Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

CRLAO – Centre de recherches linguistiques sur l’Asie orientale

Chrystelle Maréchal
p. 656-657

Texte intégral

Chrystelle Maréchal, chargée de recherche au CNRS

Écriture archaïque chinoise

1Ce séminaire a proposé une introduction aux problèmes de l’origine et de la nature de l’écriture chinoise, ainsi qu’une familiarisation avec des documents de première main et un certain nombre d’ouvrages et d’auteurs de référence dans ce domaine.

2Il a débuté, lors des deux premières séances, par la présentation des plus anciennes données graphiques attestées à ce jour en Chine : des signes isolés, datés autour de 6 500 avant J.-C, gravés sur neuf supports de plastrons de tortue et d’os découverts sur le site archéologique de Jiahu à Wuyang dans la province du Henan, dont le lien avec les plus anciens caractères chinois apparus dans la même province quelque 5 300 ans plus tard demeure cependant énigmatique.

3Lors de la troisième séance, nous nous sommes principalement arrêtés sur la terminologie chinoise en matière d’écriture, en précisant l’emploi chinois des termes « pictogramme » et « idéogramme », le premier correspondant ici à une représentation schématisée, comme celle des caractères pour « soleil » et « lune » (prononcés en mandarin ri et yue), et le second à l’association de deux graphies indépendantes, comme celle de « soleil » et de « lune » pour signifier « clarté » (prononcé en mandarin ming).

4La quatrième séance a été consacrée à quelques pionniers de l’épigraphie chinoise, et en particulier au parcours du premier d’entre eux, Wang Yirong (1845-1900) qui, en 1899, sut reconnaître dans des signes gravés sur des os de bovidés et des plastrons de tortue les premiers témoignages de l’écriture chinoise et les dater de la dynastie Shang, autour du XIIIe siècle avant J.-C.

5De la cinquième à la huitième séance, nous avons examiné de façon plus approfondie le développement de graphies chinoises appartenant au champ sémantique de la femme (« femme », « mère », « épouse », « concubine », « accoucher » ou encore « esclave »). Ce faisant, nous avons pu mesurer la relative stabilité de l’écriture chinoise et aussi prendre conscience des difficultés rencontrées par les pionniers de l’épigraphie lors de l’identification de certaines formes anciennes.

6La période des Royaumes combattants (Ve-III siècle avant J.-C), caractérisée par un grand foisonnement de variantes graphiques et d’emprunts phonétiques, a été abordée lors des trois séances suivantes sous l’angle de l’épigraphie monétaire ainsi qu’au travers de données paléographiques sur fiches de bambou.

7La douzième et dernière séance a conclu sur les problèmes particuliers à l’étymologie graphique des caractères chinois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chrystelle Maréchal, « CRLAO – Centre de recherches linguistiques sur l’Asie orientale », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 656-657.

Référence électronique

Chrystelle Maréchal, « CRLAO – Centre de recherches linguistiques sur l’Asie orientale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20930

Haut de page

Auteur

Chrystelle Maréchal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals