Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Archéologie

Histoire et archéologie médiévales

Jean-Michel Poisson
p. 121-122

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Jean-Michel Poisson, maître de conférences

Histoire et archéologie de l’habitat rural au Moyen Âge

1La poursuite du séminaire sur l’habitat médiéval s’inscrit dans le cadre de l’étude du village, dans sa structure, ses composantes et son évolution, depuis les formes embryonnaires des VIe-VIIe siècles où ne sont présents ni des éléments d’organisation spatiale, ni des pôles structurants - civils ou religieux -jusqu’aux agglomérations rurales du bas Moyen Âge où sont en place la plupart des caractères que nous leur connaissons aujourd’hui. Concernant l’unité d’habitation des populations rurales, la maison, l’archéologie a fourni récemment, à l’occasion de recherches programmées ou d’opérations préventives, une masse importante de données matérielles qui permettent d’appréhender avec une certaine précision, et pour une grande partie du monde occidental et méditerranéen, l’habitat de la société rurale médiévale. C’est au domaine de la construction que l’on s’est d’abord intéressé, en examinant de nombreux exemples tirés de l’examen de dossiers publiés ou en cours d’étude. Il faut désormais renoncer au tableau trop schématique dressé autrefois d’une architecture qui ferait presque exclusivement appel au bois avant le XIIe siècle, et à la pierre ensuite, de même qu’à celui d’une répartition géographique nord-sud de l’usage de ces deux matériaux. Il apparaît que l’on a affaire à des modes de construction beaucoup plus diversifiés qu’on ne l’a longtemps pensé, où pierre et bois sont le plus souvent associés, comme dans le cas des édifices sur solins ou soubassements de pierre supportant des élévations en matériaux légers, et cela dès la fin de l’Antiquité. De même, l’affirmation traditionnelle d’une Europe du Nord construisant en bois et une Europe du Sud en pierre doit être largement corrigée et nuancée à l’examen de situations où coexistent des maisons excavées à superstructures en bois et des bâtiments édifiés en pierre en tout ou partie. Des causes fonctionnelles ou sociales ont été à juste titre préférées aux déterminismes géographiques supposés. Si les sources textuelles sont rares dans ce domaine, les données matérielles, à présent abondantes, permettent une analyse technique souvent très fine des procédés de mise en œuvre des matériaux, tant en ce qui concerne la maçonnerie que la charpenterie, et l’on constate que l’écart technique entre milieux urbain et rural tend à se resserrer. Ces données sur lesquelles on peut à présent tenter une synthèse, nécessitent cependant de réfléchir aux outils méthodologiques dont on dispose pour enregistrer et interpréter les traces archéologiques, souvent très ténues, qui sont la source presque unique d’information.

2La question de l’organisation de l’espace a ensuite été abordée en tentant dans un premier temps de replacer la maison d’habitation dans le contexte de la parcelle foncière ou de l’unité d’exploitation rurale, dont l’étendue et les limites peuvent être perçues grâce à des traces que la fouille en aire ouverte de vastes surfaces permet d’appréhender. L’image d’agglomérations constituées par la juxtaposition de cellules autonomes sur le modèle du manse isolé, pour le premier Moyen Âge, semble ainsi se confirmer. Cependant la fonction des différents bâtiments, à répartir entre l’habitation et les autres structures liées aux activités agricoles et artisanales, reste dans bien des cas une question ouverte, dans la mesure où d’une part, les traces matérielles n’offrent pas, des caractères d’évidence, et où, d’autre part, bien des structures semblent avoir une fonctionnalité plurielle ou variable. Dans un second temps, c’est l’espace intérieur de la maison d’habitation qui a fait l’objet d’examen, en combinant divers types de sources, textuelles, archéologiques et iconographiques, pour tenter une approche anthropologique des différents espaces intérieurs, depuis l’habitation monocellulaire, où les fonctions domestiques sont matérialisées par différentes traces d’utilisation disséminées sur une surface réduite, jusqu’aux édifices vastes et complexes qui remplissent des fonctions variées réparties horizontalement et verticalement dans des espaces séparés. À ces considérations sur la multifonctionnalité de l’espace domestique rural viennent s’ajouter des éléments qui ont trait aux cadres de vie et aux marqueurs sociaux faisant de la maison un élément de l’ostentation de critères sociologiques qui rendent visibles les hiérarchies sociales du monde rural.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Poisson, « Histoire et archéologie médiévales », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 121-122.

Référence électronique

Jean-Michel Poisson, « Histoire et archéologie médiévales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21011

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Poisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals