Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

IMM – Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS)

Baudouin Dupret, Jean-Noël Ferrié, Albert Ogien, Johann Michel, Gérôme Truc, Jean-Marie Charon et Michel Barthélémy
p. 684-686

Texte intégral

Baudouin Dupret, Jean-Noël Ferrié, Albert Ogien,
directeurs de recherche au CNRS
Michel Barthélémy, chargé de recherche au CNRS

Ethnométhodologie : descriptibilité et ordre social

1Les premières séances ont été l’occasion de brosser le cadre théorique et empirique au sein duquel l’ethnométhodologie de Garfinkel s’est développée. Nous avons abordé les thématiques de l’ordre social, de l’action conduite en relation à une règle, des Institutions, etc. et avons montré en quoi la démarche de « respécification » de l’ethnométhodologie apportait des perspectives et procédures d’analyse nouvelles de ces thématiques sociologiques classiques. Trois blocs d’enquête ont constitué le cadre de ce séminaire.

2Les séances consacrées à la praxéologie du politique se sont concentrées sur l’étude des débats parlementaires, à partir d’un matériel consistant dans la retranscription verbatim de séances du parlement égyptien, syrien et afghan. En nous démarquant des approches abstraites, qui considèrent les débats comme une délibération orientée vers le choix de la meilleure solution, ou des approches cyniques, qui considèrent que rien ne se passe dans les débats, nous avons montré que ceux-ci étaient partie prenante de la production continue d’un ordre politique ; et que cet ordre ne pouvait pas être considéré indépendamment de l’ensemble des échanges langagiers des parlementaires, de leurs engagements et de leurs alignements sur des lignes argumentatives. Nous nous sommes notamment intéressés à la production de l’ordre parlementaire par le Règlement intérieur, au rôle crucial du président de séance, à l’utilisation de pertinences, c’est-à-dire de références considérées comme allant de soi et donc non soumises à discussion. Trois mécanismes ont été particulièrement présentés, celui de « l’action instruite », celui des « réseaux dialogiques » et celui de la « solidarité institutionnelle ». L’action Instruite permet d’analyser le rapport au Règlement intérieur comme aux pertinences. Les réseaux dialogiques permettent de comprendre en quelle manière les débats parlementaires sont contextualisés par des débats externes au Parlement. La solidarité institutionnelle (et d’autres formes de solidarité comme la « solidarité négative ») permet de comprendre les alignements argumentatifs indépendamment de l’adhésion à un raisonnement précis.

3Trois séances ont été consacrées aux méthodes spécifiques d’enquête de terrain développées par l’ethnométhodologie. Elles ont permis de présenter deux textes fondamentaux : l’analyse du « cas Agnès » par H. Garfinkel, et le travail de L. Wieder dans une institution de semi-liberté décrit dans « Language and Social Reality ».

4Enfin, trois séances ont été dévolues à la présentation de travaux ethno-méthodologiques portant sur les situations de comptes rendus perceptuels divergents des mêmes événements. Des auteurs comme E.C. Cuff, Dorothy Smith, Peter Eglin, Melvin Pollner, Alfred Schütz, notamment, ont été convoqués pour examiner les modes de raisonnement ordinaire, ainsi que les présupposés de l’attitude naturelle, qui conditionnent la production de tels énoncés disjonctifs, ainsi que les méthodes ordinaires mises en œuvre par les membres, pour tenter de dépasser ces divergences de vue.

Johann Michel, professeur à l’Université de Poitiers/IEP de Paris
Gerôme Truc, doctorant

Les épreuves de la mémoire collective

5Nous avons de nouveau exploré les différentes épreuves qui façonnent les mémoires collectives, ainsi que les facettes de la production de mémoires publiques officielles. Le séminaire s’est voulu interdisciplinaire, à la croisée de la sociologie, de la science politique et de l’histoire. Son organisation alterne présentation des recherches en cours des responsables du séminaire et présentation des travaux de chercheurs extérieurs, jeunes doctorants ou chercheurs déjà confirmés. Les cas empiriques traités, fort variés, ne se focalisent pas sur le seul cas français, mais concernent également des expériences étrangères, surtout européennes pour l’année 2009-2010.

6S’agissant du cas français, le séminaire a permis d’analyser les transformations des « régimes mémoriels » à l’époque contemporaine, notamment le basculement d’un régime mémoriel dans lequel prédomine l’unité nationale à un régime « victimo-mémoriel » dans lequel la victime prime sur la reconnaissance des héros de la nation (Johann Michel). Sont intervenus également sur ce thème l’historien Serge Barcellini à propos de la gestation des politiques de reconnaissance des mutins de 1917 sous l’ère Jospin, l’historien Sébastien Ledoux au sujet de la généalogie du devoir de mémoire en France, le sociologue Yoann Lopez s’agissant de la construction des collectifs anti-esclavagistes, et enfin l’architecte Anne Biraben qui nous a fait un exposé sur les rapports entre mémoire et cimetières militaires dans une perspective comparée. La sociologue Sarah Gensburger a présenté sa thèse sur les politiques des « Justes » et le politiste Mathias Delori est revenu sur ses travaux de politiques de la mémoire concernant la genèse de l’office franco-allemand pour la jeunesse.

7S’agissant des expériences européennes, la sociologue Alexandra Oeser est intervenue pour nous parler des transformations des politiques de mémoire et d’éducation (relativement au nazisme et à la Shoah) dans l’Allemagne contemporaine. Deux séances ont aussi été consacrées à l’Espagne : l’historienne Mercedes Yusta est revenue sur le mouvement social dit de « récupération de la mémoire historique » porté par les descendants des victimes du franquisme et de la guerre civile, et Gérôme Truc a présenté un état des lieux des tensions qui entourent les commémorations et la mémoire des attentats du 11 mars 2004 à Madrid. Ce dernier exposé, en particulier, a été l’occasion d’un approfondissement de la démarche inaugurée par Maurice Halbwachs à propos de la mémoire des premiers chrétiens dans La Topographie légendaire des évangiles en Terre sainte.

8À travers l’étude de ces différents cas empiriques, il s’agit en effet de donner en même temps aux étudiants des outils conceptuels et des modèles d’analyse qu’ils pourront mobiliser pour leurs propres recherches. C’est ainsi qu’au fil des séances, il a été notamment question de mobiliser les outils traditionnels de l’histoire savante, des outils épistémologiques à partir des travaux de Paul Ricoeur (J. Michel), des outils sociologiques sur la base des travaux de Maurice Halbwachs (G. Truc, S. Gensburger, M. Jaisson), et des modèles issus de l’analyse des politiques publiques (S. Gensburger, M. Delori, J. Michel).

Jean-Marie Charon, ingénieur d’études au CNRS

Sociologie de la presse écrite

9Le séminaire sociologie de la presse écrite s’est déroulé sur six séances hebdomadaires. Il a été suivi par une quinzaine d’étudiants de niveau master. Ceux-ci poursuivaient principalement des études de sociologie ou d’histoire, ce qui n’a pas empêché la présence de disciplines très différentes également. Les étudiants de l’EHESS ne sont pas la majorité des inscrits. Parmi les étudiants d’histoire une partie d’entre eux suivent de séminaire dans la perspective de la préparation aux concours d’entrée dans les écoles de journalisme.

10Le programme initialement prévu a été traité soit : Les relations presse-État, le quotidien premier mass média, des quotidiens généralistes aux magazines spécialisés. Les séminaires prenaient la forme de cours délivrés par l’enseignant, avec des moments consacrés aux questions et commentaires des étudiants. Dans l’ensemble la participation des étudiants, sous forme de prises de parole s’est révélée modeste. Ceux-ci se sont vus proposer pour la validation du séminaire la réalisation d’un dossier d’analyse d’un titre de presse de leur choix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baudouin Dupret, Jean-Noël Ferrié, Albert Ogien, Johann Michel, Gérôme Truc, Jean-Marie Charon et Michel Barthélémy, « IMM – Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS) », Annuaire de l’EHESS,  | 2011, 684-686.

Référence électronique

Baudouin Dupret, Jean-Noël Ferrié, Albert Ogien, Johann Michel, Gérôme Truc, Jean-Marie Charon et Michel Barthélémy, « IMM – Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2011, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20963

Haut de page

Auteurs

Baudouin Dupret

Articles du même auteur

Jean-Noël Ferrié

Articles du même auteur

Albert Ogien

Articles du même auteur

Johann Michel

Articles du même auteur

Gérôme Truc

Articles du même auteur

Jean-Marie Charon

Michel Barthélémy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals