Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des sciences

Connaissances de la nature et natures de la connaissance

Bernard Hubert
p. 158-162

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Bernard Hubert, directeur d’études

Le développement durable et la recherche scientifique : opportunisme ou refondation ?

1Le séminaire porte sur la pertinence de la notion de développement durable du point de vue de la recherche scientifique. Cette notion introduit-elle de nouveaux enjeux, de nouvelles questions qui conduiraient à renouveler certains thèmes, certains objets, voire même certaines pratiques de recherche ? Quels moyens la recherche se donne-t-elle pour intégrer un enchevêtrement de temporalités ? Quelles initiatives les différentes disciplines, en particulier sciences sociales, sciences techniques et sciences de la nature, prennent-elles pour améliorer leurs formes d’intégration et s’approprier scientifiquement les enjeux posés par cette notion ?

2Le développement durable vise à surmonter ce que les oppositions, divisions et séparations peuvent représenter comme menaces de désintégration pour la société humaine ; l’idée d’intégration en est une idée maîtresse. Il a en outre à voir avec l’articulation du local et du planétaire, sans écraser l’un sur l’autre, et avec l’inscription du temps court de l’action ordinaire dans le temps long intergénérationnel, qui est aussi le temps de déploiement de processus biophysiques majeurs (biodiversité, climat, évolution de la fertilité des sols, accumulation de polluants dans les nappes profondes).

3Le noyau dur du développement durable comme question et comme défi tient aux relations entre les processus économiques et les transformations de l’environnement planétaire et des ressources qu’il abrite. Ces relations sont médiatisées d’un côté par la technologie, qui fait le passage entre le monde social et le monde physique, et de l’autre côté par la préoccupation pour l’équité sociale, dont la donne est en partie modifiée par l’émergence de la question environnementale et des nouvelles raretés qu’elle exprime ou qu’elle demande d’instituer. Cette dernière dimension inscrit le développement durable dans le registre des catégories normatives et pas seulement des catégories descriptives ou analytiques.

4La prise en charge intégrée, par la société, des trois dimensions (durabilité écologique, viabilité économique et équité sociale) généralement reconnues au développement durable ne peut pas se passer d’une volonté politique des acteurs individuels et collectifs. Ainsi, le développement durable trouve son espace d’existence intellectuelle dans l’entre-deux, là où la logique de la détermination s’entremêle avec celle de l’intention, entre une vision du développement qui se réalise par une nécessité inscrite au cœur de la réalité même et celle qui procède de l’affirmation d’une volonté politique et d’un projet économique. La chance que s’établisse un développement durable dépend in fine de la capacité des acteurs du développement à discerner les nécessités qui émanent de la réalité économique, sociale et écologique à laquelle ils sont confrontés et à y accrocher leurs projets dans un processus adaptatif qui sait tirer les leçons de l’expérience. Ni volontarisme ni déterminisme, tel est l’espace intellectuel du développement durable.

5Une telle situation a des conséquences méthodologiques pour les chercheurs concernés. Il appartient à ces derniers de s’attacher à combiner deux ordres d’explication différents (par la détermination, par le projet et le choix intentionnel) et cette combinaison n’est envisageable que parce que chacun des ordres recèle en lui-même des trous, des liens qui ne sont pas noués, une incomplétude que les modèles et analyses doivent trouver le moyen de prendre en compte de façon explicite, sans chercher à parvenir à une explication totale dans un seul ordre.

6Ainsi, le séminaire s’est-il, cette année, organisé en trois parties. La première introduit les questions générales liées à la notion de développement durable (histoire du concept et contenu ; conséquences pour la recherche scientifique : articulation des sciences sociales, techniques et de la nature ; la technologie en question : innovation et risques). Une deuxième partie donne des illustrations concrètes dans le domaine de l’agriculture (de la sécurité à la sécurisation alimentaire) et de l’environnement (biodiversité, politique agri-environnementale, gestion des ressources naturelles renouvelables). La dernière porte sur les modes de production et le contenu des connaissances scientifiques (indicateurs pour quoi et comment ?) ; renouvellement du dialogue recherche/société - action collective et partenariat : la notion de dispositif). Une séance a été consacrée à une discussion à partir de textes lus et commentés par les étudiants : deux articles sur la question du développement durable en regard de la recherche issus de l’ouvrage Le développement durable, de l’utopie au concept. De nouveaux chantiers pour la recherche, (Éd. Elsevier, 2001) : celui de M. Jollivet « Le développement durable, notion de recherche et catégorie pour l’action. Canevas pour une problématique hybride » et celui de R. Barbault « La vie, un succès durable ». Une deuxième séance (hors horaires du séminaire proprement dit) a été consacrée à une présentation par les étudiants de leur propre projet de mémoire à la lumière du développement durable et de ce qui s’en est dit au cours du séminaire de cette année.

7Comme pour l’année 2009-2010, les étudiants du master « Développement agricole durable » de la Faculté Jean Monnet (Université Paris Sud) ont suivi le séminaire jusqu’aux vacances de printemps, date à partir de laquelle ils partent en stage de terrain.

8Le séminaire de recherche « Catégories du vivant et dynamique des connaissances », que je co-animais avec Florence Burgat et Raphaël Larrère, n’a plus lieu depuis deux ans et il ne sera pas reconduit. Il est remplacé par un séminaire organisé à Marseille avec Valeria Siniscalchi et Suzanne de Cheveigné dans le cadre des enseignements de la mention RCAHS (Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie), master et formation doctorale de sciences sociales (Marseille) : L’environnement. Construire et déconstruire la nature (de 14 h à 18 h), le lundi du 8 novembre au 9 mai.

9La notion d’« environnement » - progressivement reconfigurée sous la double évolution des savoirs scientifiques et des pratiques des acteurs sociaux - a déjà une longue histoire. Plus récemment, une autre notion, celle de « développement durable » s’est imposée, en ajoutant des dimensions sociales et économiques.

10Qu’il s’agisse de mouvements sociaux autour de questions environnementales, de politiques de conservation de la biodiversité, d’organisations nouvelles de la communauté scientifique face aux perspectives de changement climatique, les questions environnementales sont à la croisée de beaucoup d’autres dimensions de la vie sociale.

11Dans le cadre de ce séminaire, les processus en jeu autour de l’environnement et du développement durable seront analysés à l’aune de différentes disciplines. Nous aborderons, entre autres questions, l’histoire de la notion d’environnement, les pratiques de la nature, les dimensions politique et économique, les représentations et les discours des médias.

12J’ai personnellement assuré deux séances. Lundi 8 novembre : L’environnement comme nouvel enjeu de gouvernement ; lundi 3 janvier : Le développement durable, origine d’une notion et questions pour la recherche.

13L’évaluation s’est faite sur la base de la lecture par les étudiants d’un choix d’articles qui leur avait été proposé.

14J’ai également contribué au séminaire « Le vivant et son milieu : modèles, concepts et significations. Nouvelles perspectives dans les relations entre sciences naturelles et sciences humaines » organisé par Luciano Boi ; en particulier par la séance du 15 mars « Agriculture et agronomie : la construction d’une conception technologique de la vie. De la zootechnie à la sociologie, une évolution du modèle animal » qui m’a été confiée et que j’ai partagée avec une collègue de l’Inra, Jocelyne Porcher, que j’avais invitée pour l’occasion.

Publications

  • Avec Trishna Kammili et Jean-François Tourrand, A paradigm shift in livestock management : form resource sufficiency to functional integrity, 28th & 29th June 2008, Hohhot, China. Cardère Éditeur, Lirac (France), 2011, 272 p.
  • La rusticité : l’animal, la race, le système d’élevage ?, Pastum hors série, Association française de pastoralisme, Agropolis International et Cardère Éditeur, 2011, 120 p.
  • Avec Mark Rosegrant, Martinus A. J. S. van Boekel et Rodomiro Ortiz, « The future of food : Scenarios for 2050 », Crop Science, 2010, n° 50, S-1 -S-18.
  • Avec Jean-Paul Billaud et Daniel Terrasson, « Natures Sciences Sociétés, une revue de veille et de controverse pour la recherche interdisciplinaire », Natures Sciences Sociétés, 2010, vol. 18/1, p. 1-2.
  • Avec Jacques Brossier, Patrick Caron, Pierre Fabre, Hartwig de Haen, Benoît Labbouz, Michel Petit et Sébastien Treyer, « Forward thinking in agriculture and food. A platform for a dialogue to be continued », Perspective-research, Cirad, n° 6, septembre 2010, 4 p.
  • « L’agronomie, science de l’agriculture ? », Le mouvement social, octobre-décembre 2010, p. 111-125.
  • Avec Olivier Mora et Guy Riba, « Vers de nouvelles ruralités ?, Prospectives périurbaines et autres fabriques de territoires. Territoires 2040 », DATAR, Paris, 2011, p. 93-99.
  • « Savoirs systémiques et savoirs spécialisés : vers une agriculture écologique », dans L’économie de la connaissance et ses territoires, sous la dir. de Pierre Veltz et Thomas Paris, Hermann, Paris, 2010, p. 85-102.
  • « Une troisième frontière agraire à explorer ? », dans Comment les techniques transforment les sociétés, sous la dir. de Thierry Gaudin et Élie Faroult, Colloque de Cerisy, L’Harmattan, coll. Prospective, Paris, 2010, p. 139-150.
  • Avec Christian Deverre et Michel Meuret, « Deux siècles de changements radicaux pour les parcours du Sud de la France », dans Un savoir-faire de bergers, sous la coord, de Michel Meuret, Educagri éditions, Dijon/Éditions QUAE, Versailles, 2010, p. 27-41.
  • Avec Tévécia Ronzon, « Options pour l’intensification écologique : changements techniques, sociaux et territoriaux », dans Agrimonde. Scénarios et défis pour nourrir le monde en 2050, sous la coord, de Sandrine Paillard, Sébastien Treyer et Bruno Dorin, Éditions QUAE, Versailles, 2010, p. 222-229.
  • Avec Tévécia Ronzon, « Options for ecological intensification : technical, social and territorial changes », dans Agrimonde. Scenarios and challenges for feeding the world in 2050, sous la coord, de Sandrine Paillard, Sébastien Treyer et Bruno Dorin, Éditions QUAE, Versailles, 2010, p. 222-228 (traduction du précédent).
  • Avec Patrick Caron et Hervé Guyomard, « Conclusion », dans Agrimonde. Scénarios et défis pour nourrir le monde en 2050, op. cit., p. 233-240.
  • Avec Patrick Caron et Hervé Guyomard, « Conclusion », dans Agrimonde. Scenarios and challenges for feeding the world in 2050, op. cit., p. 233-239 (traduction du précédent).
  • Avec Ray Ison, « Institutionalising understandings : from resource sufficiency to functional integrity", dans A paradigm shift in livestock management : form resource sufficiency to functional integrity, sous la dir. de Trishna Kammili, Bernard Hubert et Jean-François Tourrand, 28th & 29th June 2008, Hohhot, China, Cardère Éditeur, Lirac (France), 2011, p. 9-22.
  • Avec Liz Wedderburn, Hermes Morales, Peggy Strankman, Ruijun Long et Aboubakar Njoya, « Workshop : main outputs and recommendations », dans A paradigm shift in livestock management : form resource sufficiency to functional integrity, sous la dir. de Trishna Kammili, Bernard Hubert et Jean-François Tourrand, 28th & 29th June 2008, Hohhot, China, Cardère Éditeur, Lirac (France), 2011, p. 265-270.
  • « La rusticité : caractère intrinsèque ou propriété émergente ? », dans La rusticité : l’animal, la race, le système d’élevage ?, Pastum hors série, op. cit., p. 13-18.
  • « La rusticité au rendez-vous », dans La rusticité : l’animal, la race, le système d’élevage ?, Pastum hors série, op. cit., p. 105-109.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hubert, « Connaissances de la nature et natures de la connaissance », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 158-162.

Référence électronique

Bernard Hubert, « Connaissances de la nature et natures de la connaissance », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21039

Haut de page

Auteur

Bernard Hubert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals