Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne – CRIA

Jean-Louis Georget, Christophe Duhamelle, Michael Werner, Wolfgang Kaiser, Pierre Monnet, Falk Bretschneider, Alexandre Escudier, Gudrun Gersmann, Christine Lebeau, Marie-Louise Pelus-Kaplan, Patrice Veit, Bénédicte Zimmermann, Judet de La Combe, Michael Werner, Karine Le Bail, Falk Bretschneider, Nathalie Raoux et Monika Salzbrunn
p. 652-656

Texte intégral

Jean-Louis Georget, maître de conférences à l’Université Paris-XIII/Nord

L’ethnologie allemande de la Seconde Guerre mondiale à l’École de Tübingen

1Le travail a porté cette année sur l’étrange oubli de contextualisation de l’émergence de la discipline des sciences de la culture qu’est la Volkskunde, produit d’un long refoulement depuis la fin du XIXe siècle. Bernhard Tschofen, directeur de l’institut Ludwig Uhland de Tübingen, est venu parler, dans le cadre d’une invitation faite par le Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne, du moment autrichien de la Volkskunde au tournant du siècle, notamment à travers l’histoire de la famille Haberlandt, qui se détourne de l’ethnologie pour adhérer corps et âme à la discipline émergente. En quoi ce moment est-il symptomatique ? Existe-t-il une continuité ou une rupture entre l’ethnologie telle qu’elle est produite et pratiquée à Vienne et celle, triomphante sur la victoire de l’Empire allemand, conçue à Berlin ? À travers la question ethnologique se redessine une charnière de l’histoire territoriale de l’espace germanophone qui fait encore l’objet d’interrogations profondes.

2Le séminaire s’est donc efforcé, en s’appuyant sur des nouvelles recherches à partir de travaux archivistiques et de la littérature secondaire pour une période qui semble désormais attirer les historiens, de remettre en valeur les différentes biographies des acteurs principaux de l’époque. Outre Wilhelm Heinrich Riehl, figure centrale, mais récemment adoubée, de l’ethnologie allemande, dont les réflexions sur la situation alsacienne sont encore très méconnues, le séminaire s’est attaché à mettre en lumière le personnage de Karl Weinhold dans sa double fonction de coordinateur de la discipline nouvelle et de penseur des marges, impliqué épistolairement dans le conflit qui opposait la Prusse et le Danemark pour la succession des duchés de Schleswig et de Holstein ou encore Wilhelm Mannhardt, dont les talents d’organisateur d’enquêtes à grande échelle sur l’ensemble du territoire allemand sont encore trop peu mis en lumière. Dans cette liste ne sont pas oubliés les universitaires autrichiens et la formation des écoles dites d’Innsbruck, de Linz et de Vienne.

3Derrière ce paysage pour le moins compliqué se sont également dessinées des différenciations disciplinaires visibles, comme l’ont bien montré dans leurs récents ouvrages Karl Pusman et Friedrich Koger sur les débuts de l’ethnologie dans la capitale autrichienne. Peu accessibles à la plupart des étudiants non germanophones, les ouvrages ont fait l’objet d’une étude poussée qui a permis d’en souligner les traits les plus saillants et les théories les plus novatrices, notamment en ce qui concerne le berceau commun des sciences de la culture et leur lutte intestine pour s’imposer au plan scientifique et surpasser les autres.

Christophe Duhamelle, Michael Werner, Wolfgang Kaiser, Pierre Monnet, directeurs d’études
Falk Bretschneider, maître de conférences
Alexandre Escudier, chargé de recherche à la FNSP
Gudrun Gersmann, directrice de l’Institut historique allemand, Paris
Christine Lebeau, professeure à l’Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne
Marie-Louise Pelus-Kaplan, professeure à l’Université Paris-VII/Diderot
Patrice Veit, directeur de recherche au CNRS

Les mots de l’histoire : historiens allemands et français face à leurs concepts et à leurs outils

4Ce séminaire, organisé en partenariat avec l’Institut historique allemand de Paris et soutenu depuis 2008 par l’Université franco-allemande, s’inscrit dans la continuité et le renouvellement d’une initiative que le CRIA a développé, dès 2004, avec plusieurs partenaires. Visant à fédérer la recherche franco-allemande à Paris le séminaire rassemble, autour d’une réflexion d’ordre essentiellement historiographique et méthodologique, chercheurs, doctorants et étudiants de master travaillant sur l’espace germanique (mais pas seulement) ou utilisant une bibliographie en allemand en sciences humaines et sociales, et spécialement en histoire. Il s’appuie sur un maillage de coopérations entre différentes institutions d’enseignement et de recherche, tant en ce qui concerne l’équipe d’enseignants-chercheurs qui animent le séminaire que des doctorants et étudiants qui y participent.

5Suivant une proposition faite par Marc-Bloch en 1928, le séminaire confronte de façon réflexive des concepts clés des sciences sociales et humaines françaises et allemandes depuis la fin du XIXe siècle et porte l’attention sur leurs transferts, (ré)appropriations, importations et exportations. Placé sous les paradigmes de l’histoire croisée et de l’interculturalité scientifique et historiographique, il entend concentrer le regard sur les temporalités, les délimitations disciplinaires et l’émergence d’objets de pensée cruciaux dans le champ des sciences humaines et sociales de part et d’autre du Rhin.

6Le principe de chaque séance consiste à faire dialoguer un historien français et un historien allemand autour d’une notion, d’un concept, d’un courant historiographique qu’il s’agit d’examiner dans une approche croisée à partir des traditions et des définitions nationales et/ou disciplinaires propres. La présentation par chaque orateur invité est suivie d’un bref commentaire réalisé par un des organisateurs/trices du séminaire et chargé de rassembler et de comparer les tendances et les perspectives présentées, préalable à une discussion générale au sein du séminaire.

7Ont été traité en cours d’année : Kameralismus, Kameralwissenschaften, caméralisme, sciences camérales ; Landschaft, paysage ; deux intraduisibles révélateurs : Staatskirchenrecht, Laïcité ; Diskurs, discours ; Region, région ; Vorstellung, Représentations. Sont intervenus en cours d’année : Justus Nipperdey (Munich/Gotha), Pascale Laborier (Centre Marc-Bloch, Berlin), Norbert Fischer (Hambourg), Aziz Ballouche (Angers), Axel Gotthard (Erlangen), Rita Hermon-Belot (EHESS), Jürgen Martschukat (Erfurt), Peter Schöttler (CNRS-IHTP), Jakob Vogel (Cologne), Marie-Vic Ozouf Marignier (EHESS), Roger Chartier (Collège de France/EHESS), Hartmut Kaelble (Berlin).

Bénédicte Zimmermann, directrice d’études Pierre
Judet de La Combe, Michael Werner, directeurs d’études
Karine Le Bail, chargée de recherche au CNRS
Falk Bretschneider, maître de conférences
Nathalie Raoux, ingénieur d’études
Patrice Veit, directeur de recherche au CNRS

Les terrains de l’histoire croisée

8Le Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne (CRIA), par le large éventail des disciplines qui lui sont associées (histoire, sociologie, anthropologie, études littéraires, philologie, musicologie, histoire de l’art) ainsi que par la variété et l’étendue des terrains d’enquête de ses membres, qui débordent chaque année davantage l’aire germanophone, a engagé cette année un séminaire collectif de réflexion et d’échanges sur le caractère situé des savoirs ainsi que sur une dynamique de recherche tendant à problématiser l’échelle européenne. Plusieurs séances ont été consacrés aux projets collectifs du CRIA, tel le projet Antiquités multiples et modernités multiples dans l’Europe du XIXe siècle qu’ont présenté Pierre Judet de la Combe et Michael Werner. Le projet Buchpraxis, programme franco-allemand portant sur les usages religieux du livre à l’époque moderne, dans une comparaison transculturelle et interconfessionnelle entre la France et le Saint-Empire, a été exposé par Marie-Elizabeth Ducreux (CRH-EHESS), Juliette Guilbaud et Patrice Veit. Enfin, Morgane Labbé, Judith Syga (doctorante au CRIA) et Michael Werner ont présenté le projet de recherche franco-allemand sur les fondations philanthropiques américaines (Rockefeller et Carnegie) et leur Intervention dans la coordination des sciences sociales en Europe pendant l’entre-deux-guerres. Cette année a également été consacrée à la présentation des chantiers de recherche des membres du Centre mettant en œuvre l’outillage méthodologique de l’histoire croisée : Bénédicte Zimmermann, intervenue sur le thème de « Travail et capacités », a ainsi montré l’apport de l’histoire croisée dans une sociologie des capacités qui combine l’analyse de pratiques d’entreprises et de récits biographiques. De même, l’historien Christophe Duhamelle (CRH-EHESS) est intervenu sur les obstacles au transfert du concept de confession-nalisation. Enfin, Falk Bretschneider, Jean-Louis Georget et Nabila Oulebsir (Université de Poitiers-CRIA) ont exposé, à partir de la notion de « frontières », leurs terrains d’enquête spécifiques et les outils propres à leur discipline.

Monika Salzbrunn, chargée de recherche à la CE

Pratiques culturelles urbaines et événements festifs dans l’espace social transnational : migration et altérité

9Nous avons poursuivi au cours de ce séminaire l’étude de la pratique culturelle des migrants dans un contexte de construction de l’altérité et de communautarisation (« Vergemeinschaftungsprozesse »). La constitution d’espaces sociaux transnationaux est entre autre observable à partir de différents théâtres de négociations identitaires (rites, fêtes, manifestations politiques). Nous avons étudié l’enracinement local des réseaux migratoires et l’émergence de nouvelles pratiques sociales et spatiales à travers l’événement. Les séances de ce séminaire ont été centrées autour de la présentation d’études ethnographiques ayant pour objet un événement festif ou un rituel. Nous avons analysé des corpus de textes, les procédures politiques et institutionnelles et les stratégies d’occupation de l’espace public déployées par les migrants eux-mêmes. Les approches théoriques développées dans la sociologie et l’anthropologie germanophone et anglophone dans le domaine des études transnationales et dans les « cultural studies » ont été traitées, de même que les nouveaux concepts méthodologiques fondés autour de l’événement. Anita Anantharam, professeure à la Florida State University et invitée au CRIA dans le cadre de son séjour au Paris Research Centre, est intervenue sur « Home and the World : Indian women and encounters with transnational Feminism ? ». Ensuite, plusieurs séances ont été organisées en cooperation avec Gayle Zachmann, directrice de l’Université de Floride Paris Research Center, sur les représentations de la migration dans les espaces publics et privés. Ces séances se sont inscrites dans le cadre du projet européen GEMMA, Genre et Migration, dirigée par Monika Salzbrunn (www.gemmaproject.eu ; http://gemmafrance-cria.ehess.fr/​). Après les remarques introductives de Gayle Zachmann, Monika Salzbrunn est intervenue sur le contexte du projet GEMMA : Le genre et la migration dans la recherche et la prise de décision politique en Europe. Anita Anantharam a présenté ses recherches sur « Private and communal kitchens as spaces for rethinking gender, identity, and citizenship », Meredith Kite sur « Gender, community, and social justice in civic agriculture ». Par la suite, Monika Salzbrunn est intervenue sur « Les lieux de convivialité comme espace politique » ; Salima Amari sur « Le cyberespace comme espace alternatif pour les lesbiennes maghrébines et descendantes de parents maghrébins » puis Stefanie Lämmermann sur « Le (micro-)entreprenariat des femmes migrantes – un espace d’action autonome ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Georget, Christophe Duhamelle, Michael Werner, Wolfgang Kaiser, Pierre Monnet, Falk Bretschneider, Alexandre Escudier, Gudrun Gersmann, Christine Lebeau, Marie-Louise Pelus-Kaplan, Patrice Veit, Bénédicte Zimmermann, Judet de La Combe, Michael Werner, Karine Le Bail, Falk Bretschneider, Nathalie Raoux et Monika Salzbrunn, « Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne – CRIA », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 652-656.

Référence électronique

Jean-Louis Georget, Christophe Duhamelle, Michael Werner, Wolfgang Kaiser, Pierre Monnet, Falk Bretschneider, Alexandre Escudier, Gudrun Gersmann, Christine Lebeau, Marie-Louise Pelus-Kaplan, Patrice Veit, Bénédicte Zimmermann, Judet de La Combe, Michael Werner, Karine Le Bail, Falk Bretschneider, Nathalie Raoux et Monika Salzbrunn, « Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne – CRIA », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20926

Haut de page

Auteurs

Jean-Louis Georget

Articles du même auteur

Christophe Duhamelle

Articles du même auteur

Michael Werner

Articles du même auteur

Michael Werner

Articles du même auteur

Wolfgang Kaiser

Articles du même auteur

Pierre Monnet

Articles du même auteur

Falk Bretschneider

Articles du même auteur

Falk Bretschneider

Articles du même auteur

Alexandre Escudier

Articles du même auteur

Gudrun Gersmann

Articles du même auteur

Christine Lebeau

Articles du même auteur

Marie-Louise Pelus-Kaplan

Articles du même auteur

Patrice Veit

Articles du même auteur

Bénédicte Zimmermann

Articles du même auteur

Judet de La Combe

Michael Werner

Articles du même auteur

Michael Werner

Articles du même auteur

Karine Le Bail

Articles du même auteur

Falk Bretschneider

Articles du même auteur

Falk Bretschneider

Articles du même auteur

Nathalie Raoux

Articles du même auteur

Monika Salzbrunn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals