Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Archéologie

Cultures, technologies et échanges de la pré- et protohistoire en Méditerranée

François Briois
p. 119-120

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

François Briois, maître de conférences

Genèse et diffusion des sociétés agro-pastorales en Méditerranée

1Depuis les travaux précurseurs de Childe et de Bindford, dans les années 1960, l’idée du processus de Néolithisation s’est considérablement enrichie de points de vue nouveaux. Placés au cœur de l’émergence des premières sociétés agro-pastorales de Méditerranée orientale, les territoires du Levant, de l’Anatolie et de la Mésopotamie offrent la possibilité d’examiner, sur une très longue durée, les modalités du très ancien passage entre les dernières sociétés de chasseurs-cueilleurs, entre -12 000 et -10 000 ans, et les premières sociétés dont les nouveaux modes de subsistance, fondés sur l’agriculture et l’élevage, s’accompagnent d’une mutation mentale et sociale engendrée par la révolution des symboles (Cauvin 1994). Cette thématique, qui s’inscrit dans la prolongation des séminaires antérieurs, a pu être prolongée par de nouvelles séances consacrées aux résultats les plus actuels de la recherche.

2La préhistoire de Chypre, sur laquelle portent nos propres travaux de terrain depuis de nombreuses années dans le cadre d’une équipe pluridisciplinaire dirigée par Jean Guilaine, a été au centre de la réflexion. Elle a également pu être discutée lors d’une table ronde internationale organisée au Muséum de Paris par Margareta Tengberg et Jean-Denis Vigne (UMR 7209) sur les nouvelles données des débuts du Néolithique. Les découvertes les plus récentes effectuées sur ce vaste territoire insulaire de Méditerranée orientale permettent de reconsidérer les modalités de mise en place et de développement de ce premier Néolithique et de le comparer avec les dynamiques proche-orientales dont il est issu et où le foisonnement culturel est particulièrement riche. L’épipaléolithique y reste encore mal connu mais les données actuelles montrent que, dès le XIe millénaire, les premiers peuplements ont joué un rôle dans l’introduction des premiers suidés. Le véritable Néolithique se manifeste dès le début du IXe millénaire par des établissements de plein air déjà bien constitués où les formes d’habitat reconnues, qui sont les plus anciennes de Chypre, sont comparables à celles de la vallée de l’Euphrate. L’équipement matériel montre également un transfert des pratiques techniques proche-orientales qui a pu s’opérer grâce à l’abondance et la grande qualité des matières premières disponibles sur l’île. Ces nouvelles données attestent qu’un territoire périphérique comme Chypre, longtemps considéré comme en marge des grands phénomènes et gagné tardivement par le Néolithique, a participé finalement très précocement au processus d’expansion du «  Pre Pottery Neolithic A » (PPNA) levantin. Les conditions écologiques favorables et les ressources variées de Chypre ont sans doute favorisé ces premières implantations pérennes. Le rapport entre Chypre et le continent est marqué par d’autres étapes qui se succèdent entre les IXe et VIIIe millénaires. C’est à cette période, où le Néolithique est en pleine éclosion, que se diversifient les réseaux d’échanges, que circulent de nouveaux standards technologiques et que sont constitués de véritables cheptels d’animaux introduits depuis le continent. Le rôle de la navigation a joué à ce titre un rôle important. Les périodes des VIIe et VIe millénaires marquent une prise de distance par rapport au continent et c’est à cette étape, qui ne conserve que partiellement l’héritage culturel des périodes antérieures, que s’affirme une véritable identité insulaire.

Publications

  • Avec Jean Guilaine, Jean-Denis Vigne, Shillourokambos : Un établissement néolithique pré-céramique à Chypre, les fouilles du secteur 1, co-édition École française d’Athènes-Errance, 2011, 1248 p.
  • Avec Laurence Astruc, « Chypre au Néolithique précéramique (fin IXe millénaire-millieu VIe millénaire av. J.-C) : approches du territoire », dans Archéologie du territoire, de l’Égée au Sahara, sous la dir. de Georgia Kourtessi-Philippakis et René Treuil, Publications de la Sorbonne, Cahiers Archéologiques de Paris 1, 2011, p. 75-94.
  • Avec Jean Gasco, Céline Bressy, « Le site du chemin de la Mort des Ânes (Villeneuve-lès-Maguelone, Hérault) : nouvelles données », dans 4e millénaire. La transition du Néolithique moyen au Néolithique final dans le Sud-Est de la France et les régions voisines, sous la dir. d’Olivier Lemercier, Robin Furestier, Émilie Blaise, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 2010, n° 27, p. 127-140.
  • Avec Pierre-Arnaud de Labriffe, Hervé Petitot, Patrick Cabrol, « Découverte d’une sépulture en coffre à Narbonne (Aude). Un assemblage funéraire de transition, entre Néolithique moyen et Néolithique final ? », dans 4e millénaire. La transition du Néolithique moyen au Néolithique final dans le Sud-Est de la France et les régions voisines, op. cit., p. 141-148.
  • Avec Béatrix Midant-Reynes, « L’oasis de Kharga dans la Préhistoire : aux origines des cultures prédynastiques », Archéo-Nil, n° 20, 2010, p. 43-50.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Briois, « Cultures, technologies et échanges de la pré- et protohistoire en Méditerranée », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 119-120.

Référence électronique

François Briois, « Cultures, technologies et échanges de la pré- et protohistoire en Méditerranée », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21009

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals