France. Le dernier module, plus programmatique, a été consacré aux remises en cause de l’autonomie professionnelle dans le travail, du fait notamment des manifestations de défiance du public, du recul de l’autorité professionnelle, de la bureaucratisation des contextes de travail et du développement de nouvelles formes de contrôle managérial. Nous avons cherché à faire ressortir les enjeux de ces évolutions et les limites des approches sociologiques actuellement dominantes sur ce thème, en nous demandant ce que pourrait être une approche alternative. Nous poursuivrons cette réflexion en 2010-2011 dans le cadre d’un séminaire collectif de l’EHESS que nous animerons avec Arnaud Saint-Martin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florent Champy et Marc-Olivier Déplaude, « Sociologie historique des professions », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 577-578.

Référence électronique

Florent Champy et Marc-Olivier Déplaude, « Sociologie historique des professions », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20850

Haut de page

Auteurs

Florent Champy

Articles du même auteur

Marc-Olivier Déplaude

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals