Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Savoirs religieux et genèse des sciences humaines

Maurice Olender
p. 126-128

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Maurice Olender, maître de conférences

Conception de la « race » au XIXe et au XXe siècle (suite)

1Nous avons cette année poursuivi nos lectures de textes permettant de cerner la formation intellectuelle et scientifique des liens entre « langue, race et nation » dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Lors de nos analyses, la métaphore du « patinage », déjà mise en évidence (voir Annuaire comptes rendus des cours et conférences 2008-2009, p. 145-147), a pu se faire insistante. Il n’est en effet pas impossible que notre temps présent, voire « présentiste » (François Hartog 2003 et 2011), où l’on a par ailleurs tant glosé sur l’« accélération », soit marqué par des temporalités lourdes. Ainsi peut-on faire observer qu’en matière notamment de liens entre langue et nation, alors que tant de transformations politiques, sociales, économiques, géographiques, ont eu lieu depuis plus d’un siècle en Europe, certains thèmes, formulés de manière explicite avec inquiétude par nos « collègues » du XIXe siècle, peuvent paraître, précisément en raison de leurs formulations, d’une étrange proximité. C’est du moins ce qu’un texte de Michel Bréal (1832-1915) permet de souligner. À la fois lointain (nous sommes au XIXe siècle) et proche (par les filiations intellectuelles et théoriques), ce savant, qui a conçu la « sémantique » moderne, professeur au Collège de France, est en 1866 le traducteur de la Grammaire comparée (1833-1849) de Franz Bopp, et le premier maître du jeune Georges Dumézil - mort en 1986.

2Dans un article intitulé « Le langage et les nationalités », Bréal étudie « ... ce principe des nationalités dont il a été tant parlé et qui, en dépit de tout ce qui a été dit, reste si obscur ». Il poursuit, soulignant le poids du national qu’il ressent comme un péril pour sa discipline : « c’est le rôle inattendu et nouveau dont la linguistique s’est trouvée investie sans l’avoir ambitionné : rôle assurément flatteur, mais dangereux, et dont elle fera sagement de surveiller les pièges ». Évoquant « la guerre des langues et des races », Bréal écrit : « Peut-être le plus sûr moyen d’éviter ces conflits est-il de faire allusion le moins possible à un sujet qui ne devrait pas sortir des salles d’étude des universités. Il en est du langage comme de certains organes de notre corps : y trop penser, c’est déjà un signe de malaise. » Après avoir évoqué « la théorie naturaliste du langage... », la « guerre des langues sur les frontières... », « l’introduction du principe ethnique [qui porte le trouble dans tous les actes de la vie », il précise : « C’est de la même fabrique d’idées qu’est sorti le mouvement antisémite ». Dans ses dernières pages, Bréal ajoute : « Il est difficile de dire quel sera le sort de la théorie des nationalités dans l’avenir ». Publié un an avant la mort de Renan, trois ans avant l’arrestation du capitaine Dreyfus, nous sommes en 1891, le texte se trouve dans la Revue des Deux Mondes. Je m’appuie ici sur ces pages de Bréal parce qu’elles éclairent avec pertinence divers aspects étudiés dans nos séminaires.

3Saisir quelques rudiments de la genèse et des développements des théories scientifiques qui ont donné lieu, au XIXe siècle et au début du XXe siècle, aux modernes idées de « race », notamment associées à celles de « langue », de « nation », de « frontière » et de « religion », suppose des pratiques interdisciplinaires et comparatistes où histoire et anthropologie s’épaulent. On ne peut pas ici esquiver cette « bête noire de l’historien » qui a pour nom « l’anachronisme ». Nicole Loraux a pu « inviter les historiens [...] à se mettre à l’écoute de notre temps d’incertitudes en s’attachant à tout ce qui déborde le temps de la narration ordonnée : aux emballements comme aux îlots d’immobilité qui dénient le temps dans l’histoire, mais qui font le temps de l’histoire » (« Éloge de l’anachronisme en histoire », dans Le Genre humain, n° 27, 1993, p. 23-39 - numéro intitulé L’ancien et le nouveau).

4Il ne s’agit ici en rien de gommer le temps de l’histoire, ni même de tenter d’y repérer des refrains. Mais plutôt de réfléchir aux motifs qui orientent des formulations qui ont des allures semblables pour désigner des réalités historiques différentes dans leurs spécificités. Par ailleurs, l’exercice consiste aussi à lire certains textes, déjà anciens, dans leur contexte historique propre aujourd’hui reconnu, pour s’interroger sur notre présent dont les contextes, parce qu’ils nous sont contemporains, peuvent être malaisés à caractériser : et d’enrichir ainsi les enjeux intellectuels de nos travaux historiographiques.

5D’autres aspects liés aux thèmes abordés ont pu être développés lors d’invitations à des colloques internationaux ou de conférences notamment au CEIAS (EHESS), à l’Université de Paris-VII/Denis-Diderot, au Musée d’Art Moderne de Saint-Étienne, à l’IMEC (Caen), et aux Universités de Genève, de Lisbonne et de Bâle. Les séminaires ont été enrichis par les exposés de Dan Dana (CNRS), la biologiste et philosophe Christiane Silliau, Milad Doueihi (Université de Laval, Québec) et Sarah Al Matary (Université Lyon-II/Louis-Lumière).

Publications

  • Matériau du rêve, Imec, coll. « Le Lieu de l’archive », 2010.
  • « Tactique de l’absence », dans Dans le laboratoire de l’historien des religions. Mélanges offerts à Philippe Borgeaud, sous la dir. de Francesca Prescendi et Youri Volokhine, Genève, Labor et Fides, 2011, p. 324-327.
  • « Le mythe de la race », dans Le Débat, novembre-décembre 2010, n° 162, p. 162-175.
  • « “Races” sans histoire », texte traduit en japonais avec l’introduction par Naoki Odanaka dans la revue mensuelle Shisô (La Pensée), Librairie Iwanami Shoten, Tokyo, n° 1041, janvier 2011, p. 32-68.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Olender, « Savoirs religieux et genèse des sciences humaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 126-128.

Référence électronique

Maurice Olender, « Savoirs religieux et genèse des sciences humaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21016

Haut de page

Auteur

Maurice Olender

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals