Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Entreprise et travail en Europe occidentale et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles

Patrick Fridenson
p. 128-130

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Patrick Fridenson, directeur d’études

Les entreprises face aux tensions entre global et local

1Ce séminaire est parti de la réflexion engagée entre 2003 et 2006 dans un séminaire commun avec Alain Dewerpe sur l’international. De là il s’est engagé dans une nouvelle direction, choisie à partir des recherches en cours du directeur d’études, des débats du Centre de recherches historiques de l’EHESS sur le transnational, des travaux publiés dans plusieurs disciplines et de l’expérience historique des différentes mondialisations.

2En effet, il s’avère que depuis plusieurs siècles nombre d’entreprises agissent à plusieurs échelles : du local au global, qu’il s’agisse du recrutement de leur personnel, de leurs achats, de leur production, de leur recherche-développement, de leurs financements, ou de leurs relations avec les consommateurs, les pouvoirs publics, les forces sociales, les milieux intellectuels, les systèmes de formation et de recherche. Rien de tout cela ne va pourtant de soi, même pour des multinationales expérimentées et de grande taille. La démarche engagée cette année a été de recenser et d’interpréter les tensions qui souvent se manifestent pour les entreprises entre global et local. Comment les entreprises de la production et des services, seules ou collectivement, avec ou sans l’État, tentent-elles d’y faire face ? Ces tensions apportent-elles des contraintes ou des opportunités ? Comment influent-elles sur la propriété et la direction des firmes ? Quelles en sont, aux différentes échelles, les conséquences sur le monde social, la culture, l’environnement, les rapports entre privé et public ? Quels sont les effets des régulations et des dérégulations successives ? Comment l’évolution des tarifs douaniers impacte-t-elle ces tensions ? Quelle est la part prise par des acteurs autres que les firmes, et notamment les organisations non gouvernementales, les fondations, les syndicats de salariés, les chambres de commerce et les syndicats patronaux ? Quelle est l’importance des organisations internationales à l’échelle d’un continent (Union européenne, Alena, Mercosur, Asean) ou du monde (Société des Nations, Organisation internationale du travail, OCDE, ONU, etc.) ? Quels modèles et doctrines se développent et circulent entre les branches de l’économie, entre les régions, entre les pays ? Quel est le rôle de la géographie, c’est-à-dire des espaces dont les avantages peuvent être développés localement dans une perspective internationale ? Y a-t-il des différences durables entre les branches ou entre les régions ? Quels sont les caractéristiques, les résultats et les coûts sociaux des vagues successives de mondialisation ? C’est ce que le séminaire a commencé à explorer dans une perspective historique internationale et comparative.

3On relèvera en particulier l’ensemble de séances consacrées à l’espace. Frank Trentmann, directeur d’études invité, a ainsi analysé l’ensemble des échelles de la consommation, des individus aux Empires. Le directeur d’études a étudié la constitution de deux métropoles mondiales du cinéma : Hollywood et Bollywood. Il a présenté Hollywood comme la constitution d’un « district industriel » d’immigrés, qui ont réinventé un discours en images pour leur pays d’accueil et en l’exportant ont repris la palme du cinéma mondial aux Français. Pour Bollywood, en liaison avec les travaux de Geoffrey Jones, il a montré le rôle des relations économiques internationales, en particulier les débouchés en Union Soviétique dans les années 1950, et celui de la diaspora, notamment au Moyen-Orient et en Grande-Bretagne. Sabine Ichikawa, doctorante EHESS, a présenté sa recherche sur la pénétration de la mode japonaise dans la Chine d’après-Mao en y voyant aussi le retour de la mode en Chine.

4On relèvera encore les séances consacrées à l’histoire des firmes multinationales. Le directeur d’études, toujours en liaison avec les travaux de Geoffrey Jones, a exposé l’histoire de la percée de la firme japonaise de cosmétiques Shiseido en Chine, qui s’est renforcée avec la création de produits spécifiques pour le marché chinois, lesquels ont ensuite trouvé par la diaspora chinoise une demande à l’international. Il a également cerné les tensions, dans l’histoire de l’internationalisation des constructeurs français d’automobiles, entre d’une part les ingénieurs des études et de la fabrication et les syndicalistes de la CGT, désireux de concevoir et produire français, et d’autre part les directions générales, soucieuses d’aller à la rencontre des marchés étrangers. Harm Schröter (Université de Bergen) a montré des tensions de même type chez le fabricant allemand de cosmétique Nivea, renforcées par une séparation des filiales étrangères face au nazisme. Nancy Green, directrice d’études, est venue présenter ses recherches en cours sur les problèmes rencontrés par les entrepreneurs et cadres américains qui se sont implantés en France dans l’entre-deux-guerres. Yves Soulabail (consultant) a présenté le double mouvement du distributeur français Carrefour : formant ses dirigeants chez l’Américain NCR, concurrençant ensuite les distributeurs américains à l’international.

5Enfin, en partant des recherches assemblées par les sociologues Marie-Laure Djelic et Sigrid Quack, un ensemble de séances ont été consacrées aux communautés transnationales, de la diaspora chinoise aux producteurs et commerçants de vêtements des républiques post-soviétiques en liaison avec Istanbul ou aux firmes mondiales d’audit ; ces communautés se sont constituées à différentes périodes de l’histoire à partir d’un projet commun ou d’une identité imaginée et comme elles n’ont pas d’organisation formelle, elles échappent en partie au contrôle des différents pouvoirs publics mais elles influencent les règles, accords et institutions qui émergent à l’échelle du monde.

6Ce séminaire continuera la prochaine année universitaire.

7Hors du thème principal, le séminaire a également entendu Richard John, directeur d’études invité, qui a présenté ses recherches sur « Une nation en réseaux : l’économie politique des télécommunications aux États-Unis de Chappe à Marconi » et sur « Une obsession américaine : la lutte contre les monopoles ».

Publications

  • Direction de Distribution et société, Entreprises et Histoire, n° 64, septembre 2011.
  • « Du commerce à la distribution », Entreprises et Histoire, n° 64, septembre 2011, p. 5-10.
  • « GPS », dans C’est l’espace ! 101 savoirs, histoires et curiosités, sous la dir. de Gérard Azoulay et Dominique Pestre, Paris, Gallimard, 2011, p. 167-169.
  • « Préface » à Herrick Chapman, L’aéronautique. Salariés et patrons d’une industrie française, 1928-1950, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. I-V.
  • « Bibliographie complémentaire », dans Herrick Chapman, L’aéronautique. Salariés et patrons d’une industrie française 1928-1950, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 412-414.
  • « Bibliographie complémentaire », dans Jun Sakudo, Les entreprises de la chimie en France de 1860 à 1932, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2011, p. 275-281.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Fridenson, « Entreprise et travail en Europe occidentale et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 128-130.

Référence électronique

Patrick Fridenson, « Entreprise et travail en Europe occidentale et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21018

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals