Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire sociale et démographie

Démographie

Hervé Le Bras
p. 149-150

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Herve Le Bras, directeur d’études

Peuples, races, ethnies, populations : imposer l’identité

1La montée des débats sur les races, les ethnies, les communautés, leurs droits, leurs statistiques et leurs discriminations est difficile à analyser de l’intérieur. Durant cette année, une autre approche a été tentée en élargissant le cadre. On s’est demandé si l’on n’était pas en présence d’une structure et d’une évolution de caractère plus général que l’on retrouverait dans d’autres domaines du savoir. En gros, on a distingué trois phases : au cours d’une première période des concepts et des instruments se dégagent empiriquement. Dans une seconde période, ils acquièrent une autonomie par rapport au monde réel et lui substituent leurs combinaisons abstraites. Puis dans un troisième temps, le contact avec la réalité se rétablit et l’empirisme retrouve sa place. Au fond, c’est la généralisation de la démarche des recherches les plus simples : par observation directe, des régularités se manifestent. On cherche à les expliquer par des modèles théoriques dont on teste la pertinence en retournant à une observation encadrée.

2Avant celui de la population, deux champs différents, les nombres et les frontières géographiques ont été prospectés pour vérifier la généralité de ce schéma en trois étapes.

3Pour les nombres, plusieurs séminaires ont porté d’abord sur l’apparition des nombres depuis l’os d’Ishango jusqu’aux origines des numérations (notamment les travaux de Clarisse Herrenschmidt sur Sumer) ainsi que sur les critères cognitifs (Stanislas Dehaene) et les résistances aux comptages (les Nzakaras de Dampierre). La deuxième étape a été abordée avec la numérologie sous divers aspects, ceux étudiés par Marcel Granet dans la pensée chinoise, la résurgence des formes de magie et de l’occultisme à la Renaissance et, pour notre domaine, l’importance des nombres climactériques dans la fixation des âges de la vie (et de la mort) jusqu’au milieu du XVIIe siècle. La troisième étape, bien connue, commence avec Galilée puis la Royal Society.

4Pour les frontières, nous sommes partis des plus anciennes cartes connues (les gravures rupestres de la vallée des merveilles, la carte mosaïque de l’église de Madaba, les portulans). Nous avons suivi l’apparition progressive des symboles puis de frontières timidement à partir de la Renaissance, puis massivement à la fin du XVIIIe siècle (avec un passage par le « comité de la division » sous la Révolution française). Deux séances ont été consacrées à l’ouvrage de Wilkinson sur les cartes ethniques de la Macédoine, illustrant « l’invention » de ce pays. La troisième période commence très récemment avec la remise en cause des frontières, soit au niveau théorique (Fronts et frontières de Michel Foucher) soit au niveau technique avec l’apparition de cartes « lissées » et l’étude des réseaux ainsi que leur représentation à partir d’analyses multivariées.

5Pour les groupes humains, la période empirique dure jusqu’au XVIIe siècle en Europe. Le séminaire s’est donc intéressé à la dénomination de ces groupes et aux champs sémantiques des termes utilisés à différentes époques dans différentes langues. On a analysé les emplois de ces termes chez Hérodote, César et Tacite ainsi que chez des auteurs tardifs tel Procope. La période théorique ou magique commence avec la gouvernementalité, pour emprunter le terme créé par Foucault. Elle voit s’élaborer des théories de plus en plus subtiles et hasardeuses de l’origine des peuples, de leurs capacités et des différences de tous ordres. Les classifications commencées avec Blumenbach et Oken, celles de Kant et Linné, puis les descriptions des races avant Darwin et Gobineau (par exemple par Moreau de Jonnès) et après (les raciologues, mais aussi Ernst Haeckel). Le troisième stade nous paraît être en cours aujourd’hui avec le délitement des notions de races et de nations soit par le bas (ethnicisation) soit par le haut (mondialisation). Son analyse requière ainsi une vision historique large où linguistique et sciences rencontrent la structure politique.

Publications

  • Avec Pierre Beckouche, Passer des migrations aux mobilités, Paris, Ipemed, 2010, 116p.
  • « Les limites de la population humaine », dans Vivre ensemble : 7 milliards d’humains, sous la dir. de Yann Arthus-Bertrand, Paris, Éd. de la Martinière, 2011, p. 30-33.
  • « La dynamique migratoire », dans Rapport parlementaire sur la politique d’immigration, Paris, Assemblée nationale, 2011, p. 29-35.
  • « Présent urbain et passé territorial », dans Habitat et Société, n° 62, juin 2011, p. 51 -57.
  • « L’inversion démographique : à propos de la vieillesse de Simone de Beauvoir », Les Temps Modernes, n° 661, novembre-décembre 2010, p. 210-221.
  • « Révéler la ville », dans La ville, sous la dir. de Michel Wieviorka, Auxerre, Éditions Sciences humaines, 2011.
  • « La terre ne nourrira pas 9 milliards d’hommes », La Recherche, n° spécial sur les idées reçues en science et en technologie, août 2011, p. 32.
  • « 75 000 migrants de plus en 2010 », La Recherche, mai 2011, p. 96.
  • « Repousser l’âge légal au départ en retraite augmente l’injustice sociale », La Recherche, mars 2011, p. 96.
  • « La migration est un phénomène économique », Passages, n° 168, novembre 2010, p. 20-29.
  • « La population mondiale face au défi alimentaire », Paysans et Société, n° 325, janvier 2011, p. 29-33.
  • « 62 ans : âge légal du départ à la retraite », La Recherche, n° 444, juillet-août 2010, p. 92.
  • « 50 % de vieillards en France », La Recherche, n° 449, janvier 2011, p. 96.
  • « Inégalités et formes de l’État providence », Books, n° 17, novembre 2010, p. 36-41.
  • « Temporalités et mentalités de la fécondité dans l’Union européenne », dans Le corps, la famille et l’État, sous la dir. de Myriam Cottias, Laura Downs et Christiane Klapisch-Zuber, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 54-71.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Le Bras, « Démographie », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 149-150.

Référence électronique

Hervé Le Bras, « Démographie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21030

Haut de page

Auteur

Hervé Le Bras

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals