Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre Asie du Sud-Est – CASE

Andrée Feillard, Natacha Collomb, Jean-Marc de Grave, Dana Rappoport, Stéphane Rennesson et Nicole Revel
p. 597-602

Entrées d’index

Centres de recherche :

Centre Asie du Sud-Est – CASE
Haut de page

Texte intégral

Andrée Feillard, chargée de recherche au CNRS

L’Asie du Sud-Est : approches pluridisciplinaires

1Ce séminaire pluridisciplinaire a réuni les membres du Centre Asie du Sud-Est (CASE) et les étudiants avancés. L’objectif principal est d’examiner les processus à l’œuvre dans la constitution d’une aire culturelle qui, par-delà sa diversité culturelle et religieuse, tente de s’élaborer comme une communauté politique.

2Dirigé par Andrée Feillard, le séminaire a été animé plusieurs fois en coopération avec Muriel Charras, directrice du CASE et Anne Guillou. Le séminaire s’est tenu régulièrement sur 24 séances, sans annulation. L’assistance a été fournie, avec 26 participants en moyenne et des pics de plus de 35 à 37 personnes, une augmentation sensible par rapport à l’année précédente.

3Cette année, la discipline dominante a été l’histoire (13 séances), puis l’anthropologie (8), la linguistique (2) et enfin la science politique (1). Le thème dominant a été celui du religieux (12 sur 24 séances) et des constructions identitaires dans le temps long. L’ensemble des pays de l’Asie du Sud-Est a été couvert par les intervenants, à l’exception de la Thaïlande, du Vietnam et du Laos. Cinq invités étrangers sont intervenus : Lioubov Goriaeva (Institut d’Études Orientales, Académie des Sciences de Russie, Moscou, invitée par l’EHESS), Luiz Filipe Thomaz (Institut des Études Orientales de l’Université catholique portugaise, Lisbonne), Noorhaidi Hasan (invité sur la chaire sécable de IISMM-EHESS, Université islamique de Yogyakarta, Muhammad Ali (Université de Californie Riverside, invité sur la chaire sécable de l’USMM-EHESS), le professeur Joel Robbins (directeur du département d’Anthropologie de l’Université de Californie, directeur d’études invité à l’ΕΡΗΕ).

4De l’avis général, ce séminaire a été un succès, continuant de rassembler les chercheurs des deux groupes de recherche fusionnés en 2005, les équipes Lasema et Archipel. Il a contribué à créer des liens entre anthropologues et historiens de l’Insulinde et de la ASE continentale, qui ont été fructueux puisque deux nouveaux groupes de travail sur le religieux ont été mis en place (Michel Picard et Anne Guillou).

5Liste des interventions : jeudi 12 novembre : séance Inaugurale, présentée par Andrée Feillard (CNRS-CASE) « Les intellectuels musulmans indonésiens après une décennie de démocratie : du néo-modernisme à l’émergence du post-traditionalisme » ; 19 novembre : Anne Yvonne Guillou (CNRS, CASE) « Le traitement des charniers khmers rouges dans la province de Pursat (Cambodge). Ce qu’il nous apprend sur l’univers religieux khmer » ; 26 novembre : Lioubov Goriaeva (Institut d’Études Orientales, Académie des Sciences de Russie, Moscou « Les concepts du temps et de l’espace dans la Hikayat Pandawa Jaya » ; 3 décembre : Luiz Filipe Thomaz (Institut des Études Orientales de l’Université catholique portugaise, Lisbonne) « La cartographie de Dieppe et la connaissance de l’Asie du Sud-Est en Europe au XVIe siècle » ; 10 décembre : Claude Guillot (CNRS-EHESS) « Réflexion sur l’origine et l’évolution des États côtiers du Monde malais » ; 17 décembre : Lioubov Goriaeva (Institut d’Études Orientales, Académie des Sciences de Russie, Moscou) « Un genre littéraire d’inspiration arabo-persane dans la tradition malaise : La Couronne des Princes de Bukhari Al-Jawhari (1603) » ; 7 janvier 2010 : Daniel Perret (École française d’Extrême-Orient) « Présentation de l’ouvrage (parution : décembre 2009) : « Histoire de Barus III. Regards sur une place marchande de l’océan Indien (XIIe-milieu du XVIIe siècle) » ; 14 janvier : Claudine Salmon (CNRS-CASE) « Réflexions sur quelques mémoires sino-indonésiens écrits à l’étranger » ; 21 janvier : Pierre-Yves Manguin (EFEO-CASE) « Les villes côtières anciennes de l’Asie du Sud-Est : entre mythe et réalité » ; 28 janvier Glenn Smith (CASE-Lasema) « La société rurale madouraise à travers ses maisonnées : une démarche anthropologique » ; 4 février : Dana Rappoport (CNRS-CASE-Lasema) « L’énigme des duos alternés : la musique comme indice du peuplement (Lamalohot, Est Indonésien) » ; 11 février : Paul Wormser (doctorant CASE-Archipel) « Religion et société à Aceh au XVIIe siècle » ; 17 février : Noorhaidi Hasan (invité sur la chaire sécable de IISMM-EHESS) « Saudi Expansion, Salafi Campaign and Arabised Islam in Contemporary Indonesia » ; 11 mars : Hélène Bouvier (CNRS-CASE-Lasema) « Le travail des émotions dans le théâtre populaire madourais (Indonésie) » ; 18 mars : Bénédicte Brac de la Perrière (CNRS-CASE-Lasema) « Le regard en retour du magicien sur l’ethnographe » ; 25 mars : Bernard Sellato (CNRS, CASE) « Chapeau, dragon et rituel sur le haut Mahakam, Bornéo » ; 1er avril : Muhammad Ali (University of California Riverside, invité sur la chaire sécable de l’IISMM-EHESS) « Colonialism and islamic conservatism in Indonesia and Malaysia » ; 8 avril : Elisabeth Luquin (INaLCO, CASE) « La notion de maison chez les Mangyan Patag : continuité relationnelle » ; 15 avril : François Raillon (CNRS-CASE-Archipel) « L’autoritarisme sud-est asiatique face à l’énigme indonésienne : vers un découplage démocratique ? » ; 6 mai : Robert Aarse (ancien diplomate) « Eddy du Perron (1899-1940) Écrivain néerlandais créole ou européen ? » ; 20 mai : Étienne Naveau (CASE, INaLCO) « Un exemple d’Église unitarienne dans l’Indonésie contemporaine » ; 27 mai : professeur Joel Robbins (directeur du Département d’anthropologie de l’Université de Californie, directeur d’études invité à l’EPHE) « Keeping God’s distance : Sacrifice, possession and the problem of religious mediation » ; 3 juin (clôture) : Jean-Louis Margolin (IRSEA, Université Aix-Marseille) « Spécificités de l’occupation japonaise en Asie du Sud-Est ».

Natacha Collomb
Jean-Marc de Grave, maître de conférences à l’Université Aix-Marseille-I/Provence
Dana Rappoport, Stéphane Rennesson, chargés de recherche au CNRS
Nicole Revel, directrice de recherche émérite au CNRS

Approches anthropologiques de l’Asie du Sud-Est

Session I – Anthropologie de l’enfance. Séances coordonnées par Natacha Collomb

6Cette année, le cours a proposé d’articuler, avec la participation d’intervenants extérieurs, diverses approches théoriques, méthodologiques, disciplinaires, de l’enfance à des cas ethnographiques concrets puisés majoritairement en Asie du Sud-Est mais aussi, par volonté d’approfondir et de généraliser les réflexions sur l’enfance, dans d’autres régions du monde. L’accent a été mis sur les études considérant l’enfant sujet détenteur d’un savoir sur le monde et capable d’en rendre compte, donc interlocuteur légitime de l’ethnographe comme il l’est depuis longtemps du psychologue.

710 novembre 2009 : Natacha Collomb (Irsea) : « Vers une anthropologie avec les enfants : les Childhood Studies » ; 17 novembre : Natacha Collomb (Irsea) : « Les savoirs enfantins de la parenté dans un village t’ai dam du Nord-Laos » ; 24 novembre : Séance en collaboration avec Aniko Sebesteny (doctorante Université Paris-X/Paris Ouest Nanterre La Défense, sous la direction de M. Houseman et G. Vargyas) : « Les méthodes expérimentales en anthropologie cognitive : la question des croyances I, présentation du projet de réduplication de l’expérience Astuti/Harris sur l’agentivité attribuée aux morts (Madagascar) dans le contexte balinais » ; 1er décembre : Natacha Collomb (Irsea) : « Les méthodes expérimentales en anthropologie cognitive : la question des croyances II, présentation de l’article de Margaret Mead sur les croyances des enfants en référence à l’animisme chez les Manus (Papouasie-Nouvelle-Guinée) » ; 7 décembre : Marie-Ève Gachelin (médecin psychiatre à la retraite, membre de l’association internationale d’ethnopsychanalyse, doctorante à l’Université Paris-XIII/Nord, sous la direction de Marie-Rose Moro) : « La place de la culture dans la structuration de la vie psychique du tout petit au Vietnam » ; 14 décembre : Steven Prigent (doctorant EHESS, sous la direction d’Yves Goudineau) : « Les enfants de Cheung Kok. Quand ethnographier le monde enfantin c’est déjà chercher à le définir ».

Session II – Arts de la performance Littératures de la voix Pratiques musicales Composition Mémorisation Transmission. Séances coordonnées par Nicole Revel et Dana Rappoport

8En Asie du Sud-Est, à partir de données ethnographiques, linguistiques, musicales, kinésiques et plastiques, nous avons mis en oeuvre une méthode unissant l’analyse de la communication verbale et co-verbale, la poétique, la rhétorique, l’ethnologie et l’ethnomusicologie.

9En abordant diverses formes d’interaction et d’interlocution, nous avons pu rendre compte de techniques et de pratiques liées à la composition, la transmission et la mémorisation.

10Diverses performances narratives, rituelles ou théâtrales : récits mythiques récitations de généalogies, chant d’épopées et théâtralisation de ces grands récits, chants chamaniques, chants alternés, cantillations et psalmodies ont été étudiés. Par l’analyse d’actions et d’expériences multisensorielles et multi-modales, par une ethnographie de la parole, le recours à l’ethno-pragmatique et à l’analyse ethnomusicologique, nous avons tenté de faire apparaître l’acquisition et la maîtrise des savoir-faire liées aux arts de la performance, ainsi que divers procédés mnémoniques, les codes qui sous-tendent les compositions musicales, poétiques, rituelles et théâtrales. La réflexion du séminaire a également porté sur différentes esthétiques qui émanent de ces compositions.

11En outre, les supports de la mémoire auxquels ont recours les sociétés traditionnelles ont été associés aux techniques contemporaines du multimédia. Plusieurs présentations de travaux récents expérimentaux et novateurs ont eu lieu.

12Ce séminaire a été accompagné d’un enseignement qui, selon les intervenants, fut donné par N. Revel et/ou D. Rappoport.

132 février 2010 : Marie Lecomte et Franck Bernède (Milieux, Sociétés et Culture en Himalaya) : « L’art des bardes de l’Himalaya central : aspects anthropologiques, poétiques et musicologiques » ; 9 février : Hélène Bouvier (Centre Asie du Sud-Est) : « L’expression du pathétique dans le théâtre populaire madourais (Indonésie) » ; 16 février : Nicole Revel (Langues-Musiques-Sociétés) : « Les Arts de la Parole des Montagnards Palawan : présentation et réflexion méthodologique sur la construction d’une archive multimédia (Philippines) » ; 9 mars : Stéphanie Khoury (Centre de Recherche en Ethnomusicologie) : « Codification et interactivité dans les mises en scène théâtrales de la littérature classique khmère (Cambodge) » ; 16 mars : Michael Tenzer (University of British Columbia) : « Approche typologique de l’organisation du temps musical : une introduction comparative et théorique » ; 23 mars : Marc Perlman (Brown University, Providence) : « Concepts of musical performance in Bali and Western Art Music » ; 30 mars : Dana Rappoport (Centre Asie du Sud-Est) ; « Chants de la terre aux trois sangs (Indonésie) : une anthologie poétique et musicale, multimédia et multilingue, sur un corpus toraja (île de Sulawesi) » ; 6 avril : Gérard Toffin (Milieux, Sociétés et Culture en Himalaya) : « Acte rituel et jeu théâtral : le théâtre sacré newar (Népal) » ; 13 avril : Elsa Clave (Centre Asie du Sud-Est) : « Entre sources orales et écrites : essai de reconstruction des réseaux de l’Islamisation autour des Mers de Sulu et Célèbes entre le XIVe et le XVIe siècle » ; 3 mai : Mark Turin (Museum of Archaeology and Anthropology, University of Cambridge) : « The world oral literature project : Collecting, protecting and connecting the voices of vanishing worlds ».

Session III – Apprentissage, techniques du corps et sociétés. Séances coordonnées par Stéphane Rennesson

14Dans la continuité d’un travail mené depuis plusieurs années par Jean-Marc de Graves et Natacha Collomb, le troisième volet du séminaire avait pour objectif de poursuivre la réflexion sur les processus d’apprentissage en Asie du Sud-est. Nous avons tenté d’éprouver la valeur heuristique de notions telles que transmission, éducation, socialisation, familiarisation, imitation, savoir, etc. Pour ce faire, nous nous sommes tout d’abord adossés à des ethnographies fines menées en Asie du Sud-est. Ensuite, nous avons essayé de tirer profit des différents paradigmes déjà développés autour de cette problématique qui invite à dépasser les oppositions classiques telles que corps (matière/esprit, nature/culture, inné/acquis, objet/sujet). Les données exposées, analysées et discutées ont révélé une nette orientation régionale pour les systèmes d’apprentissage informels. Les savoir-agir et autres savoir-être invitent au bout du compte à l’emploi de notre part de méthodes privilégiant des perspectives empiriques et pragmatiques. Les objets abordés tout au long de ses 8 séances se laissent finalement mieux appréhender en termes de processus et d’action que de structure. Plus largement, nous avons mesuré jusqu’à quel degré on ne peut pas se contenter de se placer du seul point de vue de ses contenus et des formateurs lorsque l’on entend rendre compte des phénomènes d’apprentissage. Il convient finalement de considérer ces phénomènes comme des dispositifs d’échanges réciproques entre un apprenant et son environnement. Il semble finalement que nous avons tout avantage à considérer ce dernier comme comprenant, non seulement des humains potentiellement transmetteurs de savoirs, mais également un ensemble d’objets sur lesquels les apprenants comme les formateurs peuvent prendre appui comme autant de supports cognitifs et actantiels.

1511 mai 2010 : Jean-Marc de Grave (Université Aix-Marseille I) ; « Pratiques corporelles, apprentissage et éducation – Le cas des arts martiaux et de la danse en Indonésie » ; 18 mai : Annabel Vallard (INaLCO ; Université de Rouen) ; « Savoir-faire et savoir-être dans les pratiques textiles. Comment le tissage vient aux femmes à Vientiane (R.D.P. Lao) » ; 25 mai : Annabel Vallard (Inalco ; Université de Rouen) : « Le corps comme source et objet de savoir : l’enseignement du massage au Wat Pho (Bangkok, Thaïlande) » ; 1er juin : Élisabeth Luquin (INaLCO) : « Comment transmettre une technique rituelle ? Le cas de la relation aux ancêtres dâniw chez les Mangyan Patag (Mindoro, Philippines) » ; 8 juin et 15 juin : Stéphane Rennesson (Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du contemporain) : « Transmission et personne en question : le corps à corps comme plus petite unité d’observation du muay thai (Thaïlande) » ; 22 et 29 juin : Stéphane Rennesson (IIAC) : « Dressage ou habituation : les ambiguïtés de la relation de contrôle dans les combats de scarabées (Chiang Mai, Thaïlande) ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrée Feillard, Natacha Collomb, Jean-Marc de Grave, Dana Rappoport, Stéphane Rennesson et Nicole Revel, « Centre Asie du Sud-Est – CASE », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 597-602.

Référence électronique

Andrée Feillard, Natacha Collomb, Jean-Marc de Grave, Dana Rappoport, Stéphane Rennesson et Nicole Revel, « Centre Asie du Sud-Est – CASE », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20871

Haut de page

Auteurs

Andrée Feillard

Articles du même auteur

Natacha Collomb

Articles du même auteur

Jean-Marc de Grave

Dana Rappoport

Articles du même auteur

Stéphane Rennesson

Articles du même auteur

Nicole Revel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals